Ligue Europa: ce qu'il faut savoir avant le match Belgrade-AS Monaco ce jeudi soir

Breel Embolo a donné la victoire à l’ASM, dimanche à Nice (0-1). Son deuxième but en huit matchs doit en appeler d’autres. L’attaquant suisse peut devenir plus régulier dans la finition.

Christopher Roux Publié le 08/09/2022 à 10:18, mis à jour le 08/09/2022 à 10:14
Le natif de Yaoundé a signé quatre ans sur le Rocher. Il doit moins se disperser sur le terrain pour se transformer en buteur redoutable. Photo S. B. J.-F.O. et D.M.

Son coup de casque a éteint l’Allianz Riviera, dimanche dans le derby. Et les supporters monégasques aimeraient qu’il fasse de même avec le Marakana, ce jeudi soir, dans un stade chaud comme la braise.

Sur la pelouse du quintuple champion de Serbie en titre, Monaco visera une deuxième victoire d’affilée, ce qu’il a été incapable de faire depuis le début de la saison. Embolo, lui, tentera d’ajouter quelques buts aux deux premiers qu’il a inscrits en rouge et blanc. Cela pourrait être en sortie de banc, puisqu’il n’est pas dit que le Suisse soit titulaire.

17 buts au mieux sur une saison

Après ses huit premières sorties, l’attaquant de 25 ans respecte ses habitudes. Il fait aussi bien qu’à Schalke (2018-19) et Gladbach (2019-20). Avec trois réalisations, il avait fait légèrement mieux à Bâle (2015-16) et Gladbach (2021-22).

L’international suisse (56 sélections, 9 buts) n’a pas connu de retard à l’allumage, mais, pour lui, le plus dur commence. En dépit de ses bonnes entames, il n’a jamais affolé les compteurs. Il n’a pas su s’installer dans le costume du buteur redoutable. Il affiche une seule saison à plus de dix buts en Allemagne. C’était la dernière et il avait scoré seulement onze fois toutes compétitions confondues. Sur l’ensemble de sa carrière pro, sa meilleure campagne remonte à 2014-2015, lorsqu’il avait compilé 17 pions avec le FC Bâle. Un bilan qui a pris la poussière depuis.

Avant la réception de Lens il y a quelques semaines, Philippe Clement disait attendre beaucoup du natif de Yaoundé (Cameroun) sur le plan des statistiques. Ce jeudi, il en a remis une couche avant d’affronter Belgrade. "Je suis certain qu’avec le travail qu’on fait, les ateliers individuels, il peut encore grandir beaucoup dans cet aspect du jeu. Il est concentré pour devenir un grand joueur en France."

 

Cette exigence n’est pas propre à l’entraîneur monégasque. D’autres jugent Embolo capable de claquer but sur but, au vu de ses qualités. Michel Pont est de ceux-là. L’ex-adjoint de Köbi Kuhn et Ottmar Hitzfeld en équipe de Suisse (2001-2014) considère que la trajectoire du garçon l’a retardé. Et il ne pense pas seulement aux blessures qui ont jalonné sa route. "Breel est arrivé très jeune au haut niveau. Il vient de nulle part et il s’est fait tout seul, juge l’ex-bras droit, qui a suivi l’évolution du Suisso-Camerounais. Il a beaucoup joué à l’instinct, sur sa puissance et sa vitesse qui sont extraordinaires. En se concentrant sur ses qualités naturelles, il a été suffisant dans la finition et la dernière passe. C’est là-dessus qu’il doit bosser aujourd’hui. Il doit devenir un métronome."

Umberto Barberis pense que le sens du but fait partie de l’ADN de son compatriote. "Même si c’est un gentil, il sait être méchant à la finition, pose l’ancien meneur de jeu de l’ASM (1980-83). Il met la tête ou le pied là où d’autres ne vont pas. Il a du poids, sait attaquer le premier poteau et faire mal. J’aimerais qu’il explose à Monaco. Ce club a déjà fait éclore des joueurs moins bons que lui au départ."

Barberis: "Il joue le pompier"

Pour Pont, Monaco va être une page "très importante" de sa carrière. "S’il se prend en main, il va passer l’étape supérieure qui en fera un grand attaquant, promet-il. Ce que je vois de lui à Monaco est plein d’espoirs. J’ai l’impression qu’il a vraiment pris conscience de son énorme potentiel et qu’il veut le faire fructifier."

Pour faire trembler les filets tous les trois jours, comme les plus grands le font, l’avant-centre acheté 12,5 millions d’euros à Gladbach doit "moins se disperser", selon Barberis. "Il se sent obligé de jouer le pompier et d’éteindre les incendies, reprend le champion de France 1982. Il aide au milieu de terrain, joue ailier droit ou gauche, fait les courses pour les copains. Sa générosité lui joue des tours ensuite dans la finition. Il doit se structurer et savoir où il est le meilleur. Il n’aime pas être cloisonné dans une position. Il est fort entre les lignes, ce n’est pas un numéro 10 et il s’ennuie quand il est numéro 9, mais il doit être plus égoïste. Je lui dis: "Garde de l’énergie. Tu peux rentrer au vestiaire sans avoir tout dépensé"."

Pour la légende asémiste, il doit épurer sa palette. "Il a d’innombrables qualités: puissance, vitesse, technique, jeu de tête, frappe de balle… Mais il se trompe parfois dans celle qu’il doit utiliser. J’espère que Clement l’amènera à son apogée. C’est là qu’on l’attend. Il doit être capable de lui dire : ‘‘Sur l’ensemble de tes qualités, on va en utiliser trois ou quatre’’."

 

Encore capable de connaître des absences et des fulgurances dans un même match, Embolo doit se montrer plus régulier sur la durée. Comme son équipe, attendue de pied ferme en Serbie.

Les compos probables

Les stats

1.  L’AS Monaco affronte pour la première fois de son histoire un club serbe.

55.  Le club de la Principauté va disputer ce jeudi soir son 55e match de Ligue Europa (anciennement Coupe de l’UEFA). Il compte 27 victoires, 12 nuls et 15 défaites.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.