Les notes des joueurs de l'AS Monaco après la déroute contre Trabzonspor (4-0)

L'AS Monaco a été corrigée 4 à 0 sur la pelouse de Trabzonspor ce jeudi lors de la 4e journée de la phase de groupes de la Ligue des Champions. Les notes.

Article réservé aux abonnés
Christopher Roux Publié le 14/10/2022 à 00:28, mis à jour le 14/10/2022 à 00:32
Malheureux sur le but contre son camp, Malang Sarr est trop apathique sur la deuxième réalisation turque. Photo AFP

NÜBEL (2): il ne va pas assez vite au sol sur le coup franc de Bardhi. Mais il avait déjà flingué son match et son équipe avant. Sa relance horrible sur Sarr aboutit au csc. Un geste incompréhensible alors qu'il avait pris le match par le bon bout, dégageant de l'autorité. Il avait jailli devant Bozok et eu les bons appuis sur le pointu de Gbamin (38').

VANDERSON (3): après avoir mis du punch dans ses premiers duels, il s'est mis en difficulté tout seul. Il s'est parfois livré à mauvais escient et doit mieux lire le jeu sur les ballons déposés dans son dos, comme sur le quatrième but, quand Trezeguet profite de son vilain contrôle. Il a aussi jeté des balles n'importe où et joué trop facilement par séquences. Il doit accroître la qualité de ses centres.

DISASI (3): il a connu de gros soucis dans la relance. Sur le but de Vitor Hugo, il est aussi trop juste pour dégager le corner de la tête (48'). Méconnaissable...

SARR (4): il a appris sa titularisation au dernier moment avec le forfait de Badiashile. En manque de rythme, il a livré une grosse première mi-temps. A l'aise dans la relance et l'alignement défensif, il est longtemps apparu concentré, comme sur la frappe de Hamsik qu'il sort de la tête (23'). Plutôt que sur son csc où Nübel le canarde à bout portant, il est davantage fautif sur le second but. Statique, Vitor Hugo le domine.

 

HENRIQUE (4): Djaniny et ses percussions n'ont pas toujours été simples à contenir mais le Brésilien a été rarement dépassé. Offensivement, il a plongé comme d'autres. Il a été invisible après l'ouverture du score.

DIATTA (3): Sollicité sur deux corners, il n'a pas réussi à mettre la même volée qu'à Strasbourg, ce qui l'a frustré. Mais le Sénégalais n'a surtout pas réglé ses gros soucis sur le plan technique. Il ne fait plus la moindre différence dans le un contre un. Remplacé par GELSON (60'), qui s'est dépensé en vain.

FOFANA (5): il n'a pas été rayonnant mais il n'a pas coulé, lui. Il a réussi des choses intéressantes, comme cette superbe ouverture pour Ben Yedder qui ne cadre pas sa tête. Sa frappe enroulée est sortie par Cakir (20') et il doit être plus méchant, choisir la puissance plutôt que la finesse, dans une position idéale face au portier turc (42').

CAMARA (4): il a pris Bakasetas en individuel, mais il a perdu ses nerfs dans ce duel en première mi-temps et Fofana a dû le calmer. Il commet la faute sur le coup franc converti par Bardhi. Le Malien n'a pas eu son influence habituelle. Sa mine du gauche s'envole au bout d'un match tristounet (90'+1).

GOLOVIN (5): il doit essayer de centrer pour Diatta, tout seul au second poteau (11'), mais le Russe a été juste techniquement et il a mis du cœur à l'ouvrage dans l'aspect défensif. Remplacé par MINAMINO (60'), qui a mis de l'enthousiasme sans créer d'occasions franches.

 

EMBOLO (4): il a vécu une sale soirée. Il n'a pas été aussi clinique que ces dernières semaines dans le dernier geste. Cakir claque sa frappe au-dessus de sa barre (14') et Türkmen le prive d'un but (23'). Puis il se situe mal par rapport au but et Cakir, après une passe en retrait raturée de Denswil (38'). Remplacé par BOADU (60'), assez neutre.

BEN YEDDER (4): il ne cadre pas sur sa première situation de frappe (15'). Malgré quelques bons ballons distillés lorsqu'il s'est placé entre les lignes, il a trop peu pesé une fois l'ASM menée au score. Remplacé par VOLLAND (68').

Coach (3): son équipe a sombré et il n'a pas trouvé les leviers pour lui permettre de réagir.
Match: 6
Arbitre: 6

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.