“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les 5 gros chantiers de Thierry Henry, nouvel entraîneur de l'AS Monaco

Mis à jour le 18/10/2018 à 08:39 Publié le 18/10/2018 à 08:37
Thierry Henry, nouvel entraineur de l'AS Monaco.

Thierry Henry, nouvel entraineur de l'AS Monaco. Photo Jean-François Ottonello

Les 5 gros chantiers de Thierry Henry, nouvel entraîneur de l'AS Monaco

Le nouveau coach de l'ASM fera ses grands début sur le banc monégasque dès samedi en championnat à Strasbourg

Au coup d’envoi samedi à Strasbourg (20h), les yeux seront rivés sur lui et ses premiers choix en tant que coach.

Une heure avant, vers 19h donc, la première composition de Thierry Henry sera dévoilée. Un onze de départ très attendu. Malgré le contexte (nombreuses suspensions, blessés et trêve internationale), ce match donnera le ton et le début d’une reconstruction.

Pour le nouveau coach, cinq grands chantiers s’ouvrent.

1. Redonner confiance au groupe

Monaco n’a remporté qu’un seul match depuis le début de la saison et c’était lors de la première journée. L’effectif n’a plus rien fêté depuis.

Il est important pour Henry de redonner confiance à des joueurs un peu perdus. Aux cadres, d’abord, comme Jemerson (suspendu samedi), qui formait avec Glik une paire remarquable l’année du titre.

A Youri Tielemans également, sur qui le club compte beaucoup, mais qui peine à s’imposer. Et puis aux recrues qui ne s’imaginaient pas vivre une telle galère : Barreca, Aholou, Henrichs, Grandsir, Golovin. Sans oublier les très jeunes Diop, Pellegri, Geubbels etc.

«Le plus important, c’est qu’ils entrent sur le terrain en connaissant le plan de route, a expliqué Henry. Savoir ce qu’il yaà faire sur le terrain, ça apporte déjà de la confiance, ça rassure… Mais après, il faut gagner».

2. Gagner!

La confiance viendra aussi grâce à des résultats, même acquis ‘‘salement’’, Jardim l’a toujours dit. Et c’est ce qu’il faudra rapidement à Henry pour pouvoir travailler sereinement.

Les victoires permettent également de faire progresser les jeunes. Rien de mieux qu’une série de succès pour gommer les petits problèmes.

3. Trouver une défense

18 buts concédés en 11 matches toutes compétitions confondues, c’est beaucoup trop. Au-delà du casse-tête de samedi (Henry ne pourra pas compter sur Jemerson et Raggi suspendus et N’Doram blessé), il devra remettre de l’ordre. Lors des dernières rencontres, Leonardo Jardim avait fait travailler son groupe dans une défense à cinq, sans effet. Henrichs, latéral droit, a plus souvent évolué à gauche que dans son couloir préféré.

Revoir l’animation offensive Sans Rony Lopes (blessé lors de la précédente trêve internationale), la vie est vraiment compliquée devant. Le Portugais percutait et savait se montrer décisif. Personne n’a pris le relais. Falcao a besoin de monde autour de lui pour le mettre dans les meilleures dispositions. Le retour de Jovetic, trop souvent blessé, est un petit rayon de soleil dans le ciel bien nuageux de l’ASM.

4. Quel gardien?

Les blessures en alternance de Subasic et Benaglio n’ont pas permis de répondre clairement en début de saison à cette question: qui est le numéro 1 ? Le Croate s’impatiente de voir arriver une revalorisation de son contrat après avoir disputé la finale du Mondial face à la France. A ce poste, l’incertitude n’est pas la bienvenue.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct