“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Leonardo Jardim donne ses vérités après sa deuxième éviction de l’AS Monaco

Mis à jour le 04/01/2020 à 09:28 Publié le 04/01/2020 à 09:08
Leonardo Jardim amer après son deuxième éviction de l'AS Monaco.

Leonardo Jardim amer après son deuxième éviction de l'AS Monaco. Photo D.Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Leonardo Jardim donne ses vérités après sa deuxième éviction de l’AS Monaco

A l’occasion d’une interview accordée à nos confrères de L’Equipe pour mettre les choses au point suite à sa deuxième éviction de l’AS Monaco, le Portugais Leonardo Jardim, a distillé quelques petites phrases bien senties.

Le déficit de points de son équipe

« A la mi-août, j’ai demandé à partir parce que je ne voulais pas disputer une deuxième fois le maintien. J’ai été bien clair: si le club veut que je parte, je pars. (...) La saison actuelle est très mal partie, nous n’avons constitué l’équipe qu’à la fin août et mis à la poubelle la présaison, comme tout le monde le sait. Même le vice-président du club a pris la responsabilité de ce mercato tardif. (...) Après cinq journées à deux points pris, il y a eu treize matchs, de Reims à Lille, nous avons pris vingt-six points. C’est pour ça que je reste étonné par la décision qui a été prise à Noël (de s’en séparer, Ndlr). (...) S’il nous manquait des points, la responsabilité ne venait pas seulement du staff technique. »

Un 2e licenciement qui pourrait lui rapporter gros

L'entraîneur portugais devrait toucher de nouvelles indemnités après les 8 Me supposés de l’an passé, lors de sa première éviction.

« J’ai travaillé pendant soixante-deux mois à Monaco, et j’ai sans doute été le moins cher des trois derniers entraîneurs de l’ASM (lui-même, Henry et Ranieri), si on rapporte les sommes versées au nombre de mois travaillés. On évoque des sommes pas exactes. »

Sa relation compliquée avec Oleg Petrov

« Sincèrement, de mon côté, je n’ai jamais senti que j’étais son entraîneur. À ses yeux, j’ai toujours été l’entraîneur du président et peut-être de Vadim (Vasilyev). La décision qui a été prise, c’est un peu la conséquence de cela. »

Sa relation avec le président Dmitri Rybolovlev

« Le président est toujours resté droit avec moi, je n’ai rien à lui reprocher. (...) J’ai une grande admiration pour monsieur Dmitri. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.