“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le top, le flop, la surprise, la tendance... Notre bilan de la première partie de saison (mouvementée) de l'AS Monaco

Mis à jour le 24/12/2019 à 09:03 Publié le 24/12/2019 à 09:03
Wissam Ben Yedder réussit un début de saison parfait avec l'AS Monaco.

Wissam Ben Yedder réussit un début de saison parfait avec l'AS Monaco. Photo Sébastien Botella

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le top, le flop, la surprise, la tendance... Notre bilan de la première partie de saison (mouvementée) de l'AS Monaco

Un début de saison raté, un final surréaliste, une 7e place à mi-parcours, un Ben Yedder en folie, un coach décrié et conspué, la première partie de saison de l’ASM est vraiment folle.

Le match

Monaco - Lille. Quoi d’autre? Un stade qui conspue Leonardo Jardim, banderole à l’appui, une ouverture du score lilloise, le sort du coach lié sans doute au résultat final... et puis le rouleau compresseur monégasque se met en route avec une démonstration collective implacable : 5-1. Et comme c’est le dernier match de l’année, il a tout emporté sur son passage, y compris l’envie omniprésente de la direction, Oleg Petrov en tête, de changer d’entraîneur durant les fêtes. Cette victoire a tout remis en cause et surtout permis à Monaco de terminer la phase aller à 5 points du podium malgré une septième place très loin des ambitions initiales. Dans dix ans, on reparlera encore de ce Monaco-Lille complètement fou.

Le joueur

Wissam Ben Yedder. Oui, il a été acheté 40M à Seville mais personne n’avait envisagé une telle première partie de saison. 16 matches, 13 buts et une place de meilleur buteur de Ligue 1 à mi-parcours. WBY a rapidement permis à l’ASM de tourner la page Falcao en enfilant les buts, dont certains sont superbes (Rennes, Nantes). Mieux, l’ancien du TFC s’est fait une place dans le groupe France en prévision de l’Euro 2020. Pour le moment, Ben Yedder assume son statut de patron offensif. Et avec la manière.

La surprise

Islam Slimani. La rumeur Mauro Icardi sur le Rocher était à son maximum quand finalement Islam Slimani est arrivé en prêt en provenance de Leicester après des échecs à Fenerbahçe et Newcastle. Il a fallu se mouiller la nuque... et puis force est de constater que l’Algérien est un drôle de joueur et a calmé tout le monde. 6 buts, 8 passes, des gestes de génie (son ouverture sur Keita Balde contre Brest...) et la sensation d’être en feu sur certaines séquences. Avec Ben Yedder, ils se sont trouvé les yeux fermés même si son expulsion à Bordeaux, avec les critiques publiques de son coach en sus, a un peu cassé sa dynamique. Le tube de l’automne, c’est lui. Un vent de fraîcheur.

Le flop

Henry Onyekuru. Acheté près de 13M à Galatasaray où il sortait d’une année pleine (14 buts en championnat), l’ailier du Nigeria a disparu des radars après 160 minutes de jeu (4 matches, 2 titularisations). Son dernier match ? Le 21 septembre à Reims où il était rentré pour le dernier quart d’heure. Le Super Eagle n’a même jamais gagné avec l’ASM (une défaite, trois nuls) et ne rentre plus dans les plans de Jardim qui souhaite s’en séparer cet hiver. Qui a scouté son profil? Jardim a-t-il été consulté? La personnalité du joueur - complexe - avait-elle été prise en compte? Quoi qu’il en soit, Onyekuru est le symbole d’un mercato estival raté dans lequel le Chilie Guillermo Maripan figure, aussi, en bonne place même si le stoppeur joue régulièrement (11 matches).

La tendance

Schizophrénie. Quel est le vrai visage de l’AS Monaco ? Celui affiché contre Lille ou celui de cette équipe incapable d’emballer les matches et coupable d’oublis défensifs majeurs sur certaines séquences ?

Le Monaco de 2020 doit impérativement gommer les soucis entrevus en 2019 pour envisager le podium. La défense centrale est un chantier immense, le milieu de terrain aussi où Cesc Fabregas vient de passer une année civile à errer comme une âme perdue. Près de 70 joueurs sous contrat mais un effectif toujours aussi déséquilibré. Quoi qu’il en soit, avec près de 140M dépensés l’été dernier - personne n’a fait mieux en Ligue 1 - Monaco a l’obligation de terminer sur le podium. Avec ou sans Jardim.

La déclaration

Oleg Petrov. « Le début de saison a été très difficile, particulièrement au tout début. Pour des raisons connues, nous étions derniers du classement et on est maintenant septièmes. C’est un progrès, mais ce n’est pas assez, ce n’est pas ce que l’équipe mérite. Cette position ne reflète pas les ambitions du club et les qualités techniques de l’équipe. Nous croyons que nous devons faire mieux. Dans la période qui vient, on va tout analyser et on va faire des ajustements. On pense qu’ils vont améliorer l’équipe. Nos objectifs restent inchangés et on va se battre pour les concrétiser. »

Dans la foulée de la victoire contre Lille, Oleg Petrov a fait une déclaration ambiguë, notamment sur le maintien en poste de Leonardo Jardim, ne confortant pas officiellement, sans pour autant le mettre à la porte. En cas de maintien du Portugais à son poste, les deux hommes devront continuer de cohabiter malgré la défiance qui s’est installée entre eux au fil des semaines.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.