“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le grand huit de la peur...

Mis à jour le 18/03/2016 à 05:03 Publié le 18/03/2016 à 05:03
Vagner Love, double buteur contre Reims vendredi dernier, pour un match nul rageant au Louis-II (2-2).

Vagner Love, double buteur contre Reims vendredi dernier, pour un match nul rageant au Louis-II (2-2). Photo J.-F. Ottonello

Le grand huit de la peur...

Huit matches, c'est tout ce qui reste à jouer pour l'AS Monaco. Huit rencontres pour valider cette deuxième place. Pourtant, depuis un mois le club de la Principauté se pose des questions

Il y a peu, Leonardo Jardim avait pointé avec ironie le vent de «sympathie» qui entourait le retour aux affaires de l'Olympique Lyonnais dans la course à la deuxième place. « Si vous en faites trop sur Lyon ? Oui, je pense, mais c'est normal. Combien de journaux vous vendez à Lyon mes amis ? Monaco, c'est petit... » avait alors avancé l'entraîneur portugais pour faire passer son message.

Il y a sans doute un peu de vrai dans ce qu'il dit.

Mais il y a aussi les chiffres. Et les chiffres ne mentent jamais. Au soir de la 25e journée, Monaco affichait neuf longueurs d'avance sur l'OL. Une marge qui a fondu de 3 unités en un temps record.

Pis, avant la 29ème journée, Monaco possédait toujours un solide matelas sur son poursuivant direct, soit 8 points. Une avance qui semblait rassurer Jardim. « Si on a toujours 8 points d'avance après...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct