“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'AS Monaco a plié devant Fenerbahçe

Mis à jour le 28/07/2016 à 05:07 Publié le 28/07/2016 à 05:07
Fabinho peut s'en vouloir, Monaco a perdu et a cédé sur le doublé d'Emenike.

Fabinho peut s'en vouloir, Monaco a perdu et a cédé sur le doublé d'Emenike. AFP

L'AS Monaco a plié devant Fenerbahçe

Monaco s'est incliné 2-1 sur la pelouse de Fenerbahçe, mais l'espoir de se qualifier reste intact

Monaco retient-il les leçons du passé ? À première vue, avec cette défaite 2-1 sur la pelouse de Fenerbahçe, hier, lors du troisième tour préliminaire aller de Ligue des Champions, on est tenté de répondre non.

La faute une nouvelle fois à deux erreurs défensives individuelles qui laissaient Emenike inscrire en puissance (38') puis en finesse (60') un doublé. Mais contrairement à l'élimination en barrages contre Valence l'an dernier (3-1 puis 2-1), Monaco n'a pas complètement sombré lors de sa sortie stambouliote. Un détail qui permet de garder espoir en vue du match retour mercredi au stade Louis-II.

Et il faudrait presque se réjouir de n'avoir qu'un retard d'un but à rattraper.

La note aurait pu être bien plus salée. Sur le terrain, tout avait très mal commencé. Un poteau concédé au bout de 40 secondes de jeu, puis un but refusé (5'), et la blessure du gardien Morgan De Sanctis (13') remplacé par le jeune Badiashile, 18 ans, ont ponctué un premier quart d'heure dantesque pour l'AS Monaco. Passé l'ouragan, les Monégasques réussissaient à mettre enfin le pied sur le ballon. Mais c'est quand on sentait ces Rouge et blanc en confiance que les vieux démons défensifs de la saison passée ont ressurgi.

Sur un ballon anodin de 40 m en profondeur, la défense s'est trouvée déchirée par l'appel d'Emenike et ses larges épaules. Au duel, Jemerson tombait comme une fleur fanée laissant le Nigerian tromper Badiashile. Le jeune gardien vainqueur de la Gambardella a été très bon.

Et heureusement...

Dirar trouve le poteau

Pour remonter la pente et relever la tête, Monaco a pu s'appuyer sur son 4-4-2 et son jeu dans les couloirs. Mendy et Sidibé ont rendu une bonne copie, et jusqu'au bout Leonardo Jardim a choisi de faire confiance à ce système à deux attaquants. C'est d'ailleurs sur un centre venu du côté droit que Dirar trouvait Falcao pour l'égalisation juste avant la mi-temps (42'). Si Monaco a trébuché sur deux erreurs individuelles (Raggi oubliait Emenike pour le but du 2-1, 60'), collectivement, le onze de Jardim ne s'est pas désuni. Au milieu, Bakayoko réalisait certainement l'un de ses meilleurs matches avec le maillot de Monaco avant de plonger un peu physiquement. Offensivement, l'ASM s'est procurée des occasions. Germain croisait trop sa tête (47'), Dirar trouvait le poteau (48') et Falcao obligeait le gardien turc à se détendre (63').

Aujourd'hui, les partisans du verre à moitié plein vont se chamailler avec ceux qui l'ont vu à moitié vide hier. Mais quand ces absences en défense se répètent au fil du match, il est difficile d'aller chercher un résultat. Il faudra donc attendre le match retour au Louis-II pour placer le curseur des regrets. Fab.P.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct