“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La génération 1998 passe le flambeau

Mis à jour le 17/07/2018 à 05:07 Publié le 17/07/2018 à 05:07
Sylvie Barret a vendu pizzas et panini le soir de la finale, dans une «super ambiance»
	(Florent Bardos)

La génération 1998 passe le flambeau

Hier matin la France se réveillait championne du monde de football. Première fois pour certains, deuxième pour d'autres, tous ont célébré la victoire ensemble hier soir

Sylvie Barret est fidèle au poste ce lundi matin. Depuis huit heures elle vend des spécialités mentonnaises aux abords du marché des Halles. Ses yeux fatigués trahissent tout de même une nuit festive. «Hier soir j'avais un peu l'impression que la génération 98 passait le flambeau aux plus jeunes, ceux qui vivaient leur première victoire en coupe du monde».

La Mentonnaise de toujours se rappelle des célébrations de 1998, «il y avait peut-être eu plus de retenue à sortir dans les rues, cette fois tout le monde est sorti spontanément, les jeunes comme les plus âgés».

Cette spontanéité, Marsou Viano, emblème du supportérisme roquebrunois, s'enthousiasme de l'avoir trouvée également sur le terrain. «Cette génération je la trouve plus authentique, par rapport à 98 où ils se la pétaient un peu», confie la figure du bar les Allobroges.

Tous ne partageraient peut-être pas l'analyse. Sous les Halles du marché, un peu déserté en ce lundi matin, on refait le match. «Je trouve qu'ils ont moins dominé qu'en 1998. Cette année on est vraiment tombé sur des guerriers

Cette victoire, peut-être appartient-elle à ceux qui ne peuvent faire de comparaisons avec le match d'il y a vingt ans.. À cette jeunesse qui ne connait du premier sacre que ce qu'on lui en a raconté.

Jonathan est né en septembre 1998. «Je connais le match contre le Brésil presque par cœur, j'ai regardé des centaines de fois les images des Champ-Élysées. Mais cette fois c'est différent. Je vis vraiment la Coupe du Monde, pas seulement à travers les vidéos ou ce que mes parents me racontent

Tous n'espèrent désormais qu'une chose, «après 1998 on avait remporté le championnat d'Europe en 2000, alors rendez-vous en 2020 !»


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.