“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La bouffée d’oxygène

Mis à jour le 30/09/2019 à 10:15 Publié le 30/09/2019 à 10:15
Leonardo Jardim a pu ménager certains joueurs en fin de rencontre contre Brest.

Leonardo Jardim a pu ménager certains joueurs en fin de rencontre contre Brest. Cyril Dodergny

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

La bouffée d’oxygène

En signant un deuxième succès de rang, Leonardo Jardim et l’ASM ont retrouvé le sourire après un début de saison complètement loupé

Un entraîneur a toujours ses valises de prêtes. Jardim l’avait rappelé il y a maintenant 15 jours quand tout allait mal sur le Rocher et que son avenir était en suspens.

Un avenir lié directement aux résultats de cet enchaînement de trois matches en dix jours : Reims, Nice, et Brest.

La gestion du club était alors pointée du doigt par le Palais, et des entrevues avaient été organisées à quelques jours du derby du côté de La Turbie entre toutes les parties. Les relations sont tumultueuses, et il n’est pas certain que les bons résultats gomment les rancunes. Mais au moins, en empochant 7 points sur les trois dernières rencontres, Leonardo Jardim a ramené le calme en Principauté, et le brin de sérénité nécessaire pour lancer une saison.

Monaco, pour l’instant, a parfaitement négocié ce “septembre rouge” qui sera vraiment bonifié en cas de succès à Montpellier samedi, juste avant la trêve internationale. Il faut remonter jusqu’au 18 mai 2018 pour trouver trace de trois victoires de rang en L1.

Interrogé sur cette pression qui retombe après le succès contre Brest, le coach portugais a été clair.

« Vous parlez de pression, d’entraînement meilleur ou non... Mais vous savez, ce résultat donne une seule chose : du sourire, assurait-il devant les caméras. Car on travaille toujours de la même façon, mais il y a plus de sourires chez les joueurs, le staff médical, les intendants, les dirigeants etc. Maintenant nous sommes tournés vers le prochain match. C’est toujours comme ça. Par contre, c’est plus amusant de travailler quand on gagne et qu’on est en haut au classement ».

Surtout, ces trois dernières prestations viennent mettre fin au débat sur l’éventuelle fracture entre le groupe et son entraîneur en termes de communication.

« Honnêtement, j’ai avec moi un groupe d’hommes, affirmait-il. Des personnes qui connaissent bien le foot et qui savent que l’entraîneur essaye de faire de son mieux. Trois joueurs ont déjà travaillé avec moi au Sporting Lisbonne, quatre ou cinq sont ici depuis plusieurs années. Et ceux qui sont arrivés savent aussi que le staff donne le maximum. Il n’y a pas que le résultat qui vient valider le travail d’un entraîneur. De l’extérieur, c’est vrai que c’est le seul critère sur lequel s’appuyer. Mais en interne, on fait attention à l’application, les exercices, l’entraînement, la vie de groupe. Les joueurs savent qu’on travaille bien ».

Et sur le terrain, force est de constater que tout va pour le mieux. Surtout depuis que la défense à trois a trouvé sa marque. Trois places partagées par Glik, Maripan, Badiashile et Jemerson (Naldo n’ayant pas encore joué).

Dans le couloir droit, Gelson Martins se met enfin au service de l’équipe et l’équilibre est assuré par Bakayoko et Golovin, étincelants.

« On joue mieux collectivement, ça fait 4-5 semaines qu’on bosse ensemble et tout ça se voit sur le terrain : la communication, le jeu collectif. Au début c’était difficile, l’équipe a dû beaucoup changer », aime à rappeler Jardim.

Aujourd’hui, Jardim a sous sa main un groupe d’une vingtaine d’éléments de qualité. « Il y a beaucoup de respect au sein du groupe, insistait le technicien portugais. Aujourd’hui (samedi), Glik a joué alors que tout le monde dit qu’il n’est pas bon. Mais Glik est un bon joueur. Tout comme Fabregas qui avait été critiqué. Nous, on reste positif et on fait comprendre que tous les joueurs sont importants. Tout le monde aura du temps de jeu. Les joueurs savent que le staff est attentif à ça. Le plus important c’est qu’ils répondent présent quand ils sont appelés. »

Le déplacement dans l’Hérault sera un vrai test car rien n’est jamais simple à la Mosson. En cas de succès, la page de la saison dernière sera bel et bien tournée.

13

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.