Rubriques




Se connecter à

Jérémy Toulalan entend "sauver les meubles" de l'AS Monaco

Encore traumatisé par la gifle reçue àLyon (1-6), le capitaine Jérémy Toulalan souhaite remobiliser ses troupes pour l’emporter contre Montpellier et boucler une « saison correcte »

propos recueillis par Mathieu Faure Publié le 13/05/2016 à 05:08, mis à jour le 13/05/2016 à 05:08
Jérémy Toulalan Photo Eric Dulière

Quand le bateau tangue, le capitaine est toujours à la barre. Après la claque du Parc OL (1-6), Jérémy Toulalan s'est présenté face à la presse pour la dernière fois de la saison. En temps normal, on aurait pu faire des blagues, reparler de la saison, se projeter. Pas là. Demain, Monaco joue sa tête contre Montpellier. Alors que le club souhaitait terminer deuxième de Ligue 1, c'est la troisième place qu'il faut finalement sauver...

Jérémy, vous revenez devant la presse en tant que capitaine, c’est que la situation l’exige, non ?
C’est le dernier match, on doit l’emporter pour « sauver les meubles ». Si on termine troisième, on aura fait une saison correcte et on pourra toujours accéder à la Ligue des Champions.

Vous n’avez pas l’impression que la saison est ratée ?Vous avez été éliminés des coupes très tôt, vous aviez dix points d’avance sur Lyon en février...
C’est pour ça que troisième, ça sera une saison correcte.Notre objectif initial était la deuxième place, ça ne sera pas le cas. Donc, si on arrive troisième, l’objectif ne sera rempli qu’à moitié.

Comment se remet-on du match de Lyon et de ce score (1-6) ?
C’est difficile. On y pense encore, le résultat fait mal, au-delà des conséquences au classement.Il faut gagner contre Montpellier et finir du mieux possible.Chaque match est différent, ça ne sera pas évident.A nous d’être remobilisé et de faire le jeu.Il faudra être attentif à leurs contres car c’est une équipe très rapide, surtout sur les côtés.

 

Quel était le message du Prince et du Président, venus vous voir à la Turbie, jeudi ?
Ils sont derrière nous. Même si on connaît des moments difficiles, on est tous ensemble, il reste encore un objectif à atteindre.Leur présence démontre qu’ils sont derrière nous et que le match de Montpellier est important.

Vous aviez dix points d’avance sur Lyon, comment la situation a-t-elle pu se dégrader aussi vite ?
C’est difficile à expliquer.On a été rejoint au score sur pas mal de match, je pense à Caen, par exemple (2-2). Maintenant, il faut passer à autre chose. On fera le bilan après le dernier match, pour voir ce qui a fonctionné, ce qui n’a pas marché.

Vous vous êtes dit que la deuxième place était acquise ?
Pour ma part, non.On sait que ça va très vite en football.Lyon a fait une grosse remontée,Bruno Genesio a fait un très gros travail et nous, de notre côté, on a été moins performants.

« Première fois que j’encaisse un 6-1 »

Il existe un sentiment de gâchis, non ?
La déception est la même que celle d’avoir perdu 6-1...

 

Vous avez pris 50 buts en Ligue 1 cette saison, c’est énorme.Comment expliquez cette nouveauté ?
On est peut-être moins bien équilibré.Malgré tout, on arrive à être troisième.On a une certaine régularité qui ne suffit pas pour être deuxième.

Le groupe est-il concerné par cette troisième place ?
Oui, on sait qu’il faut l’emporter.L’an dernier, à la dernière journée, il fallait l’emporter pour terminer troisième et tout le monde était content.Cette saison, toujours en étant troisième, ça sera différent car on sait à quel point c’est dur de passer les barrages.Même si on sait que certains joueurs partiront cet été, d’autres resteront et la Ligue des

Champions est une belle vitrine.Vous avez un peu plus de pression pour ce match ?
Oui, c’est pour ça que l’on fait ce métier, il n’y a que le sport de haut niveau qui peut amener ces émotions-là, qu’elles soient dures ou bonnes.Parfois, il y a des moments de joie.

Avez-vous trouvé de la joie malgré tout, cette saison ?
De ne pas se qualifier en ligue desChampions, ça a forcément compliqué la saison.Ce n’était pas une année facile, il y a des saisons plus dures que d’autres.

 

Les tensions au sein du club ont-elles eu des répercussions sur le groupe ?
(Direct) Non.

Comment l’entraîneur a-t-il vécu cette semaine ?
Dur, comme tout le monde.6-1, c’est la première fois de ma carrière que j’encaisse un tel score... Forcément, on est affecté mais il reste un match très important.Il faut passer outre. Quand on est entraîneur, on est toujours en première ligne, c’est lui, la première cible et je trouve qu’il le vit plutôt bien.Il a l’habitude, ça fait partie du métier.C’est le job le plus dur dans le football.

C’est un métier qui vous plairait ?
(Franc) Non, pas du tout.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.