“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Je vais te mettre une bonne tarte dans ta gueule": Patrice Evra menace son ancien coéquipier à l'AS Monaco Jérôme Rothen

Mis à jour le 08/03/2019 à 20:27 Publié le 08/03/2019 à 20:05
Jérôme Rothen et Patrice Evra sous les couleurs de l'AS Monaco.

Jérôme Rothen et Patrice Evra sous les couleurs de l'AS Monaco. Photo archives Franz Chavaroche

"Je vais te mettre une bonne tarte dans ta gueule": Patrice Evra menace son ancien coéquipier à l'AS Monaco Jérôme Rothen

Critiqué par le consultant de RMC Sport pour sa célébration après la qualification de Manchester sur le terrain du PSG mercredi, Patrice Evra a violemment réglé ses comptes sur les réseaux sociaux.

L'ancien défenseur de Nice et de l'AS Monaco a répondu de façon assez virulente aux critiques émises contre lui après le match entre son ancien club de Manchester United et le Paris Saint-Germain. 

Fou de joie après le but de Rashford synonyme de qualification, Patrice Evra a publié une vidéo sur Instagram où on peut le voir crier "Ici, c'est Manchester", devant les yeux ébahis de plusieurs témoins.

Une attitude qui a agacé et aurait même provoqué de nombreuses tensions à l'issue de la rencontre. 

"L'autre... Patrice Evra, qui se permet de faire une vidéo comme ça dans le carré, la tribune présidentielle au PSG, devant les supporters parisiens, les actionnaires du PSG... mais tu respectes qui mon coco?!", a réagi dans la foulée son ancien coéquipier sur le Rocher Jérôme Rothen dans l'After d'RMC Sport.

"Qu'il fête, ok. Qu'on me dise qu'il a marqué l'histoire du club, ok, mais respecte!, poursuit-il. Qu'il fasse ses vidéos en dehors ou dans le vestiaire, qu'il soit content, ok, on est d'accord qu'il a marqué l'histoire de Manchester United et pas du PSG. Mais c'est une question de respect, d'éducation", s'est-il insurgé.

Des critiques que n'a que très peu goûtées Patrice Evra, et auxquelles il a décidé de répondre directement sur Instagram. 

L'ancien défenseur sans club après deux aventures ratées à Marseille et West Ham s'en est pris à ceux qui "cherchent un bouc-émissaire une fois de plus…" et qui "viennent pleurer sur son Insta".

Exposant son palmarès aux "enfants Panpan cucul qui sont nés après l'Iphone X", Evra s'est ensuite attaqué de façon très agressive à Jérôme Rothen avec qui il avait atteint la finale de la Ligue des Champions sous le maillot monégasque en 2004.

"Roro, pas toi. On m’a dit 'Jerôme...' J’ai dit, mais non arrêtez vos conneries. On m’a montré la vidéo. J’ai dit 'l’autre, espèce d’enfant de capote trouée'. Oh la, pardon monsieur Rothen, en plus je l’aime bien ton père. Mais faut le retenir votre môme monsieur Rothen. Il est en train de péter les plombs. T’es en train de péter les plombs ma petite blonde", s'est-il lâché. 

Avant d'aller encore plus loin et de le menacer physiquement: 

"Ta récompense c’est que dès que je te croise je vais te mettre une bonne tarte dans ta gueule. Et tu peux dire oh il est violent il répond par la violence. Je vais te mettre une bonne tarte dans ta gueule. Et tu sais que je ne parle pas pour rien. On va se croiser. On a mangé dans la même assiette Jé (...) Tu as toujours été ami des journalistes. Quand tu avais 5, et que Bernardi (Lucas) ou Zikos (Andreas) ils avaient 7 par exemple, parce que oui t’étais parano avec les notes, tu les appelais et tu disais'"ouais, pourquoi tu ne m’as pas mis un 7, ceci, cela' (...) T’es à ta place, à raconter de la merde, à mentir. Ça me fait mal. Mais attention, toi je vais te croiser"


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct