“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Je fais l'arrêt au bon moment": le destin de Marc-Aurèle Caillard, formé à l'AS Monaco et qui a écœuré l'OGC Nice avec Guingamp

Mis à jour le 25/12/2018 à 21:10 Publié le 25/12/2018 à 20:59
Comme un coup du destin, Caillard a connu sa première en Ligue 1, au Louis-II contre l'AS Monaco.

Comme un coup du destin, Caillard a connu sa première en Ligue 1, au Louis-II contre l'AS Monaco. Photo AFP

"Je fais l'arrêt au bon moment": le destin de Marc-Aurèle Caillard, formé à l'AS Monaco et qui a écœuré l'OGC Nice avec Guingamp

On peut garder les buts de l'En Avant Guingamp et porter le prénom du plus célèbre empereur - Marc-Aurèle - qui dirigea l'Empire romain lors de son apogée (161 - 180). C'est le destin de Marc-Aurèle Caillard, 24 ans, formé à l'AS Monaco et qui vient de disputer son premier match de Ligue 1 au Louis-II.

Pour ce drôle de baptême, le portier guingampais a sorti un gros match quatre jours après avoir écœuré l'OGC Nice lors d'une séance de tirs au but en Coupe de la Ligue.

Passé par Clemont après sa formation sur le Rocher (2010-2015), le gardien a franchi un cap dans les Côtes-d'Armor.

Quand on est formé à Monaco, est-ce que cela a une saveur particulière de disputer son premier match de Ligue 1 au Louis-II?
Oui, c'est certain, c'est un beau clin d'œil. J'avais déjà eu l'occasion de débuter des matches en Coupe de la Ligue cette saison mais c'est sûr que jouer à Monaco, mon club formateur, pour mon premier match en Ligue 1, c'est beau. J'ai su être patient, j'ai beaucoup sué pour en arriver là. C'est le fruit de la réussite et du travail.

En parlant de Coupe de la Ligue, on vous a vu brillant dans l'exercice des tirs au but contre Nice la semaine dernière.
Je faisais beaucoup de séances dans les tournois de jeunes mais une fois au centre de formation ou lors de mon passage à Clermont-Ferrand, je n'avais jamais eu la possibilité de faire de séances officielles. Là, j'ai eu la chance de briller deux fois, face à Angers (trois tirs au but arrêtés) puis Nice (trois tirs au but stoppés également). On avait beaucoup travaillé à la vidéo avec l'entraîneur des gardiens et puis après, au-delà des penalties, dans le contenu des matches je me suis vite rassuré, j'étais en confiance et c'est important d'aborder une séance de tirs au but avec une grande force mentale. C'est un duel avec l'adversaire les tirs au but, c'est assez excitant.

"Avec l'ASM, j'ai eu le privilège de vivre des beaux parcours en Ligue des Champions"

Et vous voilà titulaire en Ligue 1, est-ce que cela peut être le déclic pour la deuxième partie de saison?
On verra. On vient de gagner à Monaco, un concurrent direct au maintien, mais on va déjà partir en vacances, se reposer, recharger les batteries. A la reprise, on va voir comment ça va se passer, d'autant qu'on reprend par deux matches de Coupe dont un déplacement au Parc des Princes. Je ne vais pas me mettre de pression, non plus. Il faut laisser venir les choses et attendre la suite avec beaucoup d'envie.

Quels souvenirs gardez-vous de votre formation monégasque?
Honnêtement, que de très bons souvenirs. D'autant que j'ai eu la chance de vite monter avec le groupe professionnel en tant que troisième gardien. J'ai eu le privilège de vivre des beaux parcours en Ligue des champions jusqu'à la double confrontation avec la Juventus Turin en quart de finale en 2015. On avait éliminé Arsenal le tour précédent, pour un jeune joueur, ce sont des grands moments. J'ai encore croisé des anciens coéquipiers en venant au Louis-II, mais également des membres du staff, des coaches. Ce sont toujours des retrouvailles chaleureuses car c'est toujours un plaisir de revenir à Monaco.

Êtes-vous surpris de les voir en si grande difficulté cette saison?
Oui, le club a beaucoup changé. Depuis deux ans, le virage s'est accéléré même s'ils ont fait une saison 2017 incroyable avec le titre de champion et une demi-finale de Ligue des champions mais c'est sûr que c'est dur de les voir dans cette situation. Çà fait mal au cœur mais pendant le match j'étais concentré sur mon boulot. Je suis à Guingamp maintenant, donc c'est de la compétition et il ne faut pas avoir d'états d'âme avec ça.

Un match durant lequel vous sortez un arrêt important sur Falcao alors que le score était encore de zéro à zéro...
Je me suis aussi entraîné avec Falcao quand j'étais à Monaco, ce sont des joueurs que je connais un peu du coup. Je fais l'arrêt au bon moment, c'est bien, mais les matches de Coupe de la Ligue m'ont aussi permis d'engranger de la confiance, c'est un tout en fait. J'évolue dans un groupe sympa aussi, mes coéquipiers m'ont bien aidé à préparer ce match. Il faut les remercier aussi, on a vu contre Monaco qu'on était un groupe soudé et solide. Cette victoire doit nous servir pour la suite. On revient à deux points de Monaco, il faut y croire pour se maintenir.

Avez-vous ressenti un pincement au cœur de jouer devant vos proches?
Ma maman est venue spécialement de Paris car mes parents vivent là-bas mais j'avais aussi des amis en tribunes. Quand on est dans le match, on oublie un peu tout ça.


Savoir +
Marc-Aurèle Caillard, né le 12 mai 1994 à Melun. Taille :1,91 m.
Parcours: Monaco (2010-15), Clermont (2015-17, 26 matchs en L2), Guingamp (depuis juin 2017, 1 match en L1).


La suite du direct