“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

INTERVIEW. L’AS Monaco, son départ avorté au PSG, Besiktas... Fabinho se livre pour Monaco-Matin

Mis à jour le 31/10/2017 à 10:13 Publié le 31/10/2017 à 10:12
Nous avons rencontré Fabinho à l’hôtel Métropole

Nous avons rencontré Fabinho à l’hôtel Métropole Photo M.A.

INTERVIEW. L’AS Monaco, son départ avorté au PSG, Besiktas... Fabinho se livre pour Monaco-Matin

A joueur à part, endroit à part. Mercredi 1er novembre, avant le déplacement de l’AS Monaco à Bordeaux, nous avons rencontré Fabinho à l’hôtel Métropole, à quelques pas de la place du Casino, au cœur de Monte-Carlo.

Le Brésilien est arrivé à pieds, tranquillement: "J’habite juste à côté".

Parfois, il lui arrive de faire ses courses dans le quartier où il sort son chien, Prada. Le nom a été choisi par sa femme, tient-il à préciser. A Monaco, "Fabi" est comme chez lui.

Arrivé en 2013, le natif de Campinas a bien grandi. Pour ses 24 ans, le 23 octobre, sa femme lui a offert "une montre"; ses coéquipiers, "des tee-shirts, parfums".

Sans retenue, le Brésilien s’est livré comme rarement pendant près d’une heure dans un coin feutré du 5 étoiles. Son départ avorté au PSG, sa relation avec Jardim, ses ambitions en sélection, Fabinho n’a rien esquivé, allant même jusqu’à se marrer. Et plus d’une fois.

Comment un club demi-finaliste de la dernière Ligue des Champions se retrouve à jouer sa survie lors d’un déplacement à Besiktas en poule?
"On ne s’attendait pas à perdre contre eux au match aller (1-2). On a fait des erreurs inhabituelles. Par exemple, nous avons donné de l’espace à certains joueurs... Mais nous sommes confiants pour cette rencontre. Nous savons à quelle ambiance nous attendre, ce sera difficile, mais faisable. On a l’équipe pour gagner là-bas."

Mais vous n’avez plus le droit à l’erreur…
...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct