“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

INTERVIEW. Football Leaks: le journaliste de Mediapart qui a révélé les secrets de l'AS Monaco se confie

Mis à jour le 20/11/2018 à 18:30 Publié le 20/11/2018 à 18:26
Antton Rouget, journaliste Mediapart.

Antton Rouget, journaliste Mediapart. Photo DR

INTERVIEW. Football Leaks: le journaliste de Mediapart qui a révélé les secrets de l'AS Monaco se confie

Antton Rouget a révélé pour Mediapart les secrets du président Rybolovlev et de l’ASM dans le cadre des Football Leaks.

Les Football Leaks n’ont pas épargné l’AS Monaco déjà très mal en point en championnat (19e de L1).

Depuis 15 jours, Mediapart publie une enquête en huit chapitres sur l’ASM et son président Dmitri Rybolovlev. Le dernier volet, demain après-midi, portera sur les relations entre l’AS Monaco et les instances françaises du football.

Commissions d’agents, recrutement de joueurs mineurs, Fair-Play Financier, jeu d’influences en Principauté, l’enquête révèle les arcanes du football moderne.

Souvent à la limite de la légalité, parfois en dehors des clous, ces révélations montrent surtout à quel point le flou juridique entoure le monde du foot où les règles sont visiblement faites pour être contournées.

Antton Rouget, 28 ans, est l’un des deux journalistes à avoir travaillé sur cette enquête. Des révélations qui s’appuient sur des documents obtenus par une source tenue secrète.

"La plus grande fuite de l’histoire du journalisme", comme on peut le lire en préambule sur le site d’information.

>>RELIRE. Pourquoi l'AS Monaco est visé par les Football Leaks, cette vaste enquête sur les entourloupes financières des clubs

Comment avez-vous procédé?
On travaille depuis le 1er juin dans l’équipe des Football Leaks.
Nous sommes trois à Médiapart. Avec Michel Henry, nous avons travaillé sur le volet Monaco et l’ASM. Quand on analyse un Leak, on essaye de détecter les grands ensembles et les sujets qui peuvent être sortis. Football Leaks, c’est en tout 70 millions de documents. Pour Monaco, on va dire qu’il y en a eu plusieurs dizaines de milliers. On s’est appuyé sur quelques centaines jugés intéressants pour l’intérêt général. Ce sont des mails, pdf, vidéos, fichiers excel, word etc. Très rapidement, on a vu qu’il y avait beaucoup d’éléments sur l’AS Monaco. À partir de là, au fur et à mesure, on a resserré nos recherches, regardé ce qui valait la peine d’être raconté. Tout n’est pas intéressant.

Pourquoi Monaco est revenu autant de fois dans vos recherches?
Pour être honnête, nous faisons avec les documents en notre possession. Monaco, ou le PSG sont des clubs d’une grande notoriété, il était nécessaire pour nous de regarder dans leurs directions. Nous avions des éléments très intéressants sur le fonctionnement de l’AS Monaco qui a en plus la spécificité d’avoir un propriétaire (Dmitri Rybolovlev) aux ambitions atypiques, via le championnat de France de L1. Comme on l’a raconté pour le Qatar via le PSG. On a voulu montrer qu’avoir un club en Principauté, était pour Dmitri Rybolovlev une arme d’influence.

>>RELIRE. Football Leaks sur les transferts de mineurs à l'AS Monaco: la Ligue de football professionnel ouvre une enquête

"Le plus difficile? La phase de recherche"

Mais l’AS Monaco a-t-elle été “piratée” plus qu’un autre club?
Je comprends ce questionnement. Mais pour être franc, on n’a pas de contact direct avec la source. On ne sait pas comment elle a obtenu ces documents, ni pourquoi certaines institutions ou clubs sont concernés plus que d’autres. Notre boulot à nous, c’est de vérifier et d’authentifier les documents, et de penser à l’intérêt général de nos révélations. L’intérêt général, c’est notre principale occupation. Pour l’AS Monaco, via son propriétaire, on sort du monde du football. C’est pour cela qu’on a rencontré des proches du président, récupéré des documents judiciaires de plusieurs pays, travaillé avec d’autres confrères étrangers etc. On ne voulait pas effleurer le sujet, et c’est pour cela que nous avons sorti huit épisodes sur ce thème “Rybolovlev, l’homme qui voulait s’offrir un pays”.

Le plus difficile?
La phase de recherche. C’est un travail ingrat et fastidieux au début.
On se rend compte ensuite que M.Rybolovlev est quelqu’un d’extrêmement secret, qui cloisonne tout. C’est ce qui fait sa puissance. Le plus dur pour nous a donc été de pénétrer ce milieu, rencontrer des gens qui voulaient bien nous rencontrer. C’était passionnant, mais complexe.

>>RELIRE. Football Leaks: Monaco irrité par la déformation de la réalité autour du prêt d'Echiéjilé à Liège en 2016

Dmitri Rybolovlev suscite-t-il la crainte autour de lui?
Disons qu’il cloisonne beaucoup. Il a beaucoup d’activités différentes, des investissements dans plusieurs pays, dans tous les milieux, et avec plusieurs personnes qui travaillent pour lui, tout en restant dans le contrôle permanent. On voulait comprendre cet ensemble. On parle d’intérêts économiques et financiers énormes. Donc oui, les gens qui sont dans ce milieu-là sont très peu disposés à en parler.

Le club a-t-il joué le jeu?
Oui, il faut le souligner car ce n’est pas toujours le cas dans nos enquêtes. Certaines fois, des personnalités ou des clubs refusent de répondre à nos questions. L’ASM l’a toujours fait, mais quand nos questions étaient très précises, les réponses l’étaient beaucoup moins. Ils se contentaient de répondre de manière générale, disons. Comme sur les contrats avec les agents par exemple.
Même constat pour le personnel politique monégasque que nous avons interrogé: ils ont répondu. Nous avons eu l’entretien avec le Prince qui a ainsi pu nous exposer sa vision.

Il vous a sollicités?
Non, c’est nous. Il est très important pour nous de donner la parole à toutes les parties. On le fait très en amont. Environ un mois avant, parce qu’on sait que ce sont des questions lourdes, précises etc. Il est très important de laisser du temps à ces personnes de faire des recherches, afin de nous répondre précisément.

Qui n’a pas souhaité s’exprimer?
Plusieurs personnes mais disons que M. Rybolovlev et Mme Bersheda (son avocate) ont préféré faire des déclarations courtes et globales. On regrette qu’ils n’aient pas pu répondre à des points précis...

"Le monde du foot a ses propres règles"

Des institutions ou des juges se sont-ils tournés vers vous pour débuter des enquêtes?
Non. On suit les réactions à nos publications, comme tout le monde. On a appris l’ouverture d’une enquête préliminaire sur le fichage ethnique au PSG. Concernant le recrutement des mineurs à Monaco, on a vu que la Ligue de football professionnel et la Fédération souhaitaient mener également une enquête. Est-ce que les différents sujets que nous avons soulevés seront suivis d’enquêtes disciplinaires ou pénales ? ça, nous n’avons pas d’échos.

On a l’impression que vos enquêtes apportent un éclairage nouveau, mais qu’il y a finalement peu de choses répréhensibles au sens juridique du terme. Qu’en pensez-vous?
Concernant nos révélations, on fait attention à ne pas porter un esprit judiciaire. Que ce soit clair: on ne juge pas de la qualité d’une enquête à Mediapart par le seau de la justice. On n’est pas là à se dire, c’est illégal, on raconte ; ça ne l’est pas, on ne raconte pas. Nous trouvons d’ailleurs qu’il y a une judiciarisation à l’extrême des affaires. Il y a des choses qui peuvent nous paraître très graves au-delà la loi, mais ce n’est pas à nous de qualifier les faits. On est là pour raconter ce qu’il se passe. Après, c’est vrai que le monde du foot a ses propres règles, et certains les contournent. Les mêmes personnes qui ont édicté les règles du Fair-play financier par exemple, négocient pour les contourner. Dans le monde du foot, les règles et leurs applications sont très variables. À l’inverse, les modes d’actions des institutions sont assez limités. J’ai l’impression qu’il n’y a pas vraiment de garde-fou ou de force de rappel. Normalement quelqu’un est là pour rattraper les choses quand tout dérape. Ce n’est pas le cas. Il y a une fuite en avant du foot business et c’est ce que nous avons voulu documenter.

Parfois la morale est plus importante que la règle?
Clairement. Comme quand on interroge M.Vasilyev sur les 10% qu’il touche sur les plus-values des transferts. On a interrogé la Ligue, le club, etc, pour comprendre et savoir si le mécanisme est légal ou pas, sans qu’on se prononce là dessus. Mais au-delà de ça, pour nous, cette information éclaire sur la stratégie sportive et commerciale du club ces dernières années. C’est essentiel pour les supporters et pour ceux qui suivent le foot de comprendre comment tout ça est géré en interne.


Vasilyev, Monsieur 10%

Mardi, Mediapart révélait dans l’avant-dernier volet de l’enquête Football Leaks sur l’ASM, que le vice-président de l’AS Monaco, Vadim Vasilyev, a fait ajouter un avenant à son contrat depuis 2013 où figure un intéressement de 10% sur toutes les plus-values des ventes de joueurs.

Les moins values sont déduites. Rien d’illégal. Ainsi à l’été 2017, l’ASM, qui a vendu quatre stars (Tiémoué Bakayoko, Kylian Mbappé, Benjamin Mendy et Bernardo Silva), réalisait une plus-value de 286 millions d’euros.

Soit une commission de 28,6 millions pour le directeur général, qui sera versée en plusieurs fois, au fil des versements des clubs acheteurs (selon Médiapart).


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct