“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

INTERVIEW. Danijel Subasic: "On n'était pas prêt"

Mis à jour le 23/11/2017 à 07:39 Publié le 23/11/2017 à 07:38
Contre Leipzig le gardien croate a encaissé trois buts en une demi-heure.

Contre Leipzig le gardien croate a encaissé trois buts en une demi-heure. Photo DPA/MaxPPP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

INTERVIEW. Danijel Subasic: "On n'était pas prêt"

Après la déroute à domicile contre Leipzig synonyme d’élimination (1-4), Danijel Subasic, concède que la marche était trop haute cette année

Cadre de l’équipe, Danijel Subasic a fait le boulot comme on dit face à la presse. Tête haute, le gardien croate a assumé la déroute de son équipe sans forcément expliquer exactement le pourquoi du comment d’une telle gifle reçue contre Leipzig (1-4). Confiant pour la suite, Suba demande du temps.Dimanche contre Paris, il faudra montrer un autre visage.

Comment expliquez-vous cette première mi-temps catastrophique ?
C’est difficile à analyser. Quand un match commence comme ça... Quand vous êtes menés 2-0 à la neuvième minute... Mais bon c’est comme ça, c’est le foot, c’est la vie. On a fait beaucoup d’erreurs. On a donné tous les buts.

Vadim Vasilyev a pointé du doigt l’attitude des joueurs.Qu’en pensez-vous ?
Je ne sais pas. Ce n’est pas facile après 2-0 de réagir. On voulait, oui... Regardez le premier but : c’est un manque de chance. Le deuxième c’est une nouvelle erreur alors que le coach nous avait prévenus d’éviter de jouer dans l’axe. On voulait. Après, c’est facile de dire, quand on perd, que l’état d’esprit il n’est pas bien. Évidemment que lorsqu’on fait une entame pareille et qu’on encaisse deux buts rapidement, la confiance disparaît.

Pensez-vous être victime du projet monégasque avec ses nombreux départs au mercato ?
Ce qui est sûr, c’est qu’on n’était pas prêt. On n’était pas prêt pour la Ligue des champions cette année. Il faut l’accepter et continuer de travailler. Il faut qu’on s’améliore dans tous les compartiments comme le demande le coach.C’est comme ça. Alors oui, je vous avoue que c’est plus facile d’être devant vous (les journalistes) quand on gagne...Mais il faut aussi venir le faire quand les moments sont difficiles.

A quoi va ressembler la suite de la saison?
Déjà, il faut oublier l’Europe. C’est fini ! Ligue des champions, Ligue Europa, tout est terminé. Nous devons donc nous concentrer sur le championnat. C’est le championnat qui nous donne la possibilité de retourner l’année prochaine en Ligue des champions.

Dans ce contexte, affronter le PSG dimanche est-il une bonne chose ?
Je ne sais pas.On aura le temps d’en parler.J’espère qu’on fera quelque chose de bien. Il faut prendre des points.

Un esprit revanchard ?
Oui, mais il faut vraiment oublier cette soirée et penser à autre chose.

Mais par rapport à la saison dernière...
(Il coupe) Il ne faut plus parler du Monaco de l’an passé ! Parlons de ce Monaco-là.De ce qu’on peut faire de mieux.
Avec Andrea Raggi, vous êtes allés voir les supporters après le match.Que vous êtes-vous dit ?
Écoutez, je respecte tout le monde.J’allais toujours les saluer quand ça se passait bien...Je n’aime pas parler de ça, mais il faut aller vers eux.

Etaient-ils en colère ?
Non, non, non. On a parlé c’est tout. Il n’y a pas eu de problème.Enfin si, le problème, c’était notre défaite. Mais ils sont toujours là pour nous soutenir. Il faut oublier ce match et se concentrer sur Paris.

Avez-vous senti que les supporters comprenaient le projet monégasque qui fonctionne en cycles, où sont-ils lassés?
Je ne sais pas s’ils comprennent, mais c’est comme ça.Tout le monde a vu qu’on a perdu beaucoup de joueurs et que ce n’était pas la même équipe. Moi je l’ai déjà répété 1.000 fois : on a besoin d’un peu plus de temps. C’est le football. On n’est pas magicien, on ne peut pas chaque année faire un quart de finale ou une demie de Ligue des champions.

N’êtes-vous pas frustré?
Depuis le temps, je connais les conséquences de perdre beaucoup de joueurs au mercato.C’est comme ça.L’année où on est éliminé en poule de Ligue Europa (2015), c’était la même chose.

Vous attendiez-vous à un parcours aussi difficile en Ligue des champions ?
Je ne sais pas. Franchement...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.