“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Infranchissable Subasic": les notes des joueurs de l'AS Monaco dans le derby

Mis à jour le 07/02/2016 à 05:04 Publié le 07/02/2016 à 09:28
Subasic a effectué des arrêts décisifs à 10 contre 11.

Subasic a effectué des arrêts décisifs à 10 contre 11. Photo Cyril Dodergny / Franck Fernandes

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

"Infranchissable Subasic": les notes des joueurs de l'AS Monaco dans le derby

Le gardien croate a écœuré Nice en ne laissant aucune chance aux attaquants du Gym. Solide, Danijel Subasic a montré qu'il était toujours là dans les grands rendez-vous.

>> Tous nos articles sur le derby de la Côte d'Azur

SUBASIC (7): il a montré qu'à part ses chats qui le réveillent le matin à 7h, rien ne le stressait. Avec le plus grand des sang-froid, Suba a repoussé toutes les tentatives niçoises (19', 45', 54', 60', 87', 88', 90'). Il a montré toute sa technique: arrêt avec les pieds, claquettes, sortie dans les pieds etc. Un sans-faute.

RAGGI (5): à la blessure de Coentrao, l'Italien est passé à gauche avec pour mission de serrer le short de Ben Arfa. Pas le plus joli des cadeaux. Son centre-tir pour la tête de Vagner aurait pu être décisif (22'). A défendu sur un fil tout le match. Mais c'est lui qui s'est arraché pour chercher la faute de Pied à la 81'. Moutinho et Bakayoko se chargeaient ensuite de faire exploser le Louis-II.

CARVALHO (6): d'entrée il a montré qu'on pouvait compter sur lui en passant devant Seri d'une manière très autoritaire (10'). Il a bien collé Mathieu Bodmer au point de penalty pour l'empêcher de reprendre (77'). Vraiment concentré, il n'a pas laissé beaucoup d'espaces aux attaquants.

WALLACE (5): avec lui, il est plus simple de compter les passes réussies que les ballons perdus. Mais au final, Jardim semble très bien se contenter de cette dernière lame sans chichi. Mais à un moment, il va falloir resserrer les boulons parce que toutes ses relances à l'emporte-pièce auraient pu coûter très cher.

COENTRAO (non noté) : il avait donné le ton en titillant le joueur le plus dangereux côté niçois : HBA (4'). Mais en se blessant, le défenseur roublard a dû laisser sa place dès la 13e minute à Bakayoko (7) qui a bien pressé au milieu, mais a aussi perdu pas mal de ballons. Pas grave, en effleurant de la tête le coup-franc de Moutinho pour ouvrir le score (81'), Baka s'est fait pardonner.

FABINHO (7): agressif d'entrée de match dans un rôle de sentinelle légèrement décrochée pour gêner Seri, le Brésilien a ensuite regagné son côté droit à la sortie de Coentrao. Il a bouché les trous tant bien que mal sans jamais paniquer. Le plus concerné avec Moutinho et Bernardo Silva.

MOUTINHO (7): quel poison. Habitué à jouer les chefs d'orchestre, Moutinho a sorti le bleu de chauffe pour aller au combat. Plus en retrait dans la construction, il a surtout récupéré un nombre incalculable de ballons. Très efficace pour gêner les relances niçoises, il est sans conteste Monsieur Pressing. Son coup-franc rentrant, touché par Bakayoko a délivré l'ASM (81').

DIRAR (3): avant de se faire expulser d'une manière stupide et logique au retour des vestiaires (47'), le Marocain a multiplié les centres et les décalages (6', 15', 45'). Sa sortie a complètement déstabilisé son équipe. Son geste sur l'arbitre M. Chapron pourrait lui coûter très cher.

PASALIC (4): sa frappe puissante du droit a obligé Cardinale à boxer en corner (15'). Il a beaucoup couru dans le vide, avec toujours un temps de retard. Le Croate est dans le dur en ce moment. Remplacé par Carrillo (65'), qui a servi de point d'appui.

B.SILVA (7): il a mouillé le maillot ne reculant devant rien. Il a toujours bataillé, que ce soit pour récupérer le ballon dans les pieds de Koziello (16') ou Ricardo (87'). Il n'a pas forcément brillé par ses dribbles, mais alors, quel courage et don de soi. Chapeau !

VAGNER LOVE (5,5): on est déjà Love de lui. Avec le temps il mettra toutes ses occasions au fond. Car hier, il en a eu un paquet (6', 22',26', 38'). Problème, il n'a jamais fait les bons choix dans la zone de vérité que ce soit de la tête ou dans le dribble. Remplacé par Helder Costa (59') qui, par sa vitesse, a gêné la défense niçoise.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.