“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Il ne faut pas baisser les bras": Leonardo Jardim optimiste avant le match AS Monaco - Angers

Mis à jour le 23/09/2018 à 13:04 Publié le 23/09/2018 à 13:03
Leonardo Jardim, entraîneur de l'AS Monaco.

Leonardo Jardim, entraîneur de l'AS Monaco. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Il ne faut pas baisser les bras": Leonardo Jardim optimiste avant le match AS Monaco - Angers

Cinq matches sans victoire en Ligue 1, avec six points en six matches, l’AS Monaco connaît un début de saison très compliqué. Avant de recevoir Angers, mardi 25 septembre à 19h, Leonardo Jardim a fait le point sur le début de saison de son groupe. Il y a du mieux dans le jeu mais il faut, enfin, gagner des matches.

D’un point de vue comptable, votre début de saison est moyen, est-ce que cela vous met une pression éventuelle?
"C’est toujours plus agréable de préparer un match quand on enchaîne les victoires. Évidemment, on a besoin de valoriser notre travail, de motiver les joueurs. C'est la vérité, on bosse bien dans la semaine et on sort de deux matches assez aboutis, notamment dans l’attitude et le comportement. Il ne faut pas baisser les bras, les résultats vont suivre."

Pas d’affolement, donc?
"Pour ma part, non. On ne pourra pas rejouer nos matches, on est à 5 points de la tête, ce n’est rien. Il faut juste progresser et combler ce retard, le plus important c’est ça. Pour ça, une seule méthode: le travail."

Comment travailler avec un tel calendrier? Vous avez peu de moments de répit avec ce calendrier puisque vous allez jouer votre troisième match en sept jours.
"Oui, en ce moment on joue 3 fois par semaine, quand je parle de travailler, c‘est faire de la gestion d’effectif, parler, préparer nos matches. Mais toutes les équipes avec des objectifs élevés ont ce genre de soucis. On a l’habitude, ici, d’avoir des calendriers très chargés, c’est le signe que le club est habitué aux premières places. C’est pour cela qu’il est très important que les nouveaux joueurs s’adaptent à Monaco. S’adapter au club, au niveau, aux attentes."

Vous êtes serein malgré tout?
"Le projet de Monaco est simple: prendre des points, valoriser et faire progresser les joueurs. Évidemment, nous sommes attentifs aux résultats mais il ne faut pas perdre de vue la globalité du projet. Parfois, il faut protéger certains joueurs, notamment les jeunes. Un garçon comme Grandsir, il vient de Troyes, il jouait le maintien avec son club, il sort d’une saison à trois buts. Là, il a déjà marqué 33% de son total de l’an dernier, il découvre un autre niveau et il progresse. C’est mon boulot de faire franchir des caps."

Peut-on voir Golovin, Sidibé et Chadli dès le coup d’envoi contre Angers?
"Pour Golovin, on a deux options. Soit il débute et joue une petite heure, soit il rentre à une demi-heure de la fin. On va faire le point avec lui. Sidibé, c’est comme Chadli, ils ont enchainé deux matches sans avoir fait de préparation avec nous, il ne faut pas prendre le risque d’une blessure. Les deux sont prêts pour Angers. Mine de rien, on a connu un début de saison avec beaucoup de blessures et des retards physiques liés à la Coupe du monde: Golovin, Chadli, Sidibé, Subasic, Falcao, Glik, N’Doram, Pellegri, Jovetic. Notre rôle, c’est de minimiser ce retard dans le temps. Pour ce faire, on a besoin de rester costaud. On sera mieux avec le temps, c'est une certitude."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.