“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Hoddle, caviar princier

Mis à jour le 09/12/2015 à 05:02 Publié le 09/12/2015 à 05:02
Hoddle le Spur et Glenn le Monégasque.

Hoddle le Spur et Glenn le Monégasque. AS Monaco

Hoddle, caviar princier

Glenn Hoddle aura marqué Tottenham et Monaco de son talent pendant plus de 15 ans. Que ce soit aux Spurs (1975-1987) ou sur le Rocher (1987-1991), Hoddle était un génie

Joueurs, dirigeants, fans, journalistes, peu importe le CV, lorsque vous interrogez quelqu'un sur le plus grand talent monégasque, c'est toujours le même blase qui revient : Glenn Hoddle.

Quelque part, ce Tottenham- Monaco est un hommage au plus Monégasque des Anglais.

Star aux Spurs (1975-1987), c'est un génie qui débarque sur le Rocher en 1987.

Un deal qui n'aurait pourtant jamais dû se faire.

En effet, celui qui vient d'enfiler 110 buts en 490 matches avec Tottenham devait signer au... PSG.

La suite, c'est Hoddle qui le raconte dans Four Four Two : « J'avais déjà fait des recherches sur les écoles à Paris, mais à la dernière minute, Arsène Wenger, à Monaco, s'est renseigné sur moi. Personne ne connaissait alors Arsène, et j'ai dû regarder une carte pour savoir où se trouvait Monaco, mais mon instinct me disait que c'était la bonne destination. »

Au vrai, c'est un peu plus compliqué que ça.

Et pour avoir une autre version, il faut se tourner vers son compatriote anglais Mark Hateley.

Comme Hoddle, l'Anglais rejoint la Principauté en 1987 en provenance de l'AC Milan et raconte l'arrivée de son ami dans les colonnes du Daily Mail : « J'étais à un entraînement de présaison, et Arsène me dit qu'il a désespérément besoin d'un milieu offensif. Je lui dis : Pourquoi pas Glenn ? Il me répond...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct