Grégory Campi (ASM III): "Franchement, on s'éclate"

Gagner à domicile contre l'avant-dernier du classement, en l'occurrence Mouans-Sartoux, quand on est deuxième, peut paraître banal.

Article réservé aux abonnés
A. K. Publié le 09/02/2016 à 05:01, mis à jour le 09/02/2016 à 05:01
Promue en DHR, l'AS Monaco III s'affirme comme un favori à la montée en DH. Cette saison, les partenaires de Jan Koller ont marqué au moins un but à chaque journée. Photo Cyril Dodergny

Gagner à domicile contre l'avant-dernier du classement, en l'occurrence Mouans-Sartoux, quand on est deuxième, peut paraître banal. Pourtant, le cri de joie des Monégasques dans leur vestiaire a résonné comme si la victoire était décisive pour la montée en DH. Grégory Campi, l'entraîneur de l'ASM, a livré ses impressions juste après le derby.

Vous semblez particulièrement ravi par cette victoire ?
Oui, je suis très satisfait car on gagne un match d’hommes. Une partie correcte mais engagée, face à une très bonne formation de Mouans-Sartoux. On a serré les dents jusqu’au bout pour décrocher une victoire qui va compter en fin de saison.

 

Mouans-Sartoux vous a posé pas mal de problèmes...
On avait déjà souffert là-bas à l’aller. Aujourd’hui (dimanche), ça aurait pu tourner en leur faveur. Pour moi, ils vont se sauver facilement. Avec Miloud Rahmouni et Christophe Dumolin aux manettes, je ne me fais pas de souci pour eux.

Vous restez deuxièmes derrière St-Jean/Beaulieu. C’est bon pour la confiance?
Bien sûr. Mais on est déjà tellement heureux de se retrouver la semaine et le week-end. On n’est pas là à se mettre la pression pour savoir si on joue le titre ou la deuxième place. Franchement, on s’éclate. C’est comme cela depuis cinq ans. Qu’on gagne ou qu’on perde,rien ne viendra enrayer cette amitié entre nous. Quand il y a cette osmose dans un groupe, bon, tu peux perdre des matchs, mais pas beaucoup.

Quel est l’apport de Jan Koller dans cette vie de groupe ?
Sur le terrain, on ne joue pas en fonction de lui, et on ne le fera jamais. Jan se fond dans le collectif. Quand on voit un garçon de quarante-deux ans défendre à la 95e minute comme il le fait, tout le monde défend.Même moi, si je pouvais, j’irais.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.