Rubriques




Se connecter à

Golovin sort du silence

L’international russe a pris la parole, hier à La Turbie. Une première lors du point presse hebdomadaire depuis son arrivée sur le Rocher cet été. Des mots rares et forcément attendus

Christopher Roux Publié le 08/03/2019 à 10:02, mis à jour le 08/03/2019 à 10:02
Le Russe a expliqué hier, devant plusieurs journalistes de son pays, ne pas avoir songé à un départ lors du mercato hiverval.
Le Russe a expliqué hier, devant plusieurs journalistes de son pays, ne pas avoir songé à un départ lors du mercato hiverval. Cyril Dodergny

Il y a eu les blessures et les suspensions. Aleksandr Golovin a vécu un début de saison chaotique. Il a dû s’adapter à une nouvelle culture, un nouveau pays et une Ligue 1 qui lui était inconnue. Ce paysage délicat n’avait, logiquement, pas permis à l’international russe de se confier depuis sa présentation le 20 août dernier à Monaco. Comme souvent, dans ce genre de cas, les joueurs préfèrent travailler, se refaire la cerise et ouvrir leur cœur une fois que le vent a tourné. C’est ce qu’a fait le milieu offensif de 22 ans, hier matin à La Turbie. Enfin décisif (2 buts et 1 passe sur ses six derniers matchs), il a rembobiné ses six premiers mois sur le Rocher.

Hier, Golovin était surtout attendu sur son adaptation laborieuse.

« On peut dire que ça a été compliqué, a reconnu l’ex du CSKA Moscou. Un tel début de saison ne m’était jamais arrivé. J’ai toujours joué dans la même équipe, avec le même entraîneur (Monaco a changé deux fois de coach cette saison, ndlr). Les championnats russes et français sont très différents. La Ligue 1 est plus difficile sur tous les aspects, y compris le physique. Là tu comprends qu’il faut impérativement travailler. Il me fallait donc un temps d’adaptation. Jouer à l’étranger est un très grand risque pour les Russes. Mais si tu as ce rêve, alors il faut y aller. Même si nous n’avons pas l’habitude de nous exporter. »

 

Au pays, le retard à l’allumage de la star de la sélection a fait causer. Anciens éducateurs du joueur et ex-cadres de la sélection ont été amenés à commenter le rendement de la recrue la plus chère du mercato estival de l’ASM (30ME). Et ces analyses ont, parfois, pu être négatives. Un pessimisme sur lequel Golovin ne s’est pas attardé. Et qui ne l’a pas poussé à quitter le Rocher, en dépit des rumeurs de départ.

« Partir ? Je n’y ai pas pensé. Je ne pense qu’à l’AS Monaco et à faire le maximum pour le club. Les critiques ? J’essaie de ne pas y faire attention, comme je ne fais pas attention aux louanges des journalistes. Elles n’ont pas eu d’influence sur moi. »

Le 10 février dernier, Golovin sort sur blessure à Montpellier. Le lendemain, l’ASM précise qu’il souffre d’une contusion osseuse avec micro-fissure traumatique de la malléole externe droite. Le samedi suivant, le Russe est titulaire face à Nantes, alors que sa blessure paraissait sérieuse. Un retour aussi rapide que surprenant.

« J’avais reçu un gros coup. J’ai eu l’impression que c’était quelque chose de sérieux parce que la douleur était aussi forte que celle que j’avais ressentie en début de saison (quand il avait été victime d’une entorse lors de l’un de ses premiers entraînements, ndlr). Finalement, j’ai eu de la chance, ce n’était pas si grave. Au bout de deux-trois jours, j’ai pu recommencer à faire des efforts normalement. »

Le natif de Kaltan se sent de mieux en mieux en Principauté, ce qui explique sa réussite actuelle.

« Je joue bien avec mes coéquipiers, ça va nettement mieux. Je me sens comme si j’étais là depuis très longtemps. Je suis bien intégré. Beaucoup de joueurs parlent anglais et je commence à comprendre le français de mieux en mieux. J’ai déjà pris vingt-cinq leçons d’une heure et demie. Je me suis fait des amis, il nous arrive de sortir manger ensemble le soir. Sur le terrain, je pense plus à l’équipe qu’à mes statistiques. Même si c’est vrai que j’aimerais être plus décisif. »

 

Quant à son positionnement sur le pré, le Sibérien ne s’est pas mouillé, bien que ce soit derrière Falcao qu’il ait trouvé son rythme de croisière.

« Je m’adapterai, peu importe où je joue. Je me sens bien dans plusieurs positions, à gauche, à droite et en dix. »

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.