“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Germain" Ca peut aller très vite"

Mis à jour le 09/12/2016 à 08:31 Publié le 09/12/2016 à 08:30
Auteur déjà de huit buts cette saison, Valère Germain devrait être associé en attaque à Radamel Falcao, demain contre Bordeaux.

Auteur déjà de huit buts cette saison, Valère Germain devrait être associé en attaque à Radamel Falcao, demain contre Bordeaux. Photo C. Dodergny

Germain" Ca peut aller très vite"

Deuxièmes de L1 avant d’affronter Bordeaux demain (17h), Valère Germain et Monaco ne relâchent pas la pression. Ils savent que rien n’est acquis avant le choc de dimanche : PSG - Nice

Le PSG et Nice s’affrontent dimanche, c’est l’occasion de distancer l’une des deux équipes...
Ce sera d’abord à nous de prendre les trois points, sans forcément compter sur ce qui se passe ailleurs. On va quand même regarder avec attention ce match Paris-Nice. Nous aimerions prendre des points sur les deux équipes, mais il y aura encore beaucoup de chemin avant la fin du championnat.

Le titre de “champion d’automne” ?
Ce serait plaisant d’être premiers à la trêve. On fera tout pour l’être. Le résultat idéal ? Un match nul entre Paris et Nice nous permettrait de prendre des points sur tout le monde. Si on gagne de notre côté bien sûr... (sourire)

Monaco a toujours du mal contre Bordeaux. Pourquoi ?
Je n’étais pas là l’année dernière, mais à chaque fois, Monaco a du mal c’est vrai. Je ne sais pas pourquoi. On va essayer de faire mieux pour s’imposer et continuer de faire bonne impression.

Que connaissez-vous de cette équipe ?
La Toul’ déjà (Toulalan). Il y a beaucoup de joueurs d’expérience avec devant de la qualité.Je pense à Adam Ounas ou autres. Elle mérite de mieux figurer dans ce championnat. Il lui manque peut-être de la régularité. Après, sur un match, ils sont capables de rivaliser avec les meilleures équipes du championnat.
Jardim a dit de Bordeaux que c’était “la bête noire” de Monaco... Comment l’expliquez-vous ?
Depuis deux ans, oui. Après, sous Ranieri, je ne me souviens plus trop de ce qu’on avait fait (une victoire et un nul). On va tout faire pour que le coach s’enlève ça de la tête. Mais l’expliquer, concrètement, je ne sais pas.

Paris est moins bien cette année, ne sentez-vous pas qu’il y a un vrai coup à jouer ?
Les Parisiens sont moins bien mais ils sont là. Nice, c’est vrai qu’on ne sait pas si cette équipe va tenir, mais en même temps, on dit ça depuis la cinquième journée... et elle est toujours là. Plusieurs équipes vont lutter pour prendre le titre à Paris qui reste favori. De notre côté, il ne faut pas se mettre de pression inutile. On a un groupe assez jeune, même s’il y a pas mal d’expérience. Depuis le début, on prend les matches les uns après les autres et ça nous réussit. On sait qu’on est capable de faire de très belles choses, mais il faudra être régulier pour espérer.

Disons que l’espoir d’être champion cette année est plus grand que les années précédentes...
Oui, mais bon... Peut-être que Paris n’aura que cinq ou dix points d’avance à l’arrivée cette saison, et pas vingt-cinq. Ok, ils ont l’air un peu moins bien. Mais il y a aussi des périodes où on se dit qu’ils sont toujours là.ça reste un groupe d’une qualité extraordinaire et on sait qu’ils seront là jusqu’au bout. Entre eux et nous, la pression est différente. Paris est programmé pour gagner le Championnat tous les ans. Nous, si on finit deuxième, ce sera une super saison. Alors qu’eux, ce serait une catastrophe. On ne peut que créer la surprise, comme Nice ou Lyon. Il faut être patient. On verra où on en sera en mars-avril.

Pour vous, Lyon est toujours dans la course ?
Si on perd ce week-end et qu’ils viennent gagner chez nous dans dix jours, ça peut aller très vite. La saison passée, Lyon avait dix points de retard sur Monaco et il est revenu. Le Championnat se joue sur la régularité. Il faut être présent du mois d’août au mois de mai. Ce n’est pas comme la Ligue des champions... On sait qu’on connaîtra des périodes un peu moins fastes, et il faudra bien gérer ces temps faibles.

Vous vous éclatez cette saison à Monaco, c’était déjà le cas l’an dernier à Nice...
Oui, c’est plaisant, pour tout le monde. Beaucoup de joueurs ont du temps de jeu. Même ceux qui jouent moins ont leur chance et arrivent à être décisif. Tout le monde tire le groupe vers le haut et ça marche plutôt bien. En tant qu’attaquant, on prend du plaisir parce qu’il y a beaucoup de centres et de dédoublements. Tout le monde joue un peu plus simple que la saison passée.

Comment vivez-vous la concurrence ?
Les titulaires savent qu’ils ne doivent pas se relâcher. Parce qu’à chaque fois qu’un autre entre, il marque ou il est décisif. On n’a pas le droit cette saison d’être moins bien car on peut se faire chiper la place. La concurrence fait avancer le groupe.

La philosophie de jeu de Jardim a-t-elle évolué depuis deux ans ?
Tout le monde évolue. Nous, les joueurs, on a évolué, et l’entraîneur aussi a dû évoluer. Il y a eu un changement de système que tout le monde a vu (passage d’un 4-2-3-1 en 4-4-2). Forcément avec un groupe composé de talents offensifs comme le nôtre, on doit attaquer. On n’a pas une équipe programmée pour rester derrière, défendre, ou ne pas avoir le ballon. La preuve, contre Nice ou Dijon on le paye cash. On est une équipe qui doit jouer vers l’avant et presser haut.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct