Rubriques




Se connecter à

Galtier, Fournier, Dolberg, Benitez... A l'OGC Nice, on attend avec impatience les décisions d'Ineos

A Nice, tout le monde est suspendu à la prise de parole de Jim Ratcliffe. Les salariés du club, les supporters et les journalistes sont dans l’attente. Le boss doit communiquer avant que ne tombe un nouvel organigramme. Seul lui pourra dissiper le flou et trancher entre Fournier et Galtier.

V.M. Publié le 23/05/2022 à 20:20, mis à jour le 26/05/2022 à 18:47
Jean-Clair Todibo s’est imposé comme un taulier dans l’effectif niçois. Il plaît à beaucoup de clubs. (Photo Dylan Meiffret)

Si la puissance financière du groupe Ineos ne se dément pas, c’est également le cas de sa capacité à communiquer d’une façon singulière. Après avoir annoncé la signature de Christophe Galtier l’été dernier, en plein quart de finale de l’Euro entre la France et la Suisse, ou encore de confirmer sa tentative de rachat de Chelsea à une semaine de la finale de Coupe de France contre Nantes, les têtes pensantes de la firme n’ont pas encore acté le moment où ils dévoileront le nouvel organigramme du club. En interne, le flou est donc persistant et les salariés du club suivent, à travers la presse, cette lutte de pouvoir qui a accompagné la deuxième partie de saison niçoise. A l’arrivée, le grand gagnant devrait être Christophe Galtier, qui sera à la reprise le lundi 27 juin, au contraire de Walter Benitez, dont le contrat se termine au 30 de ce même mois. Son bail s’étirait automatiquement d’une saison en cas de qualification pour la Ligue des champions et non de la Ligue Europa Conférence, ou plutôt son barrage de qualifications (voir ci-contre).

Mené par Dave Brailsford, qui n’a pas répondu à nos sollicitations, l’audit devrait mener à la mise à l’écart de Julien Fournier, directeur du football Ineos depuis 2019 et au club depuis 2011. Joint par nos soins, ce dernier n’a pas souhaité s’épancher sur sa situation personnelle. Muet depuis plusieurs semaines, Fournier rumine sa colère. Il parlera au moment idoine pour éclaircir certaines zones d’ombre.

 

De son côté, Galtier, qui a fait le voyage dès dimanche à Cassis pour retrouver ses proches, attend de connaître le nom de son futur directeur sportif qui ne devrait pas être Luis Campos, dont l’arrivée semble de plus en plus proche à Paris. Cela ne l’empêche pas de penser à la saison prochaine et au chantier du mercato, qui sera colossal s’il se sépare de tous les joueurs sur lesquels il ne compte plus. Au premier rang, on peut citer Kasper Dolberg, Calvin Stengs, qu’il voulait l’été dernier, Mario Lemina, Billal Brahimi, Alexis Claude-Maurice, Jordan Amavi et Justin Kluivert. Auteurs d’une très bonne saison, Jean-Clair Todibo et Khephren Thuram pourraient être attaqués par de gros clubs mais le staff espère les garder.

Le débat est ouvert pour Amine Gouiri, auteur de 10 buts et 9 passes décisives, malgré une fin de saison à l’envers.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.