“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Football Leaks: l'AS Monaco encore épinglée autour du recrutement des joueurs mineurs

Mis à jour le 14/11/2018 à 18:55 Publié le 13/11/2018 à 16:20
Illustration du centre d'entraînement de l'AS Monaco.

Illustration du centre d'entraînement de l'AS Monaco. Photo JFO

Football Leaks: l'AS Monaco encore épinglée autour du recrutement des joueurs mineurs

Selon des documents Football Leaks obtenus par Der Spiegel, analysés par le réseau européen d’investigation journalistique EIC et révélés en France par Mediapart, Monaco aurait eu, dans sa quête de signer des jeunes prometteurs, recours à une stratégie douteuse et ce, à plusieurs reprises.

Selon plusieurs mails internes du club datés de 2015 et 2017, le club aurait mis en place un système de gratifications proposées aux familles de jeune talent.

Dans les faits, il est interdit de faire signer un contrat aspirant ou apprenti à un garçon de moins de 15 ans. Pourtant, l’ASM aurait proposé à la famille du jeune des primes anticipées mais aussi des aides au logement et à la scolarité, le tout consigné dans un accord sous seing privé.

Le média en ligne ne sait pas si l’argent a effectivement été versé mais affirme qu’au moment de l’enregistrement par la Ligue, quelques mois plus tard, d’un accord de non-sollicitation pour ce jeune joueur qui devait débuter sa formation à l’INF Clairefontaine, rien ne figurait car la LFP ne reconnaît pas les clauses sous seing privé "pour contractualiser des conditions qui ne peuvent, parce qu’illégales, figurer dans le contrat."

>>RELIRE. Pourquoi l'AS Monaco est visé par les Football Leaks, cette vaste enquête sur les entourloupes financières des clubs

Commission d’agents douteuses

A travers d’autres échanges de mail, le site en ligne confirme que la pratique a concerné d’autres mineurs. Souci, la loi interdit qu’un contrat avec un mineur "ne donne lieu à aucune rémunération ou indemnité ni à l’octroi de quelque avantage que ce soit au bénéfice d’un intermédiaire ou d’une personne physique ou morale agissant au nom et pour le compte du mineur".

Les agents ou intermédiaires ont donc l’interdiction de toucher une commission liée à un mineur mais le site avance que l’ASM aurait réussi à passer outre.

En 2015, pour rémunérer la commission d’un agent à propos d’un mineur, il est suggéré au club de la faire passer pour la rétribution d’une mission de scouting (détection de jeunes talents).

Mais d’autres pistes sont évoquées lors des fameux échanges de mails. Par exemple, le joueur va vivre "à Monaco et qu’il ne payera pas d’impôt, il sera capable de reverser l’argent à l’agent", suggère, par exemple, le responsable juridique du club.

Le DG adjoint de l’ASM Nicolas Holveck émet une autre idée qu’il expose dans un mail à Vadim Vasyliev: "Peut-être tu peux trouver une solution avec Jorge Mendes [agent impliqué dans la signature] sur d’autres dossiers?"

C’est-à-dire imputer la commission sur un transfert conclu par le même agent. Sollicitée par Médiapart, l’ASM défend en bloc ces pratiques en lien avec les mineurs.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct