Rubriques




Se connecter à

Finale de la Ligue des nations: tout ce qu'il faut savoir avant le match Espagne-France

Les Bleus défient l’Espagne, à Milan, avec l’ambition de remporter un nouveau trophée.

Vincent Menichini Publié le 10/10/2021 à 09:45, mis à jour le 09/10/2021 à 22:54
Renversants en demie, les Bleus se sont rappelé qu’ils sont forts lorsqu’ils courent ensemble. (Photo IPA)

Ces fous ont décidé de le détruire, de faire table rase de son passé si glorieux, de ses centaines de matchs mythiques et de son atmosphère unique en Italie, en Europe et dans le monde, peut-être. Ce soir, la France défie l’Espagne à San Siro, dont on ne pourra plus jamais contempler les tours de bétons en forme de spirales à partir de 2025, date du déménagement des deux clubs milanais dans leur nouveau stade, qui sera assurément beau, mais toujours moins que le mythique Giuseppe Meazza qui accueillera 37.000 spectateurs.

C’est encore l’heure d’en profiter avec ce grand classique du football de sélections, une opposition de styles, un match qui découle (presque) à chaque fois d’un but ou d’un geste mémorable.

Après Turin, c’est donc à Milan que les Bleus vont tenter d’arracher une première Ligue des nations, une compétition toute neuve qui a accouché d’une des plus belles rencontres de l’ère Didier Deschamps. Il y a tout eu, jeudi, lors de cette demi-finale en forme "de combat de boxe", comme l’a dit Hugo Lloris, face à un adversaire aussi fort que la Belgique, une fois de plus dégoûtée par les Français, revenus de nulle part après avoir fini la première période dans un état de décomposition. Or, les Bleus se sont rappelé qu’ils n’avaient jamais été aussi forts que lorsqu’ils couraient ensemble, avançaient sur leurs adversaires et que lorsque Kylian Mbappé prenait les choses en mains, sans vouloir à tout prix jouer les sauveurs.

L’Espagne confisque toujours le ballon

Face à la Roja, il faudra en faire autant, voire plus, pour ne pas voir le ballon aller de droite à gauche et de gauche à droite, et se dire qu’il sera impossible de le récupérer.

 

Rajeunie, l’Espagne reste toujours cette équipe infernale avec ses longues séquences de possession de balle, sa façon inimitable de donner le tempo avec Sergio Busquets en mode chef d’orchestre dans le rond central et ses ailiers volants, souvent plus petits que les autres, mais tellement déroutants.

La dernière trouvaille de Luis Enrique se nomme Gavi, un gamin de 17 ans, quelques minutes en professionnel avec Barcelone, mais déjà l’allure d’un champion et d’un vieux de la vieille.

Benzema et Mbappé, dont la seconde période turinoise contre les Belges n’a ressemblé à aucune autre, devront se répartir les rôles dans le repli défensif et y aller, a minima, une fois l’un et une fois l’autre, ce qu’ils n’avaient pas daigné faire avant le premier but belge jeudi soir.

Avec l’Espagne en face, ils n’auront pas le choix car ils ne pourront pas à chaque fois remonter deux buts en une mi-temps.

A treize mois du Mondial au Qatar, le champion en titre "veut montrer qu’on n’a rien perdu, qu’on reste une nation forte", selon Antoine Griezmann, l’un des trois "Espagnols" avec les frères Hernandez. "On joue chez moi, Milan et San Siro c’est ma maison, a lancé Théo, le héros de la demi-finale. a va être un jour incroyable, surtout si on gagne."

Gagner pour tourner définitivement la page de l’Euro et s’avancer vers la Coupe du monde 2022 avec de nouvelles certitudes.

 

Rabiot positif, Tchouaméni titulaire

Testé positif au Covid, Adrien Rabiot a quitté le rassemblement. Titulaire contre la Belgique, il devrait être remplacé au milieu par Aurélien Tchouaméni.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.