“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Farès Balhouli : « Rien à envier à personne »

Mis à jour le 19/01/2016 à 05:12 Publié le 19/01/2016 à 05:12

Farès Balhouli : « Rien à envier à personne »

Absent pendant trois mois à cause d'une pubalgie, Farès Balhouli retrouve petit à petit le groupe pro. L'ancien Lyonnais espère profiter du match de Coupe pour rattraper le temps perdu

Leonardo Jardim était un coach partagé hier midi. Certes, il est revenu avec trois points de Lorient, mais aussi avec quatre joueurs qui risquent d’être sur le flanc. Alors demain soir, le Portugais fera largement tourner son effectif. « Quatre ou cinq joueurs qui n’ont pas joué le dernier match débuteront ».

Nardi dans les buts. Lacina Traoré, Helder Costa, Pasalic, mais aussi Farès Bahlouli devraient ainsi gagner du temps de jeu. L’occasion pour l’ancien Lyonnais, arrêté trois mois pour une pubalgie, de montrer enfin toutes ses qualités. Le tout devant sa famille et ses amis qui feront le court déplacement de Lyon à Annecy.

Le coach va faire tourner contre Evian, voilà une belle opportunité ?
J’ai été blessé pendant plus de trois mois. La Coupe, effectivement, c’est une bonne opportunité car le coach va faire tourner.
J’ai encore quelques douleurs, c’est normal après une grosse opération. Je n’ai pas encore eu la chance d’être à 100%. Aujourd’hui, je travaille beaucoup pour revenir au maximum. C’est de bon augure pour la suite.

Vous n’avez pu que très peu jouer (3 matchs, 1 titularisation). Vous sentez que vous avez des choses à prouver au club ?
Quand je suis arrivé, j’avais déjà des gênes, j’ai essayé de forcer parce que je voulais prouver... J’aurais peut-être dû m’arrêter. Au début, on a essayé de mettre en place un protocole à base de soins, de récupération et de renforcement pour éviter l’opération. Mais ça ne passait pas. Après examens, on a décidé d’opérer. J’ai vécu des moments difficiles. Je n’ai pas pu montrer mes qualités. Maintenant, je pense que j’aurai plus de temps de jeu, pour montrer de quoi je suis capable.

Les prêts de Boschilia et Rony Lopes vont dans ce sens ?
Ils jouent à mon poste, mais je ne comptais pas là-dessus pour jouer. Je travaille bien, je veux montrer au coach qu’il peut compter sur moi. Le coach est juste, donc si je fais de bonnes performances, je jouerai.

Vous aviez d’autres attentes en signant ici l’été dernier ?
J’ai quitté Lyon parce que je n’avais pas assez de temps de jeu. Monaco avait un bon projet, avec beaucoup de jeunes. J’ai foncé. C’est vrai que je n’imaginais pas comme ça mon début de saison. Mais les blessures font partie du foot, il faut faire avec. J’ai renforcé mon mental pendant que j’étais blessé. J’ai pris sur moi d’être éloigné des terrains.

Vous aviez déjà connu un an difficile à Lyon...
Oui car je n’ai pas beaucoup joué. J’avais le statut du jeune qui rentre dans le groupe pro. Je n’étais pas considéré comme un pro à part entière. Peut-être que je n’ai pas fait les bonnes choses non plus. Mais maintenant, Lyon, c’est du passé.

Quitter Lyon, c’est une façon pour vous de vous émanciper...
C’est ma ville natale, il y a toute ma famille, peut-être qu’inconsciemment j’en faisais moins. Ici, je travaille plus.

Monaco, c’est le tremplin idéal pour une carrière ?
C’est un très bon tremplin, on l’a vu par le passé. Beaucoup de joueurs sont passés ici et jouent dans les grands clubs. Moi je suis venu pour avoir du temps de jeu, montrer ce que je sais faire, pour que ma carrière décolle.

Où vous voyez-vous en fin de saison ?
J’ai signé 5 ans. J’espère jouer et montrer ce que je sais faire. Etre à la hauteur quand le coach fera appel à moi, je ne pense pas à autre chose.

Y’a t-il des joueurs qui vous inspirent dans le groupe ?
Moutinho, Ricardo Carvalho, je les voyais à la télé. Ils ont côtoyé des grands joueurs, j’apprends énormément à leur côté.Ils peuvent m’apporter beaucoup.

Et Lemar qui a franchi le cap avant vous ?
C’est un exemple parce qu’on est arrivé en même temps. Il a eu sa chance, il l’a saisie. Le coach est juste quand quelqu’un fait de bonnes performances. C’est mérité, il travaille beaucoup. Je n’ai rien à envier à personne, c’est à moi de faire mes preuves.

« Fermer quelques bouches »

A Lyon, vous étiez présenté comme un très grand espoir...
J’étais un pur Gone, j’y ai signé mon premier contrat pro. J’espérais jouer, mais je ne pense pas avoir eu vraiment ma chance. C’est comme ça. J’aurais aimé m’imposer là-bas. Ça n’a pas été le cas. J’ai pris mes ailes et je suis parti pour tenter ma chance à Monaco. Je suis très content d’être là. A moi de prouver qu’ils ont peut-être fait une erreur, de fermer quelques bouches, de montrer ce que je sais faire et de ne pas être un éternel espoir.

Vous espérez un destin à la Martial ?
Oui, on a un destin un peu similaire. On a été formé ensemble, on est passé pro ensemble. Ensuite, il est allé à Monaco. J’espère faire le même parcours que lui, qui brille à Manchester United et en équipe de France. C’est un exemple pour moi.

Echos

  • Des blessés à Lorient. En plus de Jérémy Toulalan (lésion aux ischios, qui passe une IRM aujourd’hui) et Nabil Dirar (cuisse) sortis après avoir ressenti une gêne à Lorient, Thomas Lemar (adducteur droit) et Guido Carillo (cheville, IRM aujourd’hui) ont complété la liste des joueurs touchés en Bretagne. Dirar est d’ores et déjà forfait, quand les trois autres sont incertains pour le match de Coupe de France contre Evian mercredi. « Il y a toujours des petits problèmes après les matchs sur le synthétique », a regretté Leonardo Jardim. Ricardo Carvalho, qui a repris l’entraînement hier matin, pourrait par contre réintégrer le groupe. A la différence d’Ivan Cavaleiro (lombalgie), Elderson Echiejile (ischio) et Adama Traoré (reprise).
  • Vagner Love n’est pas prêt. Le nouvel attaquant brésilien, qui s’est engagé la semaine dernière, n’est pas apte à jouer un match, selon Jardim. « Il a arrêté il y a un mois le championnat brésilien, n’a que quatre entraînements avec nous. Ça ne sera pas facile de le faire jouer avant deux semaines. S’il joue, on prend un risque ».

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct