Rubriques




Se connecter à

Falcao, Moutinho, Baldé... Découvrez les salaires des joueurs de l'AS Monaco

Comme chaque année, L'Equipe a dévoilé ce mardi les salaires des joueurs et entraîneur de Ligue 1.

La rédaction Publié le 06/02/2018 à 11:42, mis à jour le 06/02/2018 à 11:47
Falcao, Mouthinho, Jovetic: trois des cinq plus gros salaires de l'AS Monaco. Photo C. D

Dans son édition de mardi, le quotidien sportif détaille le Top 10 des plus gros salaires bruts des 20 équipes de Ligue 1.

A l'AS Monaco où le salaire brut moyen s'élève à 200.000 euros, selon L'Equipe, le classement -il s'agit d'estimations- s'établit ainsi:

1- Falcao: 750.000€.
2- Moutinho: 350.000€.
3- Baldé: 340.000€.
4- Glik: 290.000€.
5- Jovetic: 280.000€.
6- Fabinho: 250.000€.
7- Sidibé: 240.000€.
8- Ghezzal: 200.000€.
9- Subasic: 170.000€.
10- Tielemans: 160.000€.

Jardim, 2e entraîneur

Des revenus d'autant plus intéressants que les joueurs étrangers qui résident à Monaco ne sont pas assujettis à l'impôt sur le revenu, à l'inverse des Français.

 

Avec son salaire, Falcao est le seul joueur non parisien à figurer dans le Top 11 de la Ligue 1, trusté par le PSG et dominé par Neymar.

Par ailleurs, avec 350.000€ mensuels, Leonardo Jardim apparaît à la 2e place des 20 entraîneurs de Ligue 1.

Mais selon L'Equipe, et grâce à l'exception fiscale monégasque, le coach portugais devancerait son homologue du PSG depuis que son nouveau contrat 2017-2020 lui offre 4 millions d'euros annuels plus une prime touchée à la signature de 3 millions d'euros. soit 15 millions au total.

 

>> RELIRE. Balotelli, Dante, Plea... Découvrez les salaires des joueurs de l'OGC Nice

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.