“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Entraîneur des gardiens de l'AS Monaco depuis 10 ans, André Amitrano quitte le club

Mis à jour le 07/01/2020 à 13:02 Publié le 07/01/2020 à 13:01
André Amitrano en mars 2017.

André Amitrano en mars 2017. Photo JFO

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Entraîneur des gardiens de l'AS Monaco depuis 10 ans, André Amitrano quitte le club

Fidèle du Rocher depuis 2009, l'entraîneur des gardiens André Amitrano quitte l'AS Monaco.

Une page se tourne à Monaco.

A 62 ans, "Dédé" est une figure du club où il avait débuté en tant que joueur en 1977 en tant que doublure de Jean-Luc Ettori. Champion de France en 1982 avant de filer à Nice (1982-1988) à Cannes (1988-1994), Amitrano est un pur produit du football azuréen.

Une fois les gants raccrochés, Amitrano va vite devenir une figure de la caste des entraîneurs de gardiens.

En 2009, il revient en Principauté après des passages à Valence, Guingamp et Rennes.

Avec lui, Ruffier mais surtout Subasic vont s'épanouir dans la cage monégasque. Le Croate va devenir champion de France et vice-champion du Monde par la suite, une complicité unique lie d'ailleurs les deux hommes.

A 62 ans, ce professionnel hors pair a décidé de prendre du recul et de se consacrer aux siens.

L'arrivée de Robert Moreno et de son staff élargi ont sans doute convaincu "Dédé" qu'il était temps de prendre un peu soin de lui et de ses proches.

Serviteur dévoué et amoureux de l'ASM, Amitrano aura marqué Monaco de son empreinte.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.