Rubriques




Se connecter à

Discret, élégant, star dans son pays... Qui est Christian Eriksen, victime d'un malaise cardiaque lors de Danemark-Finlande

Christian Eriksen, victime d'un malaise impressionnant avant de recouvrer ses esprits samedi à l'Euro de football, est le maître à jouer de l'équipe du Danemark, milieu élégant ayant fait le bonheur de Tottenham et de l'Inter Milan avec qui il vient d'être champion d'Italie.

AFP Publié le 12/06/2021 à 21:21, mis à jour le 12/06/2021 à 21:21
Christina Eriksen. Photo AFP

C'est un joueur connu pour être discret, voire effacé, qui s'est retrouvé subitement au centre de l'attention après s'être effondré sur la pelouse de Copenhague, chez lui, lors de l'entrée en lice des Vikings danois contre la Finlande.

Le meneur de 29 ans a subi un massage cardiaque directement sur le terrain avant d'être évacué pour être conduit à l'hôpital, ayant repris connaissance.

Le cheveu court et hirsute et la barbe rase, Eriksen est un joueur préférant s'exprimer à travers un football élégant, fait de passes précises pour ses attaquants et de coups francs dangereux pour les gardiens adverses.

En Italie, malgré ses difficultés à s'exprimer dans la langue de Dante et un manque certain d'affinités pendant des mois avec l'entraîneur de l'Inter Milan Antonio Conte, c'est par l'un de ces coups francs magistraux qu'il a de nouveau forcé le respect: un but décisif dans le temps additionnel d'un derby contre Milan (2-1) en Coupe d'Italie, en janvier dernier, synonyme de qualification pour l'Inter et de retour en grâce pour Eriksen.

 

En finale de C1

Celui qui traînait sa peine depuis son arrivée en Lombardie en janvier 2020 est alors devenu indispensable aux Nerazzurri et c'est comme titulaire - et même buteur lors du match décisif pour le titre - qu'Eriksen est devenu champion d'Italie en mai.

Un joli retour au premier plan pour un joueur qui, pendant douze mois, fut l'ombre de celui qui avait atteint la finale de la Ligue des champions en 2019 avec Tottenham et pour qui les Nerazzurri avaient cassé leur tirelire.

Tottenham, pour Eriksen, fut le club de la révélation. Il y était arrivé en 2013, après avoir fait ses gammes dans des clubs danois puis surtout à l'Ajax Amsterdam, où il a débuté en 1re division à l'âge de 18 ans et avec qui il a été sacré trois fois champion des Pays-Bas.

Avec les Spurs, Eriksen va séduire la Premier League avec sa technique et prendre une vraie dimension internationale. Notamment grâce à l'immense campagne en Ligue des champions en 2018-2019 qui a vu l'équipe entraînée par Mauricio Pochettino sortir l'ogre Manchester City et s'incliner seulement en finale contre Liverpool (2-0).

 

Cette saison-là, Eriksen donne le tempo, il est le meilleur passeur de l'équipe. Même si la saison suivante sera autrement moins flamboyante, entraînant le départ vers l'Inter.

"J'ai grandi"

Malgré ces hauts et ces bas en club, "King Christian" a toujours été une valeur sûre de la sélection danoise, depuis sa première sélection en 2010. Avec 109 sélections - en comptant celle de samedi que personne n'oubliera - et 36 buts marqués, Eriksen s'est imposé comme le chef d'orchestre et le point de référence du pays.

Un rôle de leader qu'il assume désormais sans se laisser submerger par la pression qui, par le passé, lui avait parfois coupé les jambes.

"Il y a dix ans, j'aurais dit que je n'avais pas besoin du regard de quiconque sur moi. Mais j'ai grandi au cours de ma carrière, tout comme les attentes des gens à mon égard et ça donne un coup de pouce supplémentaire de savoir que les attentes sont élevées et que les yeux sont rivés sur moi", a-t-il assuré cette semaine à l'agence danoise Ritzau.

 

"En quelque sorte, j'ai travaillé pour être celui qu'on regarde, donc je vois la pression comme un élément positif maintenant", a-t-il dit, à quelques jours de lancer son Euro.

Un leader, cela s'est aussi vu à l'émotion qui a saisi ses partenaires, rassemblés en une haie respectueuse autour de lui pendant que les secouristes s'activaient sur la pelouse.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.