Rubriques




Se connecter à

Deux joueurs de l'AS Monaco en visite surprise à l’école de foot de La Turbie et de la Principauté

Les deux jeunes cadres de l’AS Monaco ont participé à l’entraînement des petits de La Turbie et Monaco ce mercredi. L’occasion de distiller leurs conseils et promouvoir l’esprit de famille du club.

Thomas Michel Publié le 12/05/2022 à 10:12, mis à jour le 12/05/2022 à 14:19
photos
80 enfants des catégories U6, U7 et U8 étaient réunis autour des joueurs et de l’incontournable Bouba. Photo Jean-François Ottonello

Surprise ce mercredi pour les jeunes joueurs des écoles de foot de La Turbie et de Monaco, qui ont vu débarquer à leur entraînement hebdomadaire deux professionnels de l’AS Monaco.

Tout juste sortis d’une longue séance sous les ordres de Philippe Clement, trois jours avant leur dernier match à domicile contre Brest, Youssouf Fofana et Sofiane Diop ont passé une bonne heure avec la relève.

80 enfants issus de trois catégories (U6, U7 et U8) et ravis de taquiner le cuir avec leurs modèles. "C’est les supporters de demain, alors on prend le temps. Avec Youssouf on a des frères, des sœurs et des cousins qui ont le même âge, et ça fait plaisir de voir les enfants heureux. J’aurais bien voulu avoir ça quand j’étais jeune à Tours. J’ai pu l’avoir à certain moment mais les professionnels de Tours et de l’AS Monaco, ce n’est pas la même chose. ça fait plaisir en ce moment charnière de la saison", résume Sofiane Diop.

Sofiane Diop checke avec le petit gardien. Photo Jean-François Ottonello.
Pas simple d'être défendu par Fofana. Photo Jean-François Ottonello.

"Ne jamais douter"

à la lutte pour le podium dans un final du championnat haletant, Youssouf Fofana admet aussi puiser de l’énergie dans ces rencontres avec "de futurs joueurs". "J’ai été à leur place à Paris et quand je rencontrais des joueurs j’essayais de profiter un maximum. Leur enthousiasme est totalement compréhensible. ça leur permet de rêver encore plus et de se rapprocher de leur but j’espère. C’est tout le mal qu’on leur souhaite."

 

Au menu: quelques ateliers devant le but, une distribution de cadeaux (goodies ASM, gourde, écharpe...) et une séance de dédicaces rythmée par un jeu de questions-réponses. Un exercice où les minots sont toujours plus cash que les journalistes.

Quelques exercices sous les yeux complices de Sofiane Diop. Photo Jean-François Ottonello.
Les petits se sont exercés devant les buts, conseillés par Youssouf Fofana. Photo Jean-François Ottonello.

L’occasion pour les pros d’inviter ces gamins à garder les pieds sur terre, à une époque où certains parents dressent des plans de carrière à des mômes de 6 ans !

Ainsi, Youssouf Fofana n’aura pas répondu à cette question saugrenue et hors sujet: "Est-ce que tu as une villa maintenant?" En revanche, inviter à donner ses conseils pour réussir dans le milieu, Sofiane Diop à rappeler à chacun qu’il détenait la clé de sa réussite.

"Il faut toujours croire en ses qualités, ne jamais douter et toujours avoir confiance en soi. Vous êtes tous des bons joueurs, celui qui réussira c’est celui qui croira le plus en lui-même."

Youssouf Fofana drible avec les enfants à La Turbie Photo Jean-François Ottonello.

Des éducateurs investis

Des ambitions stériles sans des valeurs primordiales rappelées par les éducateurs présents: rigueur, investissement, respect et humilité.

 

Des valeurs malmenées y compris chez les éducateurs, d’où l’ambition de Serge Dubourdeaux et Emmanuel Becchetti, responsables technique et administratif de l’école de foot "de mieux structurer l’écosystème entre ces jeunes et les professionnels, et de s’entourer d’éducateurs disponibles et sérieux."

ux côtés de cadres respectés comme Luis Bouillon, trois éducatrices ont ainsi rejoint l’école récemment, comme une ancienne prof de danse. Avec des approches intéressantes et complémentaires, notamment chez les plus petits.

Au-delà de la performance sportive, c’est le « vecteur social » que représentent le sport et le foot que le maire de La Turbie, Jean-Jacques Raffaele, tenait ce mercredi à promouvoir. Qui plus est au sortir d’une crise sanitaire poussant à l’isolement. "C’est un plaisir infini de voir ces petits retrouver une activité ensemble, qui leur permet de grandir et s’épanouir."

Un lien fort entre sa commune et l’AS Monaco que le maire espère intensifier une fois le Centre de performance livré. "Dans les documents que nous avons signés avec l’ancien vice-président [Vadim Vasilyev, ndlr], il est prévu que les gamins des écoles de La Turbie puissent aller à la rencontre des pros sur place. Je crois même qu’ils ont un projet pédagogique de jardin partagé."

Des futurs talents de l'équipe première ? Photo Jean-François Ottonello.
Les deux joueurs se sont prêtés au jeu des autographes. Photo Jean-François Ottonello.

L’esprit de famille ASM

Si le club souhaite donner une portée éducative et ludique à son action, c’est surtout une famille rouge et blanche qu’il entend pérenniser. Pour garnir les travées du Louis-II bien sûr, mais surtout élargir le sentiment d’appartenance à la Diagonale.

En cela la séquence de ce mercredi a permis de mettre un terme à une longue période de disette avec la Covid. "Il n’y avait pas eu d’opération depuis un moment, concède Emmanuel Becchetti. La Covid a rompu la chaîne en 2020 et 2021, et notamment le Noël qu’on avait l’habitude de faire au stade Louis-II en présence de joueurs, avec des dédicaces et cadeaux."

"On revendique être un stade familial où il n’y a pas d’incident et une proximité avec la pelouse", conclut Jean-Edouard Dangréaux, directeur des Relations institutionnelles de l’ASM à quelques heures du dernier match à domicile de la saison. D’ailleurs chaque enfant est reparti avec des places pour 4 personnes pour la rencontre de samedi. L’esprit de famille.

Les deux joueurs ont aussi répondu aux nombreuses questions des jeunes. Photo Jean-François Ottonello.
Le milieu de terrain de l'AS Monaco, Cesc Fabregas accompagne son fils à l'entraînement Photo Jean-François Ottonello.

Sous l’œil bienveillant de papa Fabregas

Parmi les parents des enfants de l’école de foot, aussi discret soit-il l’un ne passait pas inaperçu en bord de touche. Cesc Fabregas était venu accompagner son fils et a reçu les honneurs de Youssouf Fofana au moment du questions-réponses avec les enfants.

Interrogé sur son joueur préféré, Fofana a répondu: "Il est derrière moi". Assis sur le banc de touche, Cesc Fabregas a répondu d’un sourire en demandant lequel de ses matchs avait provoqué le déclic. Emporté par les questions, Fofana n’a pu répondre. Sofiane Diop a lui précisé que son idole était Leo Messi.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.