“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Coupe Gambardella: la formation comme ADN à Monaco

Mis à jour le 23/05/2016 à 05:08 Publié le 23/05/2016 à 05:08
Et de quatre pour Monaco !

Et de quatre pour Monaco ! AFP et S.Senaux/ASM

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Coupe Gambardella: la formation comme ADN à Monaco

L'AS Monaco a toujours misé sur son centre de formation pour faire éclore de jeunes talents

Le fleuron historique de l'AS Monaco, c'est sa formation. Samedi, au Stade de France, « une bande de potes » comme ils se définissent, âgés de 17 à 19 ans l'a réaffirmé haut et fort, en dominant Lens 3-0 en finale de la Coupe Gambardella. « La formation a toujours fait partie de l'ADN de l'AS Monaco et est plus que jamais un pilier de notre projet sportif », a rappelé le vice-président directeur général Vadim Vasilyev, dans un communiqué publié après le match sur le site de l'ASM. Avant eux, en 2011, Nampalys Mendy, Yannick Carrasco, Valentin Eysseric, Denis Appiah, Jessy Pi & co. avaient soulevé le trophée. Enchaînant derrière une carrière pro réussie sous le maillot de Monaco, ou ailleurs. Guy Roux, l'emblématique entraîneur de l'AJ Auxerre se souvient : « Il y a très longtemps, on s'est fait sortir 4-3 par Monaco. Vous saviez qui étaient les attaquants ? Trezeguet et Henry. C'est dire la tradition de ce club ». S'il a toujours été question de mettre en avant cette réussite made in Principauté, ces derniers temps, la "post-formation" a beaucoup plus fait parler d'elle.

Ainsi, le club du Rocher n'hésitait pas à parier sur la jeunesse, en y mettant le prix, pour s'attacher les services de quelques diamants pas encore parfaitement taillés nommés Martial, Bernardo Silva, Fabinho, Lemar, Bahlouli, Adama Traoré etc. Mais à fort potentiel économique.

Dans l'ombre, les jeunes du centre de formation tentent de faire leur trou et peuvent s'appuyer sur une approche à la fois professionnelle et familiale. « Pourquoi je suis bien ici ? Parce que les gens sont gentils et je me sens aimé et entouré d'amis », confiait Leonardo Rocha Miramar qui fête ses 19 ans aujourd'hui. L'attaquant portugais de 2m, a intégré le centre il y a 2 ans.

« J'ai énormément progressé sur le plan physique, en prenant du muscle. Mais aussi sur le plan tactique », avouait-il.

Chaque année, 7 millions d'euros d'investissements sont injectés pour l'Academy. Sur le Rocher, pas de pré-formation. Seules les catégories U17 et U19, puis la CFA composent l'Academy.

Dès l'âge de 12-13 ans, les talents repérés par les recruteurs de l'ASM dans les régions Paca, Centre et Île-de-France paraphent un accord de non-sollicitation.

« Et il faut souvent faire un petit chèque à la famille pour y parvenir, car les footballeurs ne sont pas des gosses de riches en général », avoue Guy Roux qui confirme l'importance de « la médiation ».

Ainsi, le jeune poursuit son cursus dans son club ou dans le centre de préformation le plus proche, en attendant d'avoir l'âge d'intégrer la structure en Principauté.

C'est le chemin pris par Kylian Mbappé, à qui on prédit un avenir à la Thierry Henry. A l'époque, le discours de Frédéric Barilaro, alors directeur du centre et Souleymane Camara (son adjoint de l'époque), avait séduit la famille. Sur ce coup, le club Rouge et blanc réussissait à coiffer le Real Madrid.

En janvier, il aura fallu de longues négociations et plusieurs rencontres entre les proches du joueur et tout l'état-major monégasque (Vadim Vasilyev, Leonardo Jardim, Luis Campos et finalement Claude Makelele) pour que Mbappé signe son premier contrat pro dans son club formateur. L'attaquant, là encore très courtisé (Liverpool lui avait fait visiter ses installations), renouvelait sa confiance au club du Rocher.

« A Monaco, plus qu'un joueur, je suis devenu un homme », rappelle souvent Emmanuel Petit quand on lui demande d'évoquer ses souvenirs de centre.

Autour du joueur souvent coupé de ses proches, s'organise une nouvelle vie.

Internat, scolarité et entraînements quotidiens sont intégrés. Avec, au bout le rêve, d'être professionnel. Quitte à brûler les étapes pour certains. « Je veux être le plus vite au sommet », avouait un joueur de l'Academy, prêt à répondre aux sirènes de clubs étrangers avant même que l'ASM ne dégaine un premier contrat pro.

Pour attirer les jeunes, Monaco n'hésite pas à sortir des frontières hexagonales. C'est le cas entre autres du Portugais Gil Dias qui fait le bonheur de Varzim, prêté cette saison (même s'il récupère d'une opération du genou) et du Belge Adrien Bongiovanni. Né en 1999, "Adri" et sa famille ont quitté le Standard de Liège cette année pour la Côte d'Azur. « Monaco, c'est un centre très réputé et une belle opportunité », justifiait le papa.

« Cette victoire récompense tous les efforts fournis par chacun, nous allons la savourer puis nous remettre au travail pour que le Centre soit toujours plus performant », précisait Vasilyev.

L'arrivée de Bertrand Reuzeau (ex-psg) à la tête du centre de formation confirme cette volonté de renforcer l'Academy.

Nicolas Weber, qui occupait le poste, devrait être chargé plus spécialement de la détection et recrutement.

Une première réunion devrait se tenir cette semaine.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.