Rubriques




Se connecter à

Ces quatre questions que l'on se pose après la défaite de l'AS Monaco contre l'OM (0-2)

Dépassée dans tous les compartiments du jeu par l’Olympique de Marseille samedi au stade Louis-II, l’AS Monaco a subi sa troisième défaite en cinq matchs de championnat. Avec quatre points sur 15 possibles, elle vit un début de saison très éloigné de ses attentes et de ses ambitions.

Leandra Iacono Publié le 12/09/2021 à 20:00, mis à jour le 12/09/2021 à 19:59
Kevin Volland et Wissam Ben Yedder peinent en ce début de saison. Photo Cyril Dodergny

1- Faut-il s’inquiéter?

Le doute est légitimement permis. Avec quatre points en cinq matchs de championnat, l’AS Monaco ne vit pas le début de saison qu’on attend d’un candidat au podium, ou au moins aux places européennes. Les défaites à Lorient et à Lens avaient été des premiers avertissements. Celle contre l’OM (0-2) samedi n’est pas la plus illogique au vu des ambitions des hommes de Jorge Sampaoli mais son scénario a mis un énorme coup de projecteur sur les limites monégasques du moment.

Il y avait un fossé d’écart entre les deux équipes, tactiquement et dans les intentions. "On n’a vu que l’OM. Ils étaient sur tous les seconds ballons. Ils ont mérité leur victoire et auraient même pu gagner avec un plus grand écart", a reconnu Niko Kovac devant la presse. Le technicien croate n’est pas apparu abattu mais on l’a senti impuissant comme jamais devant son banc face à la supériorité olympienne.

Son coaching et ses paris souvent payants la saison dernière ne présentent plus les mêmes gages de réussite. Préféré à Aguilar pour remplacer Sidibé, blessé, sur le côté droit de la défense, Matsima, 19 ans, a été sorti dès la mi-temps après 45 minutes cauchemardesques, tandis que les entrées de Jean Lucas, Boadu, Isidor, Diatta n’ont amené ni solutions, ni vent de révolte.

L’attaque est grippée, la défense fébrile et Aurélien Tchouameni le seul à surnager dans un effectif qui semble payer les efforts vains de l’été pour se qualifier pour la Ligue des Champions.

 

2-Comment expliquer un tel fossé avec la saison dernière?

L’ASM a gardé la même ossature, a fait l’effort financier de conserver tous ses cadres, mais elle est loin du niveau de la saison dernière et les chantiers semblent étonnamment nombreux. Certains joueurs, aujourd’hui en difficulté, sur-performaient-ils la saison dernière? C’est une hypothèse mais le match exceptionnel livré à Kharkiv contre le Shakhtar Donetsk a illustré tout ce dont est capable cette équipe quand elle y met les bons ingrédients.

Or, les Monégasques ont un visage autrement différent en Ligue 1. Pour Kovac, c’est une question "d’attitude, de passion. On doit faire plus car les adversaires nous connaissent désormais". Ce message, le coach croate l’avait déjà passé après la claque reçue contre Lens (0-2). Il avait un temps été entendu avec un succès ramené de Troyes, mais ses joueurs sont retombés dans leurs travers contre l’OM.

3- Monaco va-t-il être capable de réagir?

Les matchs tous les trois jours n’autorisent pas les doutes et les tergiversations. C’est une bonne chose pour cette ASM, désormais tournée vers son entrée en lice en Ligue Europa, jeudi contre les Autrichiens du Sturm Graz et le derby de la Côte d’Azur dimanche à Nice.

Cette semaine à enjeux en dira beaucoup sur la capacité de réaction des Monégasques. Leurs supporters les attendent au tournant, eux qui ont peu apprécié de les voir baisser les bras si vite après le deuxième but marseillais.

 

Une victoire à l’Allianz, même à huis clos, effacerait évidemment bien des déceptions. "La saison dernière, nous avons aussi entamé en dents de scie avant de nous reprendre. Il faut se remettre en ordre de marche et se remobiliser", a promis le vice-capitaine Axel Disasi.

4-Alexander Nübel est-il intouchable?

Au même titre que la non-prolongation de l’attaquant monténégrin Stevan Jovetic, le départ en prêt de Benjamin Lecomte à l’Atlético Madrid suscite aujourd’hui bien des interrogations. Le portier titulaire de la saison dernière n’était pas jugé assez décisif.

Or celui qui l’a « poussé » vers la sortie peine à convaincre, même si on loue en interne ses bonnes séances à l’entraînement. Si Alexander Nübel ne peut pas grand-chose sur les deux buts marseillais, il n’apparaît pas depuis le début de la saison comme un gardien capable de faire gagner des points.

Ses arrêts se comptent pour le moment sur les doigts d’une main et son jeu au pied ne dégage pas l’assurance promise par ses années à Schalke 04.

 

Son coach Niko Kovac plaide la patience pour un joueur qui doit retrouver la confiance et le rythme après une année passée dans l’ombre de Manuel Neuer au Bayern Munich, mais il ne pourra pas toujours esquiver la question.

"C’est un bon gardien, qui aide l’équipe, mais il sait aussi qu’il y a beaucoup de concurrence. J’ai confiance en ses qualités", avait expliqué l’entraîneur monégasque après la première titularisation de Nübel sur le terrain du Sparta Prague.

Passé numéro 2 après le départ de Lecomte, Radeck Majecki se tient prêt à saisir sa chance, car la hiérarchie ne peut plus être aussi figée.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.