Ce qu'il faut savoir sur l'Etoile Rouge de Belgrade, l'adversaire de l'AS Monaco en Ligue Europa ce jeudi

L’Etoile Rouge de Belgrade, que l’ASM affronte ce jeudi soir (21h), compte une fois de plus sur l’ambiance bouillante de son stade pour se sublimer et faire oublier un début de saison décevant.

Leandra Iacono Publié le 08/09/2022 à 13:32, mis à jour le 08/09/2022 à 22:00
Les supporters de l’Etoile Rouge de Belgrade pourraient être le facteur X de cette rencontre contre Monaco. Epa/MaxPPP

Pendant que Monaco se rassurait en allant battre Nice chez lui dans le derby de la Côte d’Azur, l’Etoile Rouge de Belgrade n’a pu faire mieux qu’un nul (1-1) ce week-end à domicile contre Backa Topola.

Un résultat moyen à l’image d’une saison qui avait bien commencé avant de basculer dans l’incertitude la plus totale ces deux dernières semaines. Le champion en titre vacille.

"Le contexte est très difficile actuellement. Dejan Stankovic qui était le coach depuis 2019 est parti après la déroute en barrage de la Ligue des Champions contre le Maccabi Haifa, explique Sacha Tisic, rédacteur en chef du site spécialisé dans le football serbe Fudbalski Hram. Il a été très marqué par cette désillusion car ça fait déjà deux ans que l’Etoile Rouge loupe de peu le coche pour aller en C1, l’objectif principal de la saison, puisque la Superliga Srbije est un championnat où il y a deux équipes au-dessus (l’Etoile et son grand rival du Partizan) et très peu de concurrence."

"Beaucoup d'agitation négative"

Milos Milojevic a pris la suite mais "il y a encore beaucoup d’interrogations à son sujet. Depuis la nomination du coach de 39 ans qui "sort de deux expériences peu concluantes à Hammarby et à Malmö (Suède)".  l’Etoile Rouge n’a remporté qu’un seul de ses trois derniers matchs et cherche encore la bonne formule.

"Il y a beaucoup d’agitation négative, de critiques. L’équipe ne sait pas du tout où elle en est", confirme Milan, qui prête lui aussi sa plume et ses connaissances à la médiatisation du foot serbe.

 

Cette rencontre semble arriver au meilleur des moments pour l’AS Monaco, d’autant que l’Etoile Rouge pourrait être privé de l’un de ses maillons essentiels, le Monténégrin Mirko Ivanic, incertain après s'être blessé lors du chaud derby contre le Partizan.

Il faudra quand même se méfier du technique numéro 10 serbe Aleksandar Katai, de l’ancien Toulousain Aleksandar Pesic en renard des surfaces ou encore du virevoltant ailier, passé par Nantes, Osman Bukari (7 buts, 3 passes). Mais l’homme le plus dangereux sera assurément le douzième.

"Principal motif d'espoir? Le public"

"Le Stadion Rajko Mitic, aussi appelé ‘’Marakana’’, permet vraiment aux joueurs de se transcender. L’ambiance peut y être très hostile", explique le journaliste, qui se souvient encore de décibels si forts qu’il s’en était évanoui lors d’un barrage de Ligue des Champions contre les Young Boys de Berne, vécu avec les Ultras (en 2019).

"On peut dire que le principal motif d’espoir de ce match contre Monaco va être le public. C’est lui qui avait grandement aidé l’Etoile Rouge à battre Liverpool (2-0), le futur champion d’Europe, ou à tenir tête à Naples (0-0) en phase de groupe de la campagne 2018-2019 de C"1", la première après 27 ans de disette.

 

La suivante s’était un peu moins bien passée avec des lourdes défaites 0-6 et 0-4 contre le Bayern Munich et Tottenham mais le stade de 45 000 places ne s’était jamais arrêté de chanter, que ce soit dans les virages ou dans les tribunes latérales.

Les joueurs de Monaco auront un premier aperçu de ce qui les attend dès le tunnel, un long boyau d’une centaine de mètres moins glauque qu’il y a dix ans (l’UEFA a sommé le club de remplacer les tags par des fresques murales) mais toujours aussi intimidant.

Le bruit qu’il absorbe promet de faire trembler les murs et, on ne l’espère pas, les jambes des Monégasques. 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.