Ce qu'il faut savoir avant le match Lille-Monaco de ce dimanche soir

Eliot Matazo devrait connaître sa cinquième titularisation de la saison, ce soir dans le Nord. Le milieu de terrain belge doit profiter de la suspension de Camara pour marquer des points.

Article réservé aux abonnés
Christopher Roux Publié le 23/10/2022 à 17:00, mis à jour le 23/10/2022 à 15:03
Remplaçant dimanche face à Clermont (1-1), l’international Espoirs belge était entré dès la 21e minute après l’expulsion de Camara. Monaco est invaincu depuis six matchs en Ligue 1 (cinq victoires, un nul) et le groupe compte sur lui pour entretenir la dynamique. Photo J.-F. Ottonello

Il n’est pas simple de se faire une place au soleil. A Monaco, Eliot Matazo n’est pas vraiment gâté par ses dirigeants. Depuis ses premiers pas chez les pros en septembre 2020 contre Strasbourg, le milieu de 20 ans a dû composer avec une sacrée concurrence.

Sous Niko Kovac, la paire Fofana-Tchouameni lui bouchait l’horizon. A son arrivée au club en janvier dernier, Philippe Clement s’était également appuyé sur l’infatigable duo, jusqu’au transfert de Tchouameni à Madrid cet été.

Depuis, un autre binôme a émergé et il est tout aussi robuste que le premier. Fofana s’est trouvé un nouveau compère: Mohamed Camara. Avec le Malien, débarqué de Salzbourg en fin de mercato, ils enchaînent les titularisations. Ils ont renvoyé l’international Espoirs belge sur la touche. Ce dernier avait eu davantage de temps de jeu au cœur de l’été, mais c’était surtout la conséquence des soucis liés au mercato. L’ASM peinait à dénicher le successeur de Tchouameni et le nom de Matazo s’imposait de lui-même.

Deux matchs pour s'affirmer

Mais le natif de Woluwe Saint-Lambert, qui a prolongé son contrat de trois saisons en janvier et jusqu’en 2026, n’en avait pas profité pour confirmer les espoirs placés en lui. A Eindhoven, lors du 3e tour préliminaire retour de la Ligue des champions (revers 3-2 a.p.), il avait été tendre. L’entrejeu de l’ASM avait été en souffrance et l’élimination prématurée de la C1 avait fait grincer des dents. Même si elle était loin d’être méritée sur l’ensemble des deux matchs.

Depuis, Matazo n’a pas redressé la barre. Il ne compile que quatre titularisations sur les dix-sept matchs disputés par Monaco cette saison toutes compétitions confondues. Ses rares apparitions dans le onze, contre Lens (1-4) et à Reims (0-3) en L1, n’ont pas été de franches réussites. En déficit de confiance, il était sorti à la pause à chaque fois. Dans une période où Camara et Fofana ont tissé des liens en un temps record.

Pour Clement, leur entente est le ciment de son équipe, au même titre que la charnière Disasi-Badiashile. Il lui est donc difficile de s’en passer. Mais l’entraîneur monégasque doit revoir ses plans à l’heure d’affronter Lille, ce soir à Pierre-Mauroy, puis Angers, dimanche prochain au Louis-II.

Déjà suspendu face aux Dogues en raison d’une accumulation de cartons, Camara a été exclu le week-end dernier face à Clermont. Il ne jouera pas les deux prochains matchs et son absence devrait profiter à Matazo. Récemment, l’ex-d’Anderlecht avait une longueur d’avance sur Jean Lucas. S’il est titularisé dans le Nord, il devra prouver beaucoup de choses à son coach, notamment qu’il peut s’immiscer dans la rotation.

 

"Eliot est un joueur talentueux mais il a encore besoin de prendre de l’expérience et du métier dans certaines situations, souffle Philippe Clement. Il n’a que 20 ans et c’est normal à son âge. Il y a beaucoup de bons joueurs dans notre milieu de terrain mais il est dans le combat avec eux. Il se bat et il grandit de jour en jour. C’est intéressant."

Une entrée correcte face à Clermont

Ces mots ont valeur d’encouragements pour un garçon qui a réalisé une entrée correcte face à Clermont. Il avait été juste dans son placement et Clement n’a pas manqué de le relever. « Il a fait un bon match, a repris le technicien belge. Il était très concentré avec beaucoup de discipline. Il n’a pas fait d’erreur. »

Les Dogues ne sont qu’à un point de l’ASM et l’entraîneur monégasque attendra la même intelligence de jeu. Cela vaut pour l’équipe comme pour Matazo. "Je veux gagner mais on devra y parvenir avec un bon équilibre. On ne devra pas commencer le match en courant comme des fous vers l’avant. Si tu le fais face au LOSC, tu es mort vu leurs qualités offensives."

Le Flamand partage la même nationalité que son milieu défensif mais il ne lui accorde aucun passe-droit. Un point sur lequel il avait insisté dès sa prise de fonction. Vendredi, il a demandé à Matazo d’être patient. "J’ai entendu qu’Aurélien Tchouameni ne jouait pas tous les matchs ici quand il avait 20 ans. Je ne veux pas faire de comparaison entre eux et je ne sais pas si Eliot peut être un joueur du Real d’ici deux ans, mais il a les qualités pour devenir titulaire à Monaco. Il a un rôle vraiment spécifique dans une équipe."

 

Mature, le récupérateur est capable d’entendre ce conseil. Gravir les échelons à toute vitesse n’est pas une obligation. La croissance est un marathon, pas un sprint.

Les compos probables

Le chiffre

3. Lille n’a plus enchaîné trois victoires de rang en L1 depuis septembre-octobre 2021. Ce sera son objectif face à l’ASM.

Ruben Aguilar. Photo Nice-Matin.

La phrase

"Est-ce que Ruben peut revenir de blessure avant la Coupe du monde ? Ce sera limite mais j’y crois encore. Pour beaucoup d’autres joueurs, j’aurais dit que c’est impossible mais pas pour lui. C’est grâce à sa mentalité, son état d’esprit et la manière dont il gère sa réathlétisation."

Philippe Clement, au sujet de Ruben Aguilar, touché au pied depuis la mi-septembre et le déplacement à Reims.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.