Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Philippe Clement avant Monaco - Brest

Vainqueurs d'Auxerre mercredi (2-3), les Monégasques reçoivent Brest, un autre mal classé (17e) ce dimanche 1er janvier au stade Louis-II. L'entraîneur de l'AS Monaco Philippe Clement était en conférence de presse ce vendredi. Extraits.

L.I. Publié le 30/12/2022 à 14:59, mis à jour le 31/12/2022 à 14:20
Philippe Clement, l'entraîneur de l'AS Monaco. Photo Jean-François Ottonello

L'adversaire

"On a vu contre Lyon qu’ils ont encaissé quatre buts mais au niveau des occasions, c’était équilibré. Brest est une équipe avec beaucoup de qualités offensives, notamment sur les couloirs avec des ailiers rapides en transition. Il y a des surprises à chaque journée dans le championnat de France. On l’a vu avec la victoire de Rennes contre Reims. On ne peut pas être relax. A nous de jouer notre jeu, de toujours jouer pour marquer et gagner. Mais on doit être conscient des qualités de notre adversaire."

Ben Seghir

"Ce n’était pas une surprise pour moi. Je n’ai bien sûr pas une boule de cristal qui m'a dit qu'il allait marquer deux buts, mais on connaissait ses qualités. Il faut le protéger les prochains mois. Ce n’est pas la première fois que je donne la chance à des jeunes joueurs. Il va recevoir plus d’attention. Il ne donnera pas d’interview ces prochaines semaines. Il y a des agents, des nouveaux amis, des nouvelles copines (sourire). On a parlé de tout ça avec lui. Eliesse a une grosse envie de réussir. C’est un gagnant. Il a tout pour devenir un grand joueur. C’est mon rôle comme entraîneur mais aussi comme second père de le guider sur cette route. On doit réfléchir à l’enchaînement des matchs. Son gabarit n’est pas encore à 100 %. On doit regarder ce qu’il peut faire ou non. Nous avons un très bon staff pour ça. Nous sommes alignés. C’est pour ça qu’il n’y a presque pas de blessure dans le groupe. Seul Kevin (Volland) est forfait contre Brest mais c'est à cause d'un coup (une contusion costale qui devrait l'éloigner des terrains deux à trois semaines)."

Le bilan de l'année 2022

"Un an, ça passe vite. C’était très intéressant. Il y a eu beaucoup de défis avec le Covid, les blessures. Après l’équipe était lancée, on a bien fini la saison en accrochant le podium. Ensuite, contre le PSV Eindhoven, la chance n’était pas avec nous mais on méritait de se qualifier (pour les barrages de la Ligue des Champions). Le début de saison avec les nombreux cartons rouges était aussi spécial. On s’est qualifié pour le tour suivant en coupe d’Europe. Ce qui était très important. En championnat, on pousse désormais pour monter sur le podium. On a perdu des points qui n’étaient pas nécessaires à cause de circonstances défavorables mais aussi à cause de nous. Je voudrais faire un bilan de cette saison après la phase aller (19 matchs). C'est plus intéressant de le faire après avoir joué tout le monde. On m'a dit cette semaine qu'après 19 matchs, Monaco avait 29 points la saison passée. On en a 30 après 16 journées. On a bien repris après la trêve et on veut continuer contre Brest. Je pourrais aussi parler du beau transfert d’Aurélien Tchouameni, du développement des jeunes joueurs. Pour tout résumer, il faudrait du temps (sourire)." 

L'avenir de Badiashile

"On ne sait pas ce qu’il va se passer. Ces six mois derniers mois, il y a eu beaucoup d’intérêt pour nos joueurs, dont Benoît. C’est une opération entre trois parties. Tout le monde doit s’aligner pour avoir un accord. Ce n’est pas le cas pour le moment. Benoît participe à toutes les séances, il est bien dans le groupe, il a fêté la victoire contre Auxerre comme les autres. Il continue de donner des conseils à ses coéquipiers et même à ses "concurrents". Je dois aussi regarder le futur. C’était normal de donner à Malang Sarr une chance de prouver sur le terrain et de l’intégrer plus que les mois passés."

La disparition de Pelé

"Je ne l’ai jamais vu jouer en vrai, j’étais trop jeune mais mes parents me parlaient beaucoup de lui. J'ai vu des images ensuite. C’est l’un des plus grands joueurs de l’histoire du foot. Il a marqué plus de 1000 buts dans sa carrière, c’est incroyable. Ensuite il avait toujours le sourire. Avec lui, c'était toujours une belle promotion du football. C’est triste évidemment, mais dans 100 ou 200 ans, on parlera encore de lui."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.