Rubriques




Se connecter à

"Ce match en déplacement à Troyes, c'était notre cadeau d'anniversaire de mariage"

Avant son déplacement au stade de l'Aube, dimanche 29 août, pour le compte de la quatrième journée de Ligue 1, Élodie Gustin s'était confiée sur son amour pour l'AS Monaco. Près d'un an après son dernier match dans un stade à cause de la situation sanitaire. Elle et son mari ont porté bonheur au club de la Principauté qui a engrangé sa première victoire de la saison. En somme, un beau cadeau d'anniversaire de mariage. Un entretien réalisé dans le cadre d'un partenariat avec l'AS Monaco (#PartoutToujours).

Yann Douyère Publié le 01/09/2021 à 15:24, mis à jour le 01/09/2021 à 15:24
Après deux ans loin des stades en raison de la crise sanitaire, Élodie Gustin était impatiente de retrouver les Rouge et Blanc sur le terrain. Photo Élodie Gustin

C’était il y a 22 ans jour pour jour, un 29 août 1999. "Pas intéressée plus que ça par le football", Élodie Gustin pénètre pour la première fois dans l’enceinte du stade Louis-II. Une révélation. Ou plutôt, une confirmation.

"Environ une semaine avant ce match, mon oncle nous avait emmenés à La Turbie, au centre d’entraînement, alors que nous étions en vacances à Menton, se remémore celle qui, aujourd’hui, s’est installée à Mont-Saint-Martin, dans le Grand Est. Instantanément, l’AS Monaco est devenu "mon" club. Quelques jours après donc, j’assistais à mon premier match dans un stade de football. Je me souviens de l’euphorie qui s’en dégageait, le public qui s’enflammait sur les buts, la victoire monégasque, Marco Simone..."

Une semaine qui a définitivement scellé un lien indéfectible entre Élodie et le club de la Principauté.

Des amis au stade le jour de leur mariage... et en tenue!

Ce match, c’était face à Troyes. Son tout premier. Le hasard faisant toujours bien les choses, c’est également dans cette commune de l’Aube– qui accueille Monaco dans le cadre de la quatrième journée de championnat– qu’elle fera le déplacement ce dimanche... 29 août 2021. Pour un événement bien particulier qui plus est.

 

"C’est mon cadeau d’anniversaire de mariage, confie la jeune femme de 36 ans. Mais nous allons faire sobre. Des amis à moi, que j’ai d’ailleurs rencontrés lors d’un match à Anderlecht et avec qui nous avons tissé des liens très forts, sont allés, un jour, au stade soutenir l’AS Monaco. Mais pas n’importe quel jour! Celui de leur mariage. Et en tenue s’il vous plaît."

Et ce cadeau était tout trouvé tant celle que ses ami.e.s surnomme affectueusement "Élo de Monaco" vibre pour les Rouge et Blanc.

"Je suis tellement excitée, toutes mes collègues de travail sont au courant, plaisante celle qui a un emploi dans la grande distribution. J’ai un emploi du temps assez chargé à l’année, mais je ne loupe aucun match. Et puis, quand je peux, je fais des déplacements. Il y en a quelques-uns à faire dans la région, à Metz, Reims, Strasbourg ou Troyes. Il m’arrive aussi parfois de regarder le calendrier pour tenter de poser un congé le jour où l’ASM est dans le coin."

 

D’autant plus impatiente que son dernier match remonte au 21 septembre 2019, à Reims. Un autre temps où la Covid n’avait pas instauré de huis clos permanent dans les stades.

"Bien entendu, ça nous a manqué. Surtout que je ne suis que Monaco, je ne regarde pas vraiment le football autrement. Mon mari, lui, est supporter messin mais, avant même que l’on se rencontre, il avait une petite affection pour Monaco. Donc nous allons souvent au stade ensemble. Outre le championnat, il y a maintenant une échéance européenne. Dommage qu’il n’y ait pas de clubs belges dans notre poule car nous ne sommes pas loin. Mais déjà, de pouvoir retourner dans les stades c’est un bonheur."

Et outre encourager son équipe version 2021-2022, Élodie veut "retrouver le plaisir de rencontrer des gens et de partager un moment amical et de complicité".

Et au jeu du pronostic alors? "Je ne peux dire autre chose qu’un 3-0, le même score qu’il y a 22 ans, jour pour jour. Ce serait magnifique. Et un très beau cadeau d’anniversaire de mariage."

L'ASM s'est imposé 2 buts à 1, un score qui suffira pour faire le bonheur des deux supporters.

"Vous m'apprenez que j'ai assisté au premier Monaco-Troyes de l'histoire"

Le saviez-vous? La toute première rencontre opposant le club de la Principauté et la formation auboise s’est tenue au stade Louis-II en 1999. Avec au bout, une victoire asémiste sur les Troyens... trois à zéro.

Ce jour-là, Louis, à peine 10 ans, s’époumonait dans les travées de l’enceinte monégasque pour ce qui restera son premier souvenir de fan.

"Ma famille supportait l’OGC Nice mais ce déplacement dans le pays voisin a déclenché chez moi un véritable amour pour l’AS Monaco, témoigne cet aficionado depuis plus de vingt ans. En revanche, vous m’apprenez que j’ai assisté au premier Monaco-Troyes de l’histoire."

Cette année-là, pour paraphraser une célèbre idole de la variété française, le club comptait dans ses rangs des futurs champions du monde notamment.

"J’ai un flash du but de Trezeguet, mais celui qui m’a mis des étoiles dans les yeux, c’est Fabien Barthez. J’ai joué au football étant plus jeune, au poste d’attaquant. Mais je suis vite passé de l’autre extrémité du terrain, en tant que gardien de but, quand j’ai découvert celui que l’on surnommait le divin chauve."

Le spectacle sur le terrain l’a autant marqué que l’ambiance qui se dégageait des tribunes, un moment qu’il évoque avec un brin de nostalgie: "J’ai l’impression que le stade se remplissait davantage dans ces années-là et qu’une sincère passion se faisait sentir. J’espère qu’avec les bons résultats récents et la campagne européenne qui s’annonce, le Louis-II rugira de nouveau."

En tout cas, le club pourra compter sur son soutien. En effet, le titi parisien est de retour dans le sud et compte bien accompagner son club de cœur avec autant d’enthousiasme que le petit garçon qu’il était il y a 20 ans.

En attendant ce moment, l’ASM se déplace à Troyes, dimanche, une équipe qui lui réussit bien avec onze victoires en 18 confrontations.

Sur neuf confrontations à domicile, l’ASM s’est imposée à six reprises face à Troyes, dont un retentissant 6-0 lors de la saison 2002-2003. Photo archives Michael Alesi/Dir’com.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.