“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ce joueur-cadre de l'AS Monaco risque une mise à pied et de ne plus jouer jusqu'à la fin de la saison

Mis à jour le 07/04/2016 à 15:36 Publié le 07/04/2016 à 15:21
Nabil Dirar.

Nabil Dirar. Photo Jean-François Ottonello

Ce joueur-cadre de l'AS Monaco risque une mise à pied et de ne plus jouer jusqu'à la fin de la saison

Alors que le Marocain Nabil Dirar avait terminé de purger ses huit matches de suspension à la suite de son comportement envers l'arbitre du match Monaco/Nice en février dernier, un rebondissement a eu lieu dans cette affaire.

En effet, le club de la Principauté a décidé d'entamer une procédure disciplinaire envers son joueur, pouvant mener à la mise à pied du joueur.

La raison? Dirar aurait refusé catégoriquement toute sanction financière venant de l'ASM à la suite de son comportement.

Un refus qui n'a, visiblement, pas plu dans les hautes instances du club. L'institution était montée au créneau, notamment auprès de la commission de discipline de la LFP, pour contester la sévérité de la sanction de son joueur et défendre sa cause.

Le geste de Nabil Dirar, un front contre front avec Tony Chapron, avait été condamné par le club tout en appelant à une sanction mesurée.

Conscient d'avoir été lésé par le geste de son joueur, le club s'était naturellement rapproché du Marocain pour le sanctionner afin de ne pas laisser ce genre de geste impuni. Face au refus du joueur, l'ASM a décidé de marquer le coup.

Nabil Dirar ne devrait pas être du déplacement à Lille et rien ne dit qu'il rejouera sous le maillot asémiste d'ici le mois de mai.

Dans la dernière ligne droit, Leonardo Jardim se retrouve privé d'un cadre. Nabil Dirar est sous contrat jusqu'en 2018.

à partir de 1 €


La suite du direct