Ben Yedder, la journée noire... Les notes des joueurs de l'AS Monaco, battus à domicile en Ligue Europa

Non sélectionné en équipe de France ce mercredi après-midi, le capitaine a ensuite vécu un match pénible. Il nage en plein doute.

Article réservé aux abonnés
Ch. Rx Publié le 15/09/2022 à 23:01, mis à jour le 15/09/2022 à 23:35
Ben Yedder a vécu une très mauvaise journée. Photo Jean-François Ottonello

NUBEL (6) : sa belle horizontale empêche Traoré d'ouvrir la marque (32'). Il claque aussi le coup franc de Laïdouni (40'). Il ne peut rien en revanche sur la volée de Vecsei. Malgré les deux contres, il est proche de la sortir.

DISASI (5) : il s'aligne tardivement et passe tout près de couvrir Nguen sur le but refusé (20'). Il a joué l'intégralité des onze rencontres monégasques cette saison et il a semblé accuser le coup par séquences. Sa lucidité l'a abandonné parfois, comme lorsqu'il décide de décaler Vanderson au lieu de prendre sa chance (37'). Il s'est ressaisi en seconde période, comme lorsqu'il seconde Sarr face à Nguen (61').

SARR (3) : R. Mmaee l'a piégé plusieurs fois avec son jeu de corps. Il a aussi connu des scories dans la relance. Remplacé par BOADU (81'), qui a joué ses premières minutes sans parvenir à sauver la patrie.

BADIASHILE (4) : il aurait pu être averti d'entrée, pris de vitesse par Traoré qu'il retient par le bras. Agressif, et malgré du mieux après le repos, il a essayé de gagner ses duels mais il a souvent rendu le ballon à l'adversaire. Il n'est jamais simple de gérer une journée où vous êtes appelé pour la première fois chez les Bleus.

 

VANDERSON (4) : Diatta a tellement souffert techniquement devant lui qu'il a eu du mal à s'entendre avec le Sénégalais. Défensivement, il n'a pas dégagé grand-chose. Remplacé par AGUILAR (46', 6), qui a redonné de l'équilibre aux attaques monégasques et centré dans la bonne zone sur l'occasion de Jakobs (73').

FOFANA (5) : il a déplié ses grands compas pour voler plusieurs ballons dans les pieds hongrois. Il s'est aussi porté à l'avant mais sa prestation a été moyenne. Petit nouveau chez les Bleus, il a besoin de souffler, lui aussi.

CAMARA (5) : leader naturel, il a été moins en vue dans ce domaine, hier soir. Sans livrer un mauvais match, le Malien n'a pas réussi à réveiller ses troupes. Malgré un cœur énorme, il tire la langue.

HENRIQUE (5) : il a déposé quelques centres dont il a le secret dans la surface (7', 53') et peaufiné sa complémentarité avec Golovin, mais il a aussi accordé une trop grande latitude à Traoré sur le but.

DIATTA (2) : il n'a pas parlé le même football que Vanderson, comme sur cette passe trop longue qu'il adresse au Brésilien (13'). Il a été en détresse absolue sur le plan technique. Il perd d'ailleurs le ballon avant le but invalidé de Nguen. Remplacé par AKLIOUCHE (46', 6), qui s'est signalé avec des passes dangereuses (46', 48'), de l'activité et un gros retour défensif (73').

 

BEN YEDDER (3) : un but en neuf matchs : le capitaine est en panne, warnings allumés. Et il n'a pas quitté la bande d'arrêt d'urgence, hier soir. En première période, il a joué trop loin du but. Il a glissé deux centres quand il est censé être à la réception de ces derniers. On aurait aimé le voir proposer plus d'appels et connaître moins de déchet dans le petit jeu. Sa déviation de la tête est molle (7'), sa volée du gauche ratée (34'). Remplacé par EMBOLO (65') qui a été plus mobile.

GOLOVIN (6) : il a été l'un des rares à mettre un peu de magie dans un match terne. Le jeu penche toujours à gauche parce qu'il s'entend comme larrons en foire avec Henrique. Il aurait mérité un but ou une passe, mais Dibusz l'en a privé (34') et sa seconde tentative fuit le cadre (46'). Il a encore cravaché dans le pressing et semble prendre goût aux efforts défensifs. Remplacé par JAKOBS (73'), qui doit marquer, seul face à Dibusz et sur pied fort.

Coach (4): Il fait peu tourner et son équipe a manqué de jus, engluée dans une domination stérile.

Match : 4

Arbitre : 6

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.