“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Beaucoup de fois on les tue": Leonardo Jardim pousse un coup de gueule sur le traitement des très jeunes joueurs

Mis à jour le 30/11/2019 à 11:45 Publié le 30/11/2019 à 11:45
Leonardo Jardim face à Caen.

Leonardo Jardim face à Caen. Photo JF Ottonello

Je découvre la nouvelle offre abonnés

"Beaucoup de fois on les tue": Leonardo Jardim pousse un coup de gueule sur le traitement des très jeunes joueurs

Leonardo Jardim, l'entraîneur de l'AS Monaco, a poussé un coup de gueule ce vendredi en conférence de presse, à propos des attentes autour des très jeunes joueurs et des blessures récurrentes de Pellegri et Geubbels à l’ASM.

"Il faut peut-être qu’on parle des idées qu’on a de prendre des jeunes qui ont 14, 15 ans et on pense que ce sont des adultes en miniature... Beaucoup de fois, on tue les joueurs. Après, personne ne se responsabilise.

Peut-être que si on avait fait plus attention il y a deux, trois ans lors de la formation de Pietro Pellegri (au Genoa), il n’aurait pas tous ses problèmes musculaires aujourd’hui. Mais personne ne se responsabilise.

On a lui, on a Geubbels, des jeunes joueurs que peut-être, je dis bien peut-être, des personnes ont beaucoup chargés. Un mec de 16 ans n’est pas un adulte en miniature. On doit respecter ça. Aujourd’hui, on pense qu’un garçon de 15 ou 16 ans est déjà formé. Ce n’est pas vrai.

La maturité arrive après 18, 19 ans au niveau des os, des tendons. Il faut passer ce message, parce que ça peut casser la vie de jeunes joueurs."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.