“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Baldé Keita, le rebelle

Mis à jour le 13/10/2017 à 08:16 Publié le 13/10/2017 à 05:27
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Baldé Keita, le rebelle

En Italie, on l'appelait l'enfant terrible mais Baldé Keita est surtout un phénomène qui ne demande qu'à exploser

C'est passé relativement inaperçu mais l'arrivée de Baldé Keita à Monaco pour 30 millions d'euros demeure le plus gros investissement de l'ASM de l'été et le troisième de son histoire derrière Falcao (60M) et James Rodriguez (45M).

Pourtant, le Sénégalais de 22 piges affiche 33 minutes de jeu en Ligue 1 réparties en deux bouts de matches. Rien d'affolant pour un garçon qui est arrivé en retard physiquement à la suite d'une préparation tronquée avec la Lazio Rome. Et pour cause, le virevoltant attaquant souhaitait quitter la ville éternelle. Dans le Latium, personne ne s'en est offusqué. Voilà plusieurs saisons que le garçon souhaite partir chaque été.

Caractériel, tête de mule, Keita n'est pas un jeune de 22 ans comme les autres. En janvier dernier, en plein mercato, son coach Simone Inzaghi décide de se passer de ses services après un retour de CAN 2017 compliqué. Alors que son équipe l'attend pour affronter Milan, Keita ne se présente pas, prétextant avoir manqué son avion à Dakar.

Son entraîneur ne lui en tient pas rigueur et prône la patience. "C'est potentiellement l'un des cinq meilleurs joueurs au monde, mais je ne le voyais jamais serein. Je l'ai tenu à l'écart jusqu'à ce que le mercato soit fini. Quand il est revenu, c'était un autre homme", détaillera plus tard le petit frère de ''Pippo''. Bilan, sur la phase retour, le joueur plante onze buts dont huit lors des cinq derniers matches, bouclant ainsi son meilleur exercice en Serie A (16 buts en 31 matches).

Des chiffres surprenants car en Italie, Keita a parfois dû composer avec son impatience. Après des débuts précoces à 18 ans (5 buts en 25 matches de Serie A en 2013-2014), le joueur va stagner. Un but en 2014-2015, 4 en 2015-2016. Son coach de l'époque, Stefano Pioli, lui demande de se canaliser. "Si je m'entraîne aussi bien qu'il le dit, j'espère jouer plus dans l'avenir", lâche Keita.

Il faut dire que tout est allé très vite dans sa vie. Né le 8 mars 1995 en Catalogne, de parents sénégalais, le jeune garçon intègre la Masia du FC Barcelone à 9 ans.

En 2010, avec les jeunes du Barça, il participe à un tournoi de jeunes au Qatar et, un soir, fait une blague à un coéquipier en lui mettant un glaçon dans le lit. Rien de bien méchant sauf pour ses dirigeants qui ne goûtent pas trop à son humour...

Dans la foulée, il est prêté à Cornella, un club filial qui joue en 3ème division régionale. En fin de saison, vexé, il décide de quitter l'Espagne et opte pour la Lazio, qui paye 300.000 euros au club Blaugrana. Il a 16 ans. Seul hic, il n'est pas encore espagnol et ne peut donc pas jouer à cause du quota de joueurs extracommunautaires.

Il faudra un an avant qu'il obtienne la nationalité espagnole, ce qui lui donnera des envies de jouer pour la Roja avant d'opter pour le Sénégal.

Pour ses grands débuts avec la Lazio, il brille lors d'un tournoi amical Karol-Wojtyla en Pologne, en hommage au pape Jean-Paul-II : 6 buts en 4 matches. En Italie, on le compare très vite à Mario Balotelli.

Attendu, le joueur va mettre plus de temps que prévu pour exploser. C'est finalement l'arrivée de son ancien entraîneur chez les jeunes, Simone Inzaghi, sur le banc, qui va tout changer même si les débuts son compliqués.

"Je veux des joueurs qui sont fiers de porter le maillot de la Lazio, ça doit être le point de départ pour tout le monde. Moi, je continue avec ceux qui sont contents d'être au club, point", balance Inzaghi.

Rapide, excellent dribbleur, Keita manque encore de régularité mais le potentiel est là.

Monaco y croit au point de mettre 30 bâtons sur la table. Une certaine pression sur ses épaules liées à cette somme où à la succession de Kylian Mbappé ? Pas du tout.

"Ne me comparez pas à Mbappé, ne me comparez à personne... j'ai mon propre style. Si j'ai cette étiquette de phénomène, c'est que j'ai beaucoup travaillé dans ma carrière et j'espère que je vaudrai plus que 30 millions dans le futur". Sans filtre.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.