“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

AS Monaco : triste routine Jeux de mains, jeux de vilains

Mis à jour le 21/10/2018 à 05:06 Publié le 21/10/2018 à 05:06
Falcao a vécu une soirée cauchemardesque, à l'image de l'ASM. Le Tigre est sorti sur blessure avant la pause (37e).

Falcao a vécu une soirée cauchemardesque, à l'image de l'ASM. Le Tigre est sorti sur blessure avant la pause (37e). AFP

AS Monaco : triste routine Jeux de mains, jeux de vilains

La première de Thierry Henry sur le banc n'a rien changé, l'ASM s'est inclinée pour la troisième fois de rang en Ligue 1 et se retrouve 19e ce matin

Joueur, Thierry Henry n'avait jamais perdu à Strasbourg. Pour sa grande première sur un banc, c'est chose faite avec cette défaite concédée à la Meinau (1-2), la troisième de rang en Ligue 1. Ce matin, Monaco pointe à la dix-neuvième place, celle du premier relégable. En dépit du vent de fraîcheur qui a soufflé sur le Rocher depuis l'intronisation de « Titi », le nouveau coach de l'ASM ne pouvait pas réussir de miracle en si peu de temps à la tête d'une équipe qui n'a gagné qu'un seul de ses treize matches cette saison et qui était privée, hier, de nombreux joueurs (1).

Visiblement, les têtes sont encore malades. On a vu les mêmes maux que sous Jardim : même résignation, même absence de révolte, incapacité à renverser un score après avoir concédé l'ouverture du score. Surtout quand ce but est un gag et Monaco n'a pas besoin de ça en ce moment.

« Je n'ai pas besoin de décrire ce but, l'erreur est humaine », a simplement précisé Henry. Sans oublier la sortie de Falcao au bout de 37 minutes sur blessure. Pour une première, les coups du sort avaient choisi leur camp.

C'est dommage car tout le monde voulait voir la première de Thierry Henry sur un banc de touche. Pierre Ménès, le consultant vedette de Canal Plus - proche du joueur - était à la Meinau pour l'occasion. On a alors scruté le néophyte : sa première déclaration, sa première composition d'équipe, sa première poignée de main à un coach adverse, sa première gueulante, ses premiers changements. Survêtement ou costume pour sa grande première ? Un prisme atypique mais par lequel le cadre autour de ce Strasbourg-Monaco a été construit.

« Je n'ai pas fait attention à mes gestes, j'étais dans mon match, j'ai essayé de parler posément avec les arbitres, j'étais concentré », glisse-t-il. Le nouveau coach de l'ASM a chaleureusement salué Fabien Lefèvre, adjoint de Thierry Laurey, avec qui il a joué à Monaco entre 1997 et 1999. Juste avant d'être applaudi par le public strasbourgeois lors de son arrivée, mais aussi lors de l'annonce des équipes ainsi qu'à son départ du stade.

La star, c'était lui. Clairement. Le centre de gravité de la soirée aussi. Et puis le match a débuté et son ASM a montré un visage ambitieux avec des latéraux placés sur la même ligne que Falcao sur certaines séquences. C'est pourtant sur un ballon dans le dos de Henrichs que Lala centre parfaitement sur l'ouverture du score.

« On peut être offensif et équilibré, détaille-t-il. Parfois, on est un peu parti la fleur au fusil ».

L'ancien capitaine des Bleus a beaucoup parlé à ses joueurs mais l'expulsion de Grandsir à l'heure de jeu a réduit sa marge de manœuvre. Et Monaco n'a jamais semblé en mesure de se remettre de ce premier but encaissé malgré deux ballons sauvés sur la ligne par Kenny Lala, dans tous les coups hier. Henry a maintenant trois jours pour préparer son équipe avant d'aller défier Bruges en Ligue des champions où il faudra se rassurer en ramenant des points car Monaco reste sur cinq défaites consécutives toutes compétitions confondues. Une routine de laquelle il faut vite sortir.

SY : une erreur de mains inqualifiable sur l'ouverture du score. Du rarement vu à ce niveau (17'). Les fameux gants en peau de pêche rendus célèbre par la VHS « Le foot en folie ». Se couche un peu vite sur le piqué de Mothiba.

SIDIBE : parfois ailier de débordement, le champion du monde avait visiblement comme consigne de se rendre disponible très haut dans son couloir et d'être très offensif. Des bons centres, mais aussi beaucoup d'espace dans son dos, forcément.

GLIK : pas forcément très saignant, le Polonais a pourtant fait parler sa puissance dans les duels. Sa reprise du gauche est sauvée devant sa ligne par Lala (57').

TOURE : central de formation même s'il a surtout brillé au poste de latéral droit, il retrouvait le onze en raison des nombreuses absences en défense pour la première fois depuis le 26 août et le déplacement à Bordeaux. Un bon retour devant Lala (11') et une tête repoussée par Lala près de son poteau (38'). Présent dans les duels. Le meilleur Monégasque, hier.

HENRICHS : ailier de débordement sur certaines possessions de balle, l'Allemand, auteur d'un bon retour aérien devant Corgnet (27'), n'a pas réussi à enflammer son côté ni complètement à le verrouiller.

AHOLOU : emprunté en début de rencontre pour ses retrouvailles avec la Meinau, il allume Sels dans la surface (37') d'une frappe qui aurait mérité d'aller au fond. Globalement en-dedans. Remplacé par Aït-Bennasser.

TIELEMANS : le Belge a débuté en numéro 6, sorte de sentinelle, avant de repasser relayeur au cœur de la première période. Il a traversé le match comme souvent cette saison, seulement relevé par son but.

CHADLI : à croire que le Belge n'arrive pas à retrouver de peps. En retard et peu tranchant, l'ancien de Tottenham peine à mettre de la vitesse et de l'impact dans son jeu. A son crédit, en revanche, une certaine qualité sur les corners et un bon retour défensif (77').

GOLOVIN : rarement trouvé, le Russe manque carrément la balle sur une offrande de Jovetic (45'). Un cran plus bas après la pause, il a essayé de toucher plus de ballons pour être au départ des actions mais avec un déchet incroyable et peu de réelles différences. Son adaptation est plus longue que prévue…

JOVETIC : un coup-franc détourné par Sels (17'), un amour de passe pour Golovin (45'), même dans un collectif perdu, le Monténégrin distille un peu d'amour de temps en temps malgré un déficit physique évident. Remplacé par Grandsir à l'heure de jeu. L'ancien Troyen va passer moins de 2 minutes sur le terrain puisqu'il est expulsé pour un jeu dangereux sur Gonçalves (66').

FALCAO : sevré de ballons, le Colombien qui est revenu tardivement avec son équipe nationale a jeté l'éponge au bout de 35 minutes, diminué et touché musculairement. Remplacé par SYLLA (5) qui a beaucoup proposé par ses courses sans être vraiment servi. C'est lui qui va chercher, seul, le penalty en fin de match. M.Faure


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct