Rubriques




Se connecter à

AS Monaco: Subasic rayonne toujours

Auteur de deux performances solides contre Troyes, et dimanche à Nantes, le gardien croate est au sommet de sa forme pour le sprint final. De quoi donner le sourire à tout le monde

Fabien Pigalle Publié le 01/03/2016 à 05:07, mis à jour le 01/03/2016 à 05:07
Photo J-F.Ottonello

Contre Nantes, il fallait un Bedoya hors-jeu, pour battre Subasic à trois mètres de sa cage (71').

C'est dire la difficulté de la tâche. Si Monaco arrache la deuxième place pour un point, ne cherchez pas, il aura sûrement été pris à Nantes et on pourra remercier le gardien Croate.

Évidemment, c'est aller vite en besogne et mettre arbitrairement de côté la solidité défensive, toute relative, affichée à la Beaujoire. Certes, Monaco n'a pas pris de but, mais l'équipe a concédé beaucoup d'occasions.

« Heureusement que Subasic était présent. Quand il y a des matches comme à Nantes où on n'est pas très bien on peut lui faire confiance », avouait Fabinho. En connaisseur, Michel Der Zakarian approuvait : « Nous sommes tombés sur un grand gardien qui a fait les arrêts qu'il fallait, expliquait le coach nantais avant de souligner que ses joueurs y étaient aussi pour quelque chose : « nous avons frappé dans des zones où il excelle. » Mais on peut aussi reconnaître à Subasic la qualité de faire déjouer l'attaquant.

 

Dans une interview accordée à Nice-Matin avant le derby contre Nice, il avouait beaucoup travailler en vidéo « avec Dédé » Amitrano. Un peu à la manière d'un gardien de hand qui révise sur ses cahiers à l'aide de croquis les possibilités de tirs des attaquants en fonction de leurs positions.

«Il fait partie des meilleurs de L1 »

Toutes les grandes équipes ont soit, un grand attaquant, soit, un grand gardien. Pas besoin de vous faire un dessin. « Depuis deux ans et demi que je suis là, il fait partie des meilleurs gardiens du championnat, insistait Toulalan. Déjà quand Monaco était en L2, c'était déjà le cas. »

Pourtant, après le titre de champion et la remontée dans l'élite, tout le monde ne semblait pas convaincu du talent du Croate. Et c'est pour cela que les dirigeants monégasques lui ont mis deux pointures internationales comme doublure deux saisons de suite : l'Argentin Romero, finaliste de la Coupe du Monde 2014, puis le Hollandais Stekelenburg finaliste 2010. Au cas où… Mais Danijel Subasic, tout en calme et sérénité, ne laissait aucune miette.

Chercher les bourdes de Suba cette saison, c'est un peu comme tenter de trouver un défaut sur une Ferrari. Du genre : "Elle est bien oui, mais un peu trop bruyante, dommage".

 

Il y a bien ce match à Bordeaux, en L1 perdu 3-1 où il avouait après coup être « fautif sur un ou deux buts ». Mais à part ça… rien de marquant.

« Début de saison pas terrible »

Pourtant, tout n'était pas rose au début. Subasic ne rayonnait plus, et certains commençaient à le pointer du doigt. « Son début de saison n'a pas été terrible, mais c'était comme toute l'équipe aussi », lançait Fabinho, honnête. Pour moi, depuis que je suis ici, je peux dire qu'il fait partie des meilleurs d'Europe. De la Ligue 1, c'est sûr ! »

Pour juger des performances, peut-être en trompe l'œil, il faut garder en tête les paroles de Jérôme Alonzo. Celui qui a gardé les cages de Nice, Saint-Etienne ou encore Paris nous expliquait il y a peu, l'évolution de la perception de la performance des gardiens. « Il y a quelques années, un bon gardien, c'était celui qui ne faisait pas de boulettes. Ne pas en faire, ça suffisait. Aujourd'hui, on le juge sur son côté décisif, sur ses parades. Un gardien qui ne fait pas d'erreur, mais qui ne fait pas non plus d'arrêt déterminant, et bien il reste dans l'ombre. » Voilà pourquoi Suba n'a pas fait parler de lui jusqu'à Noël. Et il l'avouait lui-même : « ma saison l'an dernier était longue et nerveusement j'étais KO. La tête n'était plus là et j'étais forcément moins concentré en allant dans les buts. »

« Il n'était pas à son niveau sur la première partie du championnat, mais il est vraiment monté en puissance, analysait Jardim. A Nantes, il a fait un bon match avec beaucoup d'arrêts. Le football, c'est un sport collectif. Quand un joueur est en forme, il peut tirer les autres vers le haut ».

Ricardo Carvalho était aussi de cet avis : « quand il est comme ça, il nous apporte beaucoup de tranquillité derrière. Il nous transmet sa confiance et c'est important. » Pendant sa période "creuse", l'idée de recruter un autre gardien avait circulé à l'ASM.

 

Mais aujourd'hui, à 31 ans, on voit mal Suba lâcher son Rocher. Et inversement.

ses stats en L1

Son CV : Danijel Subasic,31 ans, né à Zadar (Croatie).
1,91m, 94 kilos.

Clubs :
3 2011-12, Hajduk Split.
3 2012-16, AS Monaco.

Cette saison
2340 minutes disputées
56 arrêts
59 tirs détournés
30 buts encaissés

La saison dernière
3330 minutes disputées
25 buts encaissés
81 arrêts
45 tirs détournés

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.