“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

AS Monaco: Ricky ou la belle vie

Mis à jour le 09/12/2015 à 05:02 Publié le 09/12/2015 à 05:02
Je découvre la nouvelle offre abonnés

AS Monaco: Ricky ou la belle vie

A 37 ans, Ricardo Carvalho va peut-être disputer son dernier match européen

Quand Ricardo Carvalho a joué son premier match de football professionnel, Kylian Mbappé, la dernière pépite du centre de formation de l’ASM, n’était pas encore né.A 37 ans, Ricky tient toujours le haut du pavé avec un CVeuropéen long comme le bras.A son sommet, deux titres européens (Coupe UEFA 2003 et Ligue des Champions 2004). Avant d’aller défier Tottenham, l’ancien joueur de Chelsea (2004-2010) se confie sur sa longévité, la Coupe d’Europe mais aussi sur sa saison.


Comment allez-vous ?
Très bien, merci.On est prêt pour ce gros match à Tottenham.On sait que c’est important de faire un bon résultat après notre faux pas contre Anderlecht.Au coup de sifflet final, on regardera le score de l‘autre match et on verra bien...

Vous y croyez toujours ?
Oui.On doit juste se concentrer sur notre match.On dépend du résultat d’Anderlecht et c’est difficile d’aborder un match quand on ne maîtrise pas tout mais il ne faut pas avoir de regrets au final.C’est le plus important.

C’est peut-être votre dernier match de Coupe d’Europe...
(Il sourit) Peut-être...

Quel est votre meilleur souvenir ?
La victoire en finale de Coupe UEFA 2003. Je jouais à Porto et on gagne 3 à 2 en prolongation. On marque dans les cinq dernières minutes, c’était génial.

Et le pire ?
La finale de 2008 en Ligue desChampions. On perd aux tirs au but avec Chelsea contre Mancheseter United. Dans la séance de penalties, JohnTerry a la victoire au bout et il manque son tir.Derrière, Manchester repasse devant et on rate ensuite.C’est une déception immense.

Vous allez retrouver Londres, une ville que vous connaissez bien pour avoir longtemps joué à Chelsea.Comment est le football dans cette ville ?
Il y a de nombreux clubs en première division, Chelsea, Arsenal, Tottenham, West Ham, etc.Les gens vivent le football avec une énorme intensité.Chaque week-end, c’est extraordinaire. Tu as envie de jouer tous les matches.Là, on va affronter Tottenham, une équipe historique, qui marche bien en championnat, très solide. On a tous envie de jouer ce genre de match. Et puis White Hart Lane est une enceinte agréable.C’est un petit stade mais c’est chaud. Avec Chelsea, il y a avait une rivalité alors les matches étaient engagés. Mais on ne doit pas se focaliser sur l’ambiance.L’an dernier, on avait très bien abordé notre match à Arsenal, là, c’est pareil.

Comment expliquez-vous votre début de saison moyen d’un point de vue défensif alors que la défense reste la même, globalement, que l’an dernier ?
On peut faire mieux.Aussi bien comme équipe que défensivement.On a fait un très bon début de saison, on était en forme rapidement et puis on s’est mis à souffrir, à encaisser des buts sans en marquer. Mentalement, ça a été difficile.J’ai l’impression que le plus dur est passé.On peut faire mieux, bien entendu.

Le barrage perdu face à Valence en août a vraiment été un tournant ?
Psychologiquement, chaque joueur rêve de disputer la Ligue des Champions. Alors oui, on était au plus bas moralement après cette élimination.Il a fallu digérer tout ça et repartir. Maintenant, il faut terminer deuxième pour être qualifié directement en Ligue des Champions.

Vous êtes le plus ancien joueur de l’effectif, quel est votre rôle avec les jeunes ?
Je ne suis pas très bavard, ce n’est pas ma personnalité.En revanche, je m’entraîne à 100%, je joue à 100%, je suis investi dans mon métier au quotidien. Je prends soin de mon corps, de mon hygiène de vie. Alors quand un jeune voit un joueur de mon âge s’investir autant, peut-être que ça l’inspire.

Vous allez avoir 38 ans en 2016, comment expliquez cette longévité ?
J’aime ce que je fais.Je fais aussi plus attention à mon corps depuis que j’ai dépassé la trentaine.Je sens que mon corps réagit bien et la tête suit car j’ai conscience que même à mon âge, je peux aider l’équipe.

L’Euro 2016 en France, c’est important ?
Le plus important, c’est que le Portugal y soit car ce n’était pas évident au départ. J’ai eu la chance de revenir en sélection et c’est tant mieux.On sait tous au sein de l’équipe nationale qu’il y a une grosse communauté portugaise en France, il ne fallait pas rater ce rendez-vous. Bien entendu, j’ai envie de faire partie de cette aventure.

C’est votre dernière saison ?
Je n’ai pas encore réfléchi.Je ne sais pas si j’ai envie de continuer ou non.Je prendrai une décision en fin de saison.La tête veut continuer.Le corps, c’est autre chose.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.