“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

AS Monaco-PSG : ce binôme qui traque les trouble-fêtes en tribunes

Mis à jour le 15/01/2020 à 08:31 Publié le 15/01/2020 à 08:30
Le commandant Vachetta et le major Madonna forment la charnière centrale du dispositif sécurité.

Le commandant Vachetta et le major Madonna forment la charnière centrale du dispositif sécurité. Photo Dylan Meiffret

AS Monaco-PSG : ce binôme qui traque les trouble-fêtes en tribunes

Les Ultras parisiens seront interdits de parcage mais pas de tribunes, ce mercredi soir au stade Louis-II, dans le choc reporté de la 15e journée de Ligue 1. Le dispositif de sécurité a été abaissé. Place au spectacle !

Au coup de sifflet final d’un PSG-Monaco de gala (3-3), dimanche soir au Parc des Princes, l’attaquant Keita Baldé émettait le souhait que le stade Louis-II fasse le plein, ce mercredi soir (21 h), pour le deuxième round. La grève SNCF - aucun train n’est programmé au départ de Monaco après le match -, le report en pleine semaine de cette rencontre annulée le 1er décembre pour cause d’intempéries, et la commission de discipline de la Ligue de football professionnel, en ont décidé autrement…

Séduisants pour la première de Robert Moreno sur le banc, les Asémistes pourront bien compter sur leur 12e homme, Ultras Monaco 94 et Club des Supporters en tête, mais les tribunes visiteurs seront vides. En sursis, les supporters parisiens ont en effet écopé d’un match à huis clos à l’extérieur après avoir lancé des pétards en direction de leurs homologues stéphanois, en décembre à Geoffroy-Guichard.

Initialement élevé au niveau trois sur quatre sur l’échelle des matchs "à risques", ce choc de Ligue 1 a donc été rétrogradé au niveau 2. En tant qu’organisateur du spectacle, l’AS Monaco reste le premier responsable de la sécurité dans son enceinte avec le concours du Département de l’Intérieur. En plus de la centaine de stadiers et du soutien des gendarmes de Cap-d’Ail à proximité du stade, 90 agents de la Sûreté publique seront ainsi postés dans l’ombre, ce soir, pour pallier tout débordement. En l’absence de parcage visiteurs, l’attention de la police se portera sur d’éventuelles brebis galeuses.

"Avec cette interdiction, les supporters parisiens ne devraient pas venir en groupe a priori. Le danger, c’est de les récupérer par petits groupuscules saupoudrés sur le stade", analyse le commandant Fabien Vachetta, adjoint au chef de la police urbaine et référent de la Sûreté publique au niveau de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme.

"Apporter des réponses à différents scenarii"

Selon nos informations, "aucun déplacement constitué" n’est prévu et les bus de supporters parisiens resteront bien au dépôt après la sanction de la Ligue. Reste à anticiper tous les scénarii, y compris celui catastrophe d’Ultras parisiens qui parviendraient à se réunir pour créer un contre-parcage.

"Ce serait le drame absolu mais je sais que l’ASM est vigilante sur la billetterie. Si vous ne voulez pas être embêtés sur un match, la base, c’est la billetterie", confie le commandant Vachetta qui, jusqu’au coup d’envoi, collectera des informations sur l’évolution de la situation "pour apporter des réponses à différents scénarii".

Capitaine de la lutte contre le hooliganisme depuis 2011, Fabien Vachetta évolue en binôme. Il a longtemps officié avec le regretté Mathieu Launois avant de recomposer une charnière centrale avec le major Jérôme Madonna. Les deux passionnés de football font aussi équipe en déplacement à travers l’Europe.

"Une dimension sociologique passionnante"

Le commandant Fabien Vachetta et le Major Jérôme Madonna au stade Louis-II.
Le commandant Fabien Vachetta et le Major Jérôme Madonna au stade Louis-II. Photo Dylan Meiffret

Dimanche dernier, à Paris, aucun incident particulier n’a été déploré. Un scénario anticipé, d’où le fait qu’ils n’étaient pas du voyage. Mais au moindre doute, ils prennent la roue des supporters monégasques en tant que "spotters". Un rôle de policiers physionomistes essentiels pour leurs homologues français et européens.

Leur méthode, le dialogue. Créer une relation de confiance au long cours avec des Ultras naturellement distants des forces de l’ordre et dont l’organisation répond à des codes intangibles. Question d’honneur. De fierté. D’identité. "Par exemple, les Ultras ne déposent jamais plainte contre d’autres Ultras même s’il y a de très grosses bagarres ou incidents", résume d’un trait le commandant Vachetta, saluant la retenue des UM94 face aux excès de certains.

"Je trouve qu’il y a une dimension sociologique passionnante dans l’approche de ces matchs-là. Quand on reçoit Paris, il faut comprendre d’où sont issus les supporters parisiens qui se déplacent. Si vous appréhendez bien cette question, vous arrivez à anticiper." Une tâche complexe alors que le Collectif des Ultras Parisiens (CUP) souffre de guerres intestines. La direction du PSG vient ainsi de mettre fin à son contrat avec une société de sécurité privée en conflit avec le CUP. Des paramètres à maîtriser sachant que les stadiers monégasques forment la première vague d’interventions en cas de dérapage en tribunes. "On met en place un service d’ordre qui n’est pas inédit mais sort de l’ordinaire. On a des sections d’interventions disséminées dans le stade et, dès qu’on localise un problème, le but est de travailler en concertation avec l’ASM dont nous formons les stadiers."

Des interventions "rapides et sporadiques"

Concrètement, si les stadiers sont dépassés, le groupe d’intervention, alias les "Tortues Ninja" du fait de leurs imposantes carapaces, intervient "de manière rapide et sporadique" pour exfiltrer les fauteurs de troubles. Deux solutions alors : soit les faits ne sont pas graves et le fautif est replacé dans une autre partie du stade prédéfinie, soit les faits impliquent une procédure judiciaire et la personne est immédiatement conduite en garde à vue dans les locaux de la Sûreté publique. Le tout en liaison permanente avec un représentant du parquet général - bien souvent le procureur général en personne -, qui suit la rencontre depuis le PC sécurité.

« Rien n’est jamais acquis, il faut toujours être très attentif, conclut le commandant Vachetta. Il y a quelque chose qu’on ne maîtrisera jamais, c’est le résultat sportif. Et ça peut-être le détonateur d’événements… »

Les maillots
de Nice ou Marseille interdits en tribunes
ce mercredi soir

Le pesage devrait faire le plein ce soir face à Paris.
Le pesage devrait faire le plein ce soir face à Paris. Photo Cyril Dodergny

Si le parcage visiteurs sera fermé ce mercredi soir, il n’est pas interdit de venir au stade avec un maillot du PSG, sauf en pesage puisque la tribune est uniquement réservée aux supporters monégasques.


Il est en revanche formellement interdit de rentrer dans le stade avec un maillot de Marseille ou de Nice pour ne pas provoquer d’incidents.


Les palpations et fouilles habituelles seront pratiquées. Les billets sont nominatifs, pensez à votre pièce d’identité.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.