“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

AS Monaco - OGC Nice (2-2): les notes des joueurs monégasques

Mis à jour le 16/01/2018 à 23:16 Publié le 16/01/2018 à 23:13
Kamil Glik a peiné contre l'OGC Nice.

Kamil Glik a peiné contre l'OGC Nice. Photo J-F.O.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

AS Monaco - OGC Nice (2-2): les notes des joueurs monégasques

Dans un duel qui sentait bon la Serie A, Kamil Glik n’a pas réussi à contenir Mario Balotelli, à l’image de l’égalisation où il se fait prendre par roublardise.

Glik (4): quand on a été capitaine du Torino et que l’on a pris un carton rouge pour son premier derby contre la Juventus, on aborde un match contre Nice plutôt sereinement. C’était en tout cas l’impression que dégageait le Polonais en conférence de presse d’avant-match. C’était du sérieux, quoi.

Pourtant, le formidable stoppeur de l’an dernier peine à retrouver son niveau stratosphérique. Pis, il semble parfois être à l’arrêt. Sur le but de Balotelli, il se fait avoir par la roublardise de l’Italien et l’arbitre ne voit rien non plus...

Il sauve la maison ASM devant sa ligne sur un corner de Seri où Balotelli veillait dans son dos (55’) mais, dans l’ensemble, l’ancien du "Toro" n’a plus la baraka de l’an dernier. A l’image de cette dernière action chaude sur corner où il est trop court pour égaliser de la tête (90’).

Subasic (5): précieux dans l’Herault, le Croate s’est montré vigilant d’entrée sur une tentative lointaine de Balotelli (7’). Même s’il n’a pas été énormément sollicité, il est concentré sur des tentatives de Cyprien (25’) et Lees-Melou (31’), il ne peut rien faire sur le doublé de Balotelli, surtout le second où la frappe contrée par Raggi le lobe…. Un match rageant.

Sidibé (5): au repos contre Montpellier, l’international français retrouvait son couloir droit et s’est montré entreprenant d’entrée. Des fulgurances balle au pied mais une complicité quasi inexistante avec Balde sur le côté droit. Un retour décisif dans les pieds de Cyprien sur une action où il ne fait pourtant pas tout ce qu’il faut (62’).

Raggi (5): Jemerson blessé, l’Italien a débuté le derby. Le genre d’ambiance qu’il aime. Même s’il ne prend pas vraiment l’eau, il se fait malmener par Balotelli sur le deuxième but et contre le ballon qui finit par lober Subasic. Il a beaucoup parlé et replacé ses copains.

Jorge (5): pour le Brésilien, c’était un sacré test puisqu’il avait face à lui son ancien coéquipier Saint-Maximim. Dans ce duel, il a plutôt bien débuté mais se fait trop facilement passer sur l’égalisation niçoise. Sur un contre éclair, Cyprien lui demande poliment d’aller investir dans du grillage chez Leroy Merlin avec un petit pont des familles. Une seconde période compliquée mais qu’il sauve en étant malin comme tout sur l’égalisation de Falcao: il va chercher à la fois la faute et joue très vite le coup-franc dans la foulée.

Joao Moutinho (5): toujours aussi précis dans les petits espaces, calme quand le rythme s’accélérait et précieux à la relance. Pas forcément très beau à voir jouer car sa palette est simple (contrôle-passe) mais il simplifie tout. Tout le temps. L’un des rares à avoir surnagé collectivement même si on l’a connu meilleur.

N’Doram (5): avec la suspension de Fabinho, il passait un test important. Un test en quelque sorte. Surtout là pour mettre de l’agressivité dans le pressing. Sa passe entre les lignes pour Lemar au départ du but de Diakhaby est une merveille. Il ne ferme pas la porte sur l’ouverture de Seri qui amène le deuxième but…Après l’heure de jeu, il a commencé à piocher. Remplacé par Ghezzal.

Balde (3): après sa virée en pointe de Montpellier, le Sénégalais a retrouvé le côté de l’attaque en triangle de l’ASM. Il contre involontairement le centre de Lemar sur le but de Diakhaby. Une passe décisive sans le vouloir, sans doute sa seule bonne action d’un match où il a très peu existé (8 ballons joués en première période). Remplacé par Rony Lopes, remuant mas brouillon.

Lemar (5,5): le schéma en 4-2-3-1 semble être taillé pour lui-même si c’est sur le côté, et du droit, qu’il trouve Diakhaby sur le premier but. Comme quoi. C’est le seul à insuffler quelque chose avec le ballon par ses prises de balle, ses passes, son sens du jeu. Alors forcément, dès qu’il disparait, la lumière s’en va aussi… mais, pour le coup, ce n’est pas de sa faute.

Diakhaby (5): très en vue lors de sa rentrée à la Mosson, l’ancien Rennais a visiblement marqué des points. Sa vitesse devait être un atout mais il n’a jamais réussi à prendre la profondeur. Il ouvre le score du gauche, après un contrôle de la main, sur un centre de Lemar. Son deuxième but contre le Gym… en une semaine. Son match est inégal mais il montre qu’il faut compter sur lui. Remplacé par Jovetic, décisif sur le but de Falcao.

Falcao (5): première sortie de 2018 pour le capitaine colombien, double buteur contre Nice l’an dernier au Louis-II, mais très vite esseulé à la pointe de l’attaque. Peu servi (16 ballons joués à la pause), le capitaine a rendu une copie très triste jusqu’à cette fameuse 92e minute où il égalise dans son pur style de renard. Une occasion, un but. L’homme qui sent le mieux les coups sur la planète football. Son 20e de la saison toutes compétitions confondues. Patron.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.