Rubriques




Se connecter à

AS Monaco-Leipzig: les notes des joueurs

Impliqué sur les deux premiers buts allemands, Jemerson a entraîné les siens dans le précipice et vers un printemps d'une tristesse infinie, sans la moindre Coupe d'Europe.

Christopher Roux Publié le 21/11/2017 à 23:17, mis à jour le 22/11/2017 à 09:50
Le défenseur Monégasque Jemerson. Photo Cyril Dodergny

Subasic (4): abandonné par les siens, le Croate avait déjà pris quatre pions dans le buffet à la pause, sans avoir à effectuer la moindre parade. Il n'a rien à se reprocher mais n'a pas été décisif non plus. L'élimination entérinée, « Suba » a dû cogner les murs du vestiaire de colère.

Raggi (5): le Pirate avait un client face à lui en la personne de Forsberg. Il s'est porté aux avant- postes et a obligé le Suédois à défendre. Peu mis en danger défensivement, l'Italien a amené quelques centres et livré une des meilleures prestations du collectif.

Glik (3): le Polonais a abusé de longs ballons pour un immense déchet. Il cherche encore ses reins après le succulent contrôle orienté de Keita sur le 1-4 (45'). Le Polonais a failli malgré sa grinta.

 

Jemerson (2): déjà dans le dur face à Konaté à Amiens, le Brésilien a traversé la partie tel un zombie, sans âme. Il dévie le centre de Sabitzer dans son propre but (6'), puis rate sa relance pour offrir le doublé à Werner (9'). Lent et dévoré par Poulsen pourtant loin d'être un dragster (29') ou Werner (39'), il doit vite se remettre en question.

Jorge (3): le Brésilien est pris de vitesse par Sabitzer sur l'ouverture du score (6'). Il a réussi à chiper quelques ballons de la tête au géant Poulsen mais n'a jamais trouvé la bonne carburation sur le plan offensif. Ses rares centres et percussions ont été bâclés.

Fabinho (3): peu inspiré dans ses passes vers l'avant, il a aussi manqué d'agressivité dans les duels. Sa tentative s'envole dans le ciel du Louis-II (26'). Il est battu de la tête par Halstenberg sur l'action entraînant le penalty de Werner (31'). Logiquement averti pour une faute sur Poulsen (49'), « Fabi » a vécu une soirée noire.

Tielemans (4): ses centres n'ont jamais trouvé preneur mais il a semblé bien plus impliqué que Fabinho. Il a eu le mérite de se dépenser à la récupération, même si ses courses ont souvent été réalisées dans le vent.

 

Baldé (4): il est l'auteur de la première frappe monégasque (14') repoussée par Gulacsi. Le Sénégalais a encore pris sa chance à plusieurs reprises (53', 59') sans parvenir à scorer. Son apport dans le jeu a malgré tout été trop insuffisant. Remplacé par DIAKHABY (60')

Moutinho (3): délesté de ses soucis musculaires à la cuisse, le Portugais faisait son retour dans le onze. Il aurait pu faire l'objet d'une alerte enlevant. Le n°8 ne s'est signalé que par des coups de pied arrêtés peu dangereux et pour prendre un jaune plein de frustration (38'). En soutien de Falcao, il a changé son costume d'international avec celui de cadre absent. Remplacé par CARRILLO (83').

R. Lopes (4): positionné côté gauche au lieu d'emprunter son habituel couloir droit, sans doute pour amener des centres sur son bon pied, l'international portugais a encore été décevant. Sorti à la pause à Amiens, il aurait pu lui arriver pareille mésaventure ce mardi. Son coup franc déposé sur le front de Falcao (44') sauve à peine les apparences. Remplacé par GHEZZAL (67').

Falcao (5): le capitaine sert Baldé (14') puis se heurte à Gulacsi sur une reprise à bout portant (15'). Combatif pour conserver les ballons dos au but et résister à la tenaille Upamecano-Orban, il a aussi fait preuve de maladresse face à Orban sur l'action du penalty (31'). Récompensé de ses efforts avec un but de la tête, son quinzième de la saison (44').

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.