“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

AS Monaco: Bernardo à grandes enjambées

Mis à jour le 24/08/2016 à 08:33 Publié le 24/08/2016 à 08:29
Décidément intenable, Bernardo Silva a fait pas mal de misères à la défense de Villarreal.

Décidément intenable, Bernardo Silva a fait pas mal de misères à la défense de Villarreal. Photo Nice-Matin

AS Monaco: Bernardo à grandes enjambées

Le feu follet portugais a fait marcher ses poumons et ses crochets. À l’image de toute l’équipe

SUBASIC (6) : il a eu un arrêt à faire et pas le plus simple. Un duel contre Borré lancé plein champ (39’). Son sauvetage à bout portant ralentissait le tir que Jemerson pouvait alors dégager en corner. Costaud.

RAGGI (5): trimbalé depuis le début de part et d’autre de la défense, l’Italien œuvrait à droite hier. Il n’a pas vraiment livré son meilleur match. S’il n’a pas pris l’eau dans les duels, ses relances n’ont pas été de grande qualité. En se jetant dans la surface le bras décollé du corps, il aurait pu sanctionner son équipe d’un penalty (42’).

GLIK (6,5): en retrouvant la forme petit à petit, le Polonais s’affirme pleinement en défense centrale. Hier, on aurait dit qu’il jouait à l’ASM depuis 10 ans. Intraitable sur l’homme, il n’a pas hésité à faire preuve d’anticipation. Des sorties risquées parfois.

JEMERSON (6,5): en balance depuis le début de saison, le Brésilien a enfin montré de l’assurance dans tous les compartiments du jeu. Son retour magnifique sur le face-à-face entre Borré et Subasic est à montrer dans toutes les écoles de foot. Il n’a rien lâché, gênant l’attaquant sans faire faute et a pu dégager en corner (39’). Tout bon.

SIDIBE (6): pour son retour après une blessure au lendemain du match de Guingamp, il a dépanné dans le couloir gauche. Plus à l’aise à droite, il avait déjà occupé ce rôle à Lille. Mais ses centres pied gauche n’ont pas été aussi bon. Il a semblé en bonne forme et a très bien fini.

DIRAR (6): généreux comme souvent, le capitaine de l’ASM s’est époumoné dans le pressing défensif. Y laissant forcément quelques plumes au moment de faire les bons choix en attaque. Il n’en reste pas moins indispensable dans ce système.

FABINHO (7): quelle classe! Sa finesse technique cache un énorme moteur sous le capot. Des capacités qui font de lui l’un des meilleurs milieux de terrain du championnat à n’en pas douter. Le Brésilien était de tous les combats et sa faculté à briser les lignes par la passe ou la course, est une force pour l’ASM. Monsieur Penalty puissance 2 (1 à l’aller, 1 au retour) contre Villarreal!

BAKAYOKO (7): partout. Il était partout. Et le plus fort dans tout ça, c’est qu’il a été bon aussi bien dans l’organisation du jeu, qu’en défense. On ne l’a pas souvent vu dans une aussi bonne forme physique. Il a régné sans partage au milieu, enfin si, avec Fabinho. Il a étouffé Pato qui transpirait sur chaque contrôle un peu long.

LEMAR (6,5): il a eu dans ses pieds la plus grosse occasion d’ouvrir le score pour l’ASM. À la suite d’une touche de Raggi, sa reprise instantanée a obligé Asenjo à capter en deux temps in extremis sur sa ligne (30’). Il a beaucoup couru et ses crochets courts ont fait mal aux Espagnols. Il a aussi très bien combiné avec Bernardo Silva. Preuve que les deux poids plumes sont faits pour s’entendre sur un terrain. Remplacé par MOUTINHO (68’) qui a posé le pied sur le ballon avec intelligence. Sans trop se dépenser non plus.

B. SILVA (7): en le voyant, on a clairement envie de reprendre la course à pied. Son activité en soutien de Valère Germain a laissé les supporters admiratifs. Bernardo Silva a réalisé un grand match. Il a encore multiplié les touches de balles. A gratté un paquet de ballons (19’) et aurait pu bénéficier d’un penalty (20’). À la 89’, c’est sur l’une de ses cavalcades que D’Artagnan a décalé Sidibé qui a amené le penalty victorieux de Fabinho (1-0).

GERMAIN (6) : on ne peut pas vraiment dire qu’il a manqué l’immanquable. Hier, le valeureux Germain aurait pu juste concrétiser des demi-occasions (têtes décroisées 2’, 21’, tir 19’). En réalité, il a offert par ses appels beaucoup de solutions à ses milieux qui cherchaient à jouer propre. Remplacé par CARRILLO (81’). Un ton en dessous.
Fabien Pigalle


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct