“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

‘‘Cool attitude’’ ‘‘Cool attitude’’

Mis à jour le 08/08/2019 à 10:13 Publié le 08/08/2019 à 10:13
Rony Lopes (à gauche), ciblé par le FC Séville, était à La Turbie hier où il s’est entraîné aux côtés de Ruben Aguilar. L’ex-latéral droit de Montpellier, transféré mardi contre 8 ME, a participé à sa première séance collective. Il a retrouvé Benjamin Lecomte, son partenaire dans l’Hérault.

Rony Lopes (à gauche), ciblé par le FC Séville, était à La Turbie hier où il s’est entraîné aux côtés de Ruben Aguilar. L’ex-latéral droit de Montpellier, transféré mardi contre 8 ME, a participé à sa première séance collective. Il a retrouvé Benjamin Lecomte, son partenaire da... ASM / Stéphane Senaux

‘‘Cool attitude’’ ‘‘Cool attitude’’

Il y a un an, Leonardo Jardim se montrait alarmiste. Il ne jugeait pas son effectif, trop faible à ses yeux, capable de remplir les objectifs fixés par ses dirigeants. Hier, pour sa première de la saison devant les médias, le Portugais a affiché confiance et sourire

Un visage enjoué, des blagues et des poignées de mains appuyées. Leonardo Jardim a affiché une bonne humeur communicative, hier à La Turbie. Pour son premier point presse de la saison, à deux jours de l’ouverture face à Lyon, demain soir au Louis-II, le Lusitanien a surpris. Dans une période toujours délicate, celle du mercato, source d’incertitudes et d’effectif flou, le technicien de 45 ans a semblé serein à l’aune d’une saison pourtant charnière, censée redorer le blason de l’ASM et gommer l’improbable 17e place du cru 2018-2019.

Il y a un peu plus d’un an, le 30 juillet 2018 exactement, Leonardo Jardim avait davantage le masque. Il usait de mots forts dans une interview qu’il nous avait accordée. « Je fais l’omelette avec les œufs que j’ai. » Il mettait même en garde ses dirigeants. « Nous allons connaître la saison la plus difficile depuis mon arrivée. »

Un discours alarmiste et visionnaire qu’il n’a pas réemployé hier. Cette posture n’est pas gage de résultats probants, rien n’indique qu’elle va durer, mais dans un club instable depuis des mois elle n’est pas anodine non plus.

Mais s’il semble juger son collectif plus solide qu’il y a un an, impression confortée par une « grosse pré-saison », Jardim n’est pas devenu aveugle. Pour être pleinement compétitif, il sait qu’il a besoin de renforts.

« Aujourd’hui, offensivement, nous avons des difficultés, a souligné celui qui entame une sixième saison sur le Rocher. On manque beaucoup d’efficacité. L’année dernière c’était notre problème. Nous avons Foster, Sylla, Gelson, Rony et Gabriel (Boschilia, ndlr) mais ils manquent des joueurs. Or, c’est dans ce secteur que nous en avons le plus besoin. Dans un match, deux changements sur trois concernent un attaquant, un milieu offensif ou les excentrés. C’est pour ça que j’aimerais avoir plus de joueurs dans cette position et le club en est conscient. »

Alors que Falcao est soumis à la tentation du départ (lire ci-contre) et que l’ASM multiplie les pistes pour se remplumer (Batshuayi, Ben Yedder, Dzeko…), Jardim, lui, ne fait pas le difficile.

« Quels profils je souhaite ? De bons joueurs qui marquent des buts. Je n’ai pas de problème pour faire jouer un gamin de 18 ans. Je veux des joueurs performants. L’âge ne représente rien. »

Hier, le coach monégasque a surtout énoncé les contours de l’effectif espéré. Oleg Petrov, vice-président en charge du mercato, sait qu’il doit intensifier l’opération ‘‘dégraissage’’ entreprise depuis plusieurs semaines.

« Un effectif comme le nôtre, qui va seulement jouer les coupes nationales et la Ligue 1, n’a pas besoin de trente joueurs mais de dix-sept-dix-huit, a précisé Jardim. Derrière, on a les jeunes de notre formation : Enzo (Millot), Panzo ou Foster. Petit à petit, ils grandissent. »

Preuve de sa ‘‘cool attitude’’, le Portugais avait été prolixe sur le dossier Sidibé, quelques heures avant l’officialisation du prêt de l’international français.

« Djibril, Monaco et Everton sont en négociations », avait-il confessé. D’ordinaire, le Portugais reste mutique sur ce type de dossiers, quelle que soit l’avancée. Une autre démonstration d’un esprit léger.

Jean-François Ottonello

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.