Rubriques




Se connecter à

Covid-19: Jean Roch jette l'éponge, la Gioia à Saint-Tropez ne rouvrira pas pour le réveillon

Il ne rouvrira finalement pas son restaurant La Gioia, à Saint-Tropez, comme prévu pour le réveillon. Jean Roch préfère jeter l’éponge en raison des mesures prises depuis début décembre.

Rodolphe Peté Publié le 28/12/2021 à 07:15, mis à jour le 28/12/2021 à 06:48
Jean Roch au VIP Room, la célèbre boîte de nuit du quai de l’Epi. Photo doc Philippe Arnassan

"Les gens ne peuvent pas danser, c’est donc impossible de donner du divertissement et de faire la fête pour la fin de l’année", résume, dépité, celui qui s’est battu de longs mois pour la réouverture des clubs.

Avec un argument simple: les établissements comme son VIP Room à Saint-Tropez ont un protocole strict, avec contrôle à l’entrée du pass sanitaire.

"Le risque, ce sont les fêtes sauvages sans protocole"

Difficile de croire que le réveillon de la Saint-Sylvestre se passera sans dancefloor. Mais privés. De tels événements ont défrayé la chronique dans le Var, comme en avril à Six-Fours (une centaine de personnes, voitures de luxe, feu d’artifice) ou fin octobre 2020 à Draguignan (500 fêtards, dont quelques vedettes, dans une villa).

À Saint-Tropez, la polémique avait concerné, en août 2020, une grande fête électro en plein air sur une plage privée de Ramatuelle. La vidéo de l’événement parfaitement légal avait suscité des remous à une période où, déjà, les gestes barrière étaient mis en avant.

"On ne va pas empêcher les jeunes à qui on a demandé de se vacciner de rester chez eux, de ne pas trinquer, de ne pas danser, de ne pas faire la fête. Le risque, ce sont donc des fêtes sauvages, sans aucun protocole, ni geste barrière", craint le professionnel de la nuit.

Un paradoxe à l’heure où le port du masque en extérieur est très contrôlé par les gendarmes lors de leurs patrouilles pédestres au cœur du village.

 

Jean Roch ne veut pas polémiquer, ni faire de prévisions (la fermeture des clubs était initialement prévue pour quatre semaines). "On n’a pas de visibilité, cela va dépendre des statistiques. On espère tous que la situation s’améliore pour que la vie reprenne son cours. Mais pour la fin de l’année, on aura un contexte inévitable de fêtes sauvages."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.