Rubriques




Se connecter à

Corso, jauge, payant ou gratuit... Ce que vous devez savoir sur le Carnaval de Nice, maintenu du 11 au 27 février

L’édition du "Roi des Animaux" est maintenue du 11 au 27 février, mais pas dans sa version traditionnelle. Une équipe de travail doit élaborer des formules "sanitairement" correctes.

christine rinaudo Publié le 04/01/2022 à 20:16, mis à jour le 04/01/2022 à 20:15
Lors du carnaval de Nice de 2020. Photo D. Meiffret

"Il y aura Carnaval, mais pas comme le Carnaval d’avant."

C’est le message clé à retenir du maire de Nice. Christian Estrosi a en effet annoncé, mardi, que l’édition 2022, prévue sur le thème "Roi des Animaux", déjà ajournée l’année dernière à cause de la Covid-19, aurait bien lieu du 11 au 27 février. Calendrier inchangé.

Mais dans une version différente des moutures festives traditionnelles, en adéquation avec le rigorisme sanitaire imposé par le Gouvernement.

Cette annonce a fait suite à une réunion, en visio conférence, avec les hôteliers et les restaurateurs niçois et azuréens, inquiets de la tournure que prend l’épidémie. Ceux-ci ont été rassurés par le premier magistrat. Les réservations, en cours, seront maintenues.

"Rien ne pourrait justifier qu’on prive l’économie locale de cet événement. Idem pour les Niçoises et les Niçois, très attachés à la coutume du Carnaval".

 

Cela dit, il faudra que le barnum s’adapte, fasse preuve d’agilité en fonction de l’évolution du virus et des décisions au plus haut de l’Etat. Aujourd’hui, la jauge maximum d’accueil est de 2.000 personnes en intérieur et de 5.000 en extérieur.

Qu’en sera-t-il à la mi-février? "Nous avons quelques raisons de penser, eu égard à des pays qui ont connu des pics avant nous, qu’on pourrait avoir une amélioration en février." On reste au conditionnel. Ce qui est certain, c’est qu’on ne reverra pas, en tout cas cette année, le Carnaval d’avant Covid...

Dynamique ou statique le bestiaire gigantesque?

"Il se peut qu’il n’y ait pas de corso du tout au profit d’un Carnaval de présentation des œuvres de nos artistes", suggère Christian Estrosi. Un carnaval statique, en quelque sorte. "On n’imagine pas aujourd’hui, que l’édition carnavalesque 2022 tourne en rond comme par le passé."

Qui va décider de la version "sanitairement" correcte de l’événement?

"J’ai prévenu le préfet. Une équipe va se mettre en rapport avec l’Etat et l’ARS. Je ne peux pas encore donner plus d’éléments aujourd’hui, mais d’ici 15 jours, on y verra plus clair sur un nouveau cadre qui s’approchera de la forme définitive."

Quelles formules pourraient être retenues?

Une tribune à 5.000 places est du domaine du possible. Un peu comme au Grand Prix de France avec trois tribunes séparées de 5.000 spectateurs. "Cela fait effectivement partie des options sur lesquelles nous travaillons, mais qui nécessiteraient un parcours différent." Autres pistes éventuelles: tous les chars disposés devant des éléments forts du patrimoine local ou répartis sur le parvis de Nikaïa avec une jauge à 2.000 à l’intérieur du palais de la plaine du Var, deux représentations dans la même journée, un événement à l’Opéra de Nice. "Tout doit concourir à une quinzaine ludique, festive, animée."

 

Et très sécurisée?

Évidemment. L’accès au carnaval sera assujetti à un pass sanitaire ou vaccinal. "C’est ce qui nous permet de maintenir la manifestation. Je suis très favorable au pass vaccinal, je regrette le cirque de la nuit dernière au Parlement, qui va nous faire prendre quelques jours de retard, mais à la date de Carnaval, le pass vaccinal devrait s’imposer", se réjouit le maire.

Le pass vaccinal est valable en Europe. Quid pour les touristes en provenance de la zone non européenne (Etats-Unis, Grande-Bretagne...)?

"Nous devons étudier cette question avec l’ARS et le préfet. On peut peut-être envisager un test PCR valable 24 heures..."

En fonction de tous ces remaniements annoncés, carnaval sera-t-il payant ou gratuit?

"Cela dépendra de la nature des événements. Il y aura le Carnaval gratuit dans la ville, sur les marchés, les places... Dans les espaces clos et confinés, avec des jauges assises, nous seront sur des places payantes, mais nous reverrons la tarification. Nous n’aurons pas les recettes nous permettant d’équilibrer le budget, mais en même temps, nous ne pouvons pas maintenir une tarification au même niveau que précédemment. Cependant, ça restera un soutien à l’économie locale et à notre image."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.