“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Vingt ans de lutte et de joie pour les Enfants de Frankie

Mis à jour le 16/09/2017 à 05:26 Publié le 16/09/2017 à 05:26
La présidente et fondatrice des Enfants de Frankie, Francien Giraudi, ne cache pas son émotion à l'idée de partager le gâteau des 20 ans avec les enfants et le souverain.

La présidente et fondatrice des Enfants de Frankie, Francien Giraudi, ne cache pas son émotion à l'idée de partager le gâteau des 20 ans avec les enfants et le souverain. Jean-François Ottonello

Vingt ans de lutte et de joie pour les Enfants de Frankie

L'association, qui œuvre pour les enfants malades, handicapés ou défavorisés, de Monaco comme de la région Paca, soufflera ses 20 bougies en famille le 25 septembre au Yacht-club

Impossible de passer une journée à Monaco, voire même à Nice, sans croiser une voiture arborant fièrement un Nez rouge ou, depuis l'an dernier, un smiley jaune incarnant la popularité et l'adhésion du grand public aux valeurs des Enfants de Frankie.

Fondée en novembre 1997 par Francien Giraudi, l'association monégasque n'a, depuis, cessé d'innover, donner et s'étendre, pour apporter soutien et bonne humeur aux enfants malades, handicapés ou défavorisés, de toute la région Paca.

Une œuvre collective dont les 20 bougies seront soufflées entre enfants, bénévoles et bienfaiteurs, le 25 septembre prochain au Yacht-club. Un événement festif auquel le prince Albert II a tenu à contribuer. « Sa venue est la plus belle des nouvelles pour nous. Il a voulu fêter ces 20 ans avec nous. C'est magnifique car ça vient de lui. C'est son esprit et son cœur qui ont parlé. Comme toutes ces autres personnes qui ont accepté l'invitation alors qu'aujourd'hui organiser un gala ce n'est pas évident (...). Cette fête est tombée du ciel », s'émeut la fondatrice pour qui cet anniversaire ne sera, évidemment, pas une fin en soi.

« Que Monaco prenne le relais »

« Vingt ans, pour moi, ça ne veut rien dire (rires). Quand j'ai créé l'association, je ne pensais ni à 10, ni à 20, ni à 30 ans, je pensais à la pérennité de Monaco. Quand je ne serai plus là, il faudra que Monaco prenne le relais. Il faut que Monaco donne, pour l'éternité, une fête aux enfants malades une fois par an. ça doit rester comme toutes les grandes fondations telle Hector-Otto. »

De nombreuses surprises sont annoncées lors de cette soirée bâtie autour, et pour les enfants. « On va fêter les 20 ans avec 20 enfants qui ont grandi avec l'association. Des grands et des petits, même si ça n'a pas été évident de les faire venir avec leurs parents car ils sont malades. »

Hors de question, dès lors, de les surexposer. Juste de partager ce moment et sentir leur présence. Se nourrir, encore et toujours, du courage et de la force dégagés par ces petites têtes blondes et sources de nouvelles initiatives en permanence. « Il y a tellement de projets maintenant que je n'arrive plus à tout garder en mémoire (rires) », avoue même Francien Giraudi.

Séjours dans la région ou à l'étranger, ateliers créatifs, sorties sportives ou culturelles… l'agenda des Enfants de Frankie a encore été bien chargé ces six derniers mois au regard des comptes rendus du dernier Petit Journal de Frankie. Un clown dont la fin d'année sera traditionnellement bien chargée avec la « Journée monégasque des Nez rouges », le 6 décembre, mais surtout le dîner-spectacle « Kids Nite », le 15 décembre au Sporting, à la veille de l'immanquable « Noël de Frankie ».

« Les Kids Nite, c'est mon bébé depuis bientôt cinq ans. Le lendemain, 2 000 enfants viennent voir le spectacle grâce aux enfants de Monaco », se félicite la dame de cœur.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct